lundi 09 décembre 2019

20% de cachemire, 20% de soie, 10% de laine et 50% de tendresse… une recette de Noël 100% «TARA’LILAS»

Édito
Les cheminots qui, vendredi, ont décidé de ne pas travailler ont délibérément pris en otage les usagers. Les conséquences de ce mouvement n’étaient pas acceptables.
Questions à...
Responsable de «Services Dispen», Saïd Haddoudi répond aux questions de creusot-infos sur une activité maintenance en plein développement. Il annonce 12 embauches en 2020.
Budget, emploi, chômage, pouvoir d’achat, réforme des retraites, grève à la SNCF… Rémy Rebeyrotte s’est prononcé sur une multitudes de sujets au cours d’un point presse.
Né au Creusot, Gilles Lagarde dont les parents sont à Saint-Jean de Trézy, occupe la fonction prestigieuse de Directeur de Cabinet du Président du Sénat, le 2ème personnage de l’Etat.
Gilles Lagarde a accordé une longue interview à creusot-infos. Il parle de sa fonction, du Président Larcher et du Sénat, mais aussi de la Saône-et-Loire et du Creusot.
Écouter, lire, voir
> SAONE ET LOIRE > Saône-et-Loire

SAONE-ET-LOIRE : L'acte 9 des Gilets Jaunes s'est terminé par une intervention des gardes mobiles au Pont Jeanne Rose

12/01/2019 17:45Lu 18877 foisImprimer l’article
ACTUALISE : Après le calme du matin, les gendarmes mobiles ont été appelés pour intervenir et libérer le rond-point du Pont Jeanne Rose.
«Et dire que la semaine prochaine, on aura dépassé les deux mois de mobilisation. Je ne pensais pas qu’on en arriverait là. Mais une chose est certaine, si les décideurs n’ont pas compris notre détermination, alors c’est qu’ils ont du mal à ouvrir les yeux», constatait ce samedi 12 janvier au matin, un gilet jaune du rond point du Pont Jeanne Rose.
L’appel était pour un premier rassemblement à 10 heures, mais il y avait du monde bien avant, «avec l’espoir que l’après-midi la mobilisation soit encore plus forte et au moins l’égal de la semaine dernière».


Dans l'après-midi, effectivement les gilets jaunes du matin ont reçu beaucoup de renforts. Des renforts des habitués, mais aussi des renforts venus d'autres villes, dont de l'agglomération de Chalon-sur-Saône et de Montceau, ce qui n'a pas été sans créer quelques tentations. Certains voulant enchainer les tours du rond-point, tandis que d'autres souhaitaient une participation plus pacifique et respectueuse de l'arrêté préfectoral qui avait interdit toute occupation du domaine public.
«Très clairement les gilets jaunes de Montchanin se sont bien comportés, mais ils n'ont pas été suivis par des éléments extérieurs», a commenté un officier de gendarmerie.
Et c'est ainsi que les autorités ont décidé d'une intervention des gardes mobiles pour évacuer le rond-point. Elle a été menée tambour battant par un escadron de gardes mobiles, sous les ordres du Colonel Matthéos, commandant des gendarmes en Saône-et-Loire et du Commandant Denizet qui dirige la Compagnie d'Autun. Au moins deux interpellations ont eu lieu et si globalement la prise de contrôle du rond-point du Pont Jeanne Rose, malgré de nombreuses protestations, s'est bien passée, plusieurs gilets jaunes ont déploré cette opération. «On était calme, on manifestait pacifiquement. C'est cette intervention des gardes mobiles qui a fait monter la tension. Ce qu'on attend c'est pas des interventions des forces de l'ordre, mais que le Président de la République et le Gouvernement entendent notre colère. De toute façon, on continuera de venir», ont déclaré, en substance, plusieurs gilets jaunes à creusot-infos.
Alain BOLLERY




La manifestation du matin en photos :