mardi 18 décembre 2018

Samedi 22 Décembre de 11h à 12h

Venez rencontrer le Père Noël

Jusqu’au 31 Décembre 2018

Profitez de l’Offre Reste à Charge 0€*

Édito
Le Président de la République ne peut pas se permettre un quatrième samedi aussi catastrophique pour l’image de la France. Il doit prendre les bonnes décisions et envoyer des signes aux Gilets Jaunes. Il n’a pas d’autre choix.
Questions à...
Le vice-président du Conseil Régional se confie sur le budget économie de la Bourgogne-Franche-Comté, «au service de toutes les entreprises».
A l'occasion de la session plénière du Conseil Régional consacrée au vote du budget, la question des transports, le premier budget de la Région, a constitué une grande par des discussions. Et l'imbroglio autour de la hausse des tarifs des abonnements TER a masqué d'autres aspect de cette compétence. Le premier vice-président revient pour Infos-Dijon sur les grandes lignes du budget transports 2019 de la Bourgogne-Franche-Comté.

Exclusif

C’est un visiteur de marque qui, dimanche après-midi, a découvert l’exposition «Pierre Soulages, Le Creusot» à L’arc.
Président de l’institut national de la recherche agronomique, Philippe Mauguin s’est confié à «creusot-infos».
Écouter, lire, voir
> SAONE ET LOIRE > Saône-et-Loire

INAUGURATION : Le Val de Saône «plein gaz» en Saône-et-Loire

12/10/2018 15:50Lu 1176 foisImprimer l’article
700 millions d'euros ont été investis
Le programme d’infrastructures gazières Val de Saône est inauguré ce jour à Palleau (Saône-et-Loire) en présence de M. Jean-Paul Emorine, sénateur de Saône-et-Loire, de M. Olivier Ciavaldini, maire de Palleau, de M. Thierry Trouvé, Directeur général de GRTgaz, ainsi que de représentants de la Commission européenne et de la Commission de régulation de l’énergie (CRE).
Il marque l’aboutissement d’une décennie de grands projets d’infrastructures, soit plus de 6 milliards d’euros investis par GRTgaz pour favoriser l’ouverture du marché et renforcer la sécurité d’approvisionnement énergétique en France.

Les chiffres clés du Programme Val de Saône
1 investissement de 700 millions d’euros (financement de l’Union européenne –
60 M€ pour l’achat des tubes)?
70 M€ de retombées économiques locales ?+ 250 gigawatts heure par jour de capacités entre le Nord et le Sud (soit une puissance équivalente à 10 tranches nucléaires) ?
188 km de canalisations enterrées entre Etrez (Ain) et Voisines (Haute-Marne).?3 régions traversées (Grand Est, Bourgogne-Franche-Comté, Auvergne-Rhône-Alpes),
4 départements (Haute-Marne, Côte-d’Or, Saône-et-Loire et Ain) et 65 communes?6 lots de pose en parallèle nécessitant jusqu’à 2 000 techniciens et experts en pointe sur le chantier
68 bar – pression maximale de service?
DN 1 200 – diamètre des tubes en mm?9 postes de sectionnement
?11 000 tubes pour un poids total de près de 100 000 tonnes ?
3 stations d’interconnexion modernisées à Etrez (Ain), Palleau (Saône-et-Loire) et Voisines (Haute- Marne). ?Renforcement de la compression de la station d’Etrez par l’ajout d’un troisième compresseur (9 MW) ?
La mise en service des infrastructures du programme Val de Saône constitue un maillon essentiel pour améliorer la fluidité du transit entre les marchés du Nord et du Sud de l’Europe et par-delà la sécurité d’approvisionnement au niveau européen.
La France dispose désormais de tous les atouts pour jouer un rôle clé dans le fonctionnement de l’Europe du gaz. ?Les ouvrages du programme Val de Saône ont été réalisés dans le respect des coûts, des délais, des exigences règlementaires et de sécurité. Associés à la mise en service d’ouvrages sur le réseau de Teréga (gestionnaire du réseau de transport dans le Sud-Ouest) et à quelques adaptations sur le réseau de GRTgaz dans le Sud de la France, ce développement offre les capacités de transport nécessaires à la création d’une zone de marché unique du gaz en France, effective au 1er novembre 2018.
Ces nouvelles infrastructures vont ainsi contribuer à faciliter l’accès aux sources de gaz les plus compétitives, notamment pour les fournisseurs de gaz et les consommateurs industriels, et à renforcer l’attractivité du marché de gros du gaz en France.