dimanche 18 août 2019
Édito
Les résultats des élections européennes ont confirmé qu’il convient de se méfier de plus en plus des sondages. Jean-Luc et Laurent faisaient la gueule dimanche soir, mais ils n’étaient pas les seuls.
Questions à...
Le nouvel entraîneur de l’Elan Chalon se confie dans une interview. Il explique comment il va travailler et ses premières ambitions dans cette première période de préparation.
Alors que des maires ont le blues, le Député Rémy Rebeyrotte vient de rendre un rapport pour redonner du pouvoir aux Maires, surtout des petites communes, face à des intercommunalités parfois accusées d'une trop grande voracité…
Le Député de Saône-et-Loire veut mettre de l’huile entre les intercommunalités et les communes, pour que leurs élus soient plus reconnus et considérés.
«Des conseils des Maires se prononceront sur les grandes orientations de leur intercommunalité»
A l’occasion d’une conférence de presse, le patron du groupe SOS, dont dépend l’Hôtel-Dieu du Creusot, a affirmé plusieurs choses.
«L’établissement génère un déficit. On l’a repris pour le redresser et le relancer».
«On a dit oui pour une aide-soignante de jour et «on verra» à la fin de l’année pour une infirmière de nuit».
«Pour l’urologie, la nouvelle organisation sera sans coût supplémentaire pour les patients».
«On va avoir un bon énorme en terme de prise en charge des patients».
«Le robot sera utilisé en urologie, en chirurgie digestive et en chirurgie gynécologique».
Écouter, lire, voir
> SAONE ET LOIRE > Saône-et-Loire

SAONE-ET-LOIRE : Communiqué de la Préfecture, au sujet de la baignade écolo de La Chapelle Saint-Sauveur

19/07/2019 10:59Lu 1364 foisImprimer l’article
Communiqué :
La baignade sur la commune de La Chapelle-Saint-Sauveur est, au sens de la réglementation applicable, une baignade aménagée (article D.1332-39 du code de la santé publique).
Cela entraîne notamment :
•    une obligation de surveillance par un personnel titulaire du titre de maître nageur sauveteur ou du brevet national de sécurité et sauvetage aquatique (articles D.322-11 et A.322.8 du code du sport) ;
•    la nécessité de disposer d’un poste de secours (article D.1332-41 du code de la santé publique).
Plusieurs réunions en présence du maire, de la direction départementale de la cohésion sociale et de la sous-préfète de Louhans ont été organisées en 2017 et 2018 pour rappeler au maire ses obligations en matière de police des baignades et l’amener à mettre en œuvre une surveillance.
Un courrier de mise en demeure d’implanter un poste de secours et de faire surveiller la baignade durant la saison estivale 2019 a été adressé le 18 février 2019 à la commune par la sous-préfète.
Un contrôle sur site a été réalisé le 26 juin 2019 à 14 heures par la direction départementale de la cohésion sociale en vue de vérifier le respect des prescriptions de cette mise en demeure. Il a toutefois été constaté que la baignade était ouverte au public, n’était pas surveillée et ne disposait pas d’un poste de secours.
Ainsi que le prévoyait la mise en demeure du 18 février 2019 et en application des dispositions des articles L.2213-23 et L .2215-1 du code général des collectivités territoriales, le préfet de Saône-et-Loire a procédé à l’interdiction temporaire de baignade sur ce site par un arrêté en date du 4 juillet 2019. Elle restera en vigueur jusqu’à la mise en conformité du site.