samedi 26 mai 2018

Du 24 au 26 Mai

Retrouvez toutes les Offres en cours sur le rayon sous-vêtements

 (-30% en bons d’achat samedi 26 mai),

les pommes choupette, les pommes de terre à chair ferme, les moules de filières, les quiches saumon fondue de poireaux, le filet de bœuf, le rumsteak, faux filet, le cœur Breton fraise, le cœur croustillant, cœur framboise

Édito
Le devoir de mémoire ne doit pas être une option. C’est une obligation et en ce sens, il est particulièrement regrettable que les enfants des écoles du Creusot ne soient pas plus impliqués dans les commémorations. Que ce soit le 11 novembre ou le 8 mai.
Questions à...
Alors que le championnat se termine, Dominique Juillot se livre dans une interview vérité. Il se projette dans l’avenir et dessine ce que devra être l’Elan Chalon 2018/2019. Avec des jeunes. Avec, pourquoi pas, un retour de John Roberson…
Le tourisme en Saône-et-Loire est sur un vent porteur. 2018 sera d’abord l’année du vélo et 2019 sera l’année de l’œnotourisme annonce Elisabeth Roblot, dans une interview à creusot-infos.
L’ancien Ministre sera ce mercredi à Mâcon pour une visite d’expertise. Il se confie dans une interview à creusot-infos :
«André Accary a eu raison de lancer le recrutement de médecins»
«RCEA : On a perdu de belles années»
«Je soutiens la réforme de la SNCF. L’ouverture des lignes à la concurrence est une bonne chose»
Écouter, lire, voir
> SAONE ET LOIRE > Saône-et-Loire

RENTREE POLITIQUE : Interview d’André Accary, président du conseil départemental

29/08/2017 03:18Lu 4035 foisImprimer l’article
Le Creusot pourrait accueillir un des trois pôles territoriaux pour l’embauche des médecins par le département.
Rentrée des classes : 800.000 euros pour une sécurisation renforcée dans les Collèges.
Personnes âgées et handicapées : Un salon gratuit pour le public fin octobre.
A quelques jours de la rentrée des classes, pour laquelle le conseil départemental, compétent pour les Collèges, est en première ligne, André Accary nous a accordé une interview de rentrée. Il lève aussi un peu le voile sur le dispositif d’embauche des médecins. Un dossier qui connaîtra un coup d’accélérateur après le 21 septembre.

Où en êtes-vous dans le dossier du recrutement des médecins ?
«Nous avons beaucoup travaillé pendant la période estivale, surtout sur le montage de l’entreprise qui sera appelée à gérer ce qui sera un nouveau modèle de dispositif médical. Nous avons écrit à toutes les collectivités et nous avons des réponses représentatives du département».

C’est-à-dire ?
«Les réponses confirment le diagnostic que nous avions établi il y a plus d’un an. Le Morvan, le Charolais-Brionnais, la Bresse, sont particulièrement en tension. Pour donner un exemple, dans le secteur de Saint-Christophe en Brionnais, on est passé de trois médecins il y a six ans et à zéro aujourd’hui. C’est pour cela qu’il faut intervenir».

Vous êtes optimiste ?
«Je ne vais certainement pas verser dans le triomphalisme. Oui nous avons eu plus d’une centaine de médecins qui ont manifesté de l’intérêt pour le dispositif. Mais le succès dépendra d’abord du recrutement. Alors je suis extrêmement prudent».

Quel calendrier envisagez-vous ?
«Le recrutement sera lancé après le 21 septembre, date du lancement de la structure. Le siège sera à Mâcon. Nous aurons trois pôles territoriaux. Le premier sera établi soit dans l’Autunois Morvan, soit au Creusot. Le second dans le Chalonnais et le troisième dans le Charolais-Brionnais. Suivant les recrutements, on aura de huit à douze antennes. Tout le département sera maillé. J’en ai pris l’engagement, je ferai tout pour que notre système soit le plus attractif possible. C’est la condition première de la réussite».

Comment avez-vous préparé la rentrée des classes ?
«On ne note pas de baisse d’effectifs dans les Collèges et nous avons continué d’investir. D’ici la fin de l’année, ce sont 15 millions d’euros qui auront été investis en travaux, notamment pour le Collège de Montchanin, ou encore le Collège Pasteur à Mâcon».

Il y a un an, en réponse à la menace terroriste, vous aviez lancé le vaste chantier de la sécurisation des collèges. Où en êtes vous ?
«D’ici la fin de l’année, 32 collèges auront bénéficié d’investissements. C’est une enveloppe de 800.000 euros qui aura a été mobilisée d’ici la fin de l’année, cela après une étude de terrain qui a permis d’identifier les besoins les plus urgents.
Par ailleurs, toujours pour les Collèges, vingt établissements se sont déjà inscrits à la plateforme Agrilocal.
Enfin, l’équipe mobile créée dans l’Autunois – Morvan, devant le succès rencontré, est étendue à l’échelle du département, sur la base du volontariat».

Quel est le niveau aujourd’hui d’équipement en tablettes numériques dans les Collèges ?
«En la matière, la Saône-et-Loire est un des tous premiers départements de France. A cette rentrée, nous sommes à 6000 tablettes pour 29 collèges. 5000 tablettes en individuel, c’est-à-dire attribuées aux élèves, et 1000 tablettes en usage collectif».

Pourquoi lancez-vous un salon sur l’autonomie des personnes âgées et handicapées ?
«Il aura lieu les 27 et 28 octobre au Parc des Expositions à Chalon sur Saône.  Et le succès sera au rendez-vous, puisque nous sommes déjà à un taux de 80% de remplissage. Pour l’ouverture, nous avons sollicité Nelson Monfort.
 J’ai voulu un salon grand public qui sera gratuit pour le public. Pour moi il est important que le public puisse connaître les dernières avancées pour le maintien à domicile. Les nouveautés sont quasiment permanentes dans ce que l’on appelle la Silver Economie. Je rappelle que cette année, le département a mobilisé 4 millions d’euros de plus pour les personnes âgées et handicapées».

Qui allez-vous soutenir pour la Présidence de votre parti Les Républicains ?
«J’attends de connaître tous les candidats et franchement ce n’est pas ma priorité. Car ma priorité c’est le département de Saône-et-Loire et cela peut vous surprendre, mais je prends de la distance avec le politique».
Recueilli par Alain BOLLERY