lundi 09 décembre 2019

20% de cachemire, 20% de soie, 10% de laine et 50% de tendresse… une recette de Noël 100% «TARA’LILAS»

Édito
Les cheminots qui, vendredi, ont décidé de ne pas travailler ont délibérément pris en otage les usagers. Les conséquences de ce mouvement n’étaient pas acceptables.
Questions à...
Responsable de «Services Dispen», Saïd Haddoudi répond aux questions de creusot-infos sur une activité maintenance en plein développement. Il annonce 12 embauches en 2020.
Budget, emploi, chômage, pouvoir d’achat, réforme des retraites, grève à la SNCF… Rémy Rebeyrotte s’est prononcé sur une multitudes de sujets au cours d’un point presse.
Né au Creusot, Gilles Lagarde dont les parents sont à Saint-Jean de Trézy, occupe la fonction prestigieuse de Directeur de Cabinet du Président du Sénat, le 2ème personnage de l’Etat.
Gilles Lagarde a accordé une longue interview à creusot-infos. Il parle de sa fonction, du Président Larcher et du Sénat, mais aussi de la Saône-et-Loire et du Creusot.
Écouter, lire, voir
> SAONE ET LOIRE > Saône-et-Loire

«Engagez-vous !», une rentrée très politique pour les marcheurs de Saône et Loire

01/10/2019 03:05Lu 1351 foisImprimer l’article
Olivier Dussopt, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l'action et des comptes publics, est venu à Tournus, pour participer au Forum des Territoires «Tous citoyens, Tous Politiques !» organisé par La République En Marche 71.
Une rentrée forcément politique, tournée vers les municipales 2020,  avec un mot d’ordre «Engagez vous !»
Philippe Exertier (référent départemental LaREM 71) et toute son équipe ont de nouveau choisi la ville de Tournus pour réunir les marcheurs du département, avec  une rentrée politique au format renouvelé. Un forum des territoires « Tous citoyens, Tous Politiques !» qui a rassemblé le secrétaire d’Etat Olivier Dussopt,  les parlementaires (Rémy Rebeyrotte, Benjamin Dirx, Raphael Gauvain et Jérémy Decerles), les élus locaux et bien sûr les militants venus des quatre coins de la Saône-et-Loire.


Bertrand Veau, maire de Tournus, a ouvert les débats en affirmant sa fierté d’avoir un Président de la République  à la hauteur des enjeux internationaux.  Le jeune édile, qui n’est pas encarté LREM, mais  « simple citoyen engagé, sans étiquette », a évoqué les échanges qu’il a eus avec  Emmanuel Macron lors du Grand Débat. Parmi les propositions faites à l’époque, une  a été retenue et il s’en félicite :
 «  Je suis satisfait que l’Etat s’engage pour la revitalisation des petites communes comme Tournus à travers le programme action petites villes de demain. D’autre part, Je souhaite bon courage à LaREM pour réformer le pays, tout en veillant à ce que nos petites communes soient protégées »
Philipe Exertier a ensuite évoqué les temps forts de l’année, puis  a rappelé la nécessité pour LaRem d’être un acteur majeure des prochaines élections municipales. Ce sera le cas à Chalon à travers l’investiture d’Alain Rousselot Pailley, mais aussi à Macon ou au Creusot où des discussions sont en cours avec les Maires sortants.
 La réunion s’est poursuivie avec l’intervention de Jean-Thomas Désiré, référent des JAM71 (Jeunes avec Macron). Il a rappelé l’importance pour la jeunesse de s’engager lors des prochaines élections municipales, et annoncé la présence de trois référents jeunesses à Macon, Autun et Chalon.  
Armèle Portelli, animatrice LREM du Grand Chalon, a présenté son engagement concernant l’égalité femme-homme, et son implication dans  le grenelle contre les violences conjugales et intrafamiliales. Elle a annoncé l’organisation de plusieurs réunions en Saône et Loire, une à Montceau le 4 octobre et une à Chalon le 21 novembre.  L’occasion également  de  rappeler combien il est important d’avoir plus de femmes prêtes à s’engager en politique :  « Je m’adresse à toutes les femmes, les citoyennes, nous représentons 52% de la population mondiale, alors je vous le dis simplement : Osez ! »
C’est ensuite Olivier Dussopt qui a été invité à prendre la parole devant les quelques 150 convives présents. Le secrétaire d’Etat  est revenu sur une série de mesures phares du début du quinquennat qui touchent particulièrement les élus locaux.
« Depuis deux années, le gouvernement a mis fin à la baisse des dotations aux collectivités, en 2020 elles vont même augmentées. Pour les élus cela étaient primordial, cette stabilité des ressources financières leur permet de se projeter et donc de développer leur commune ou leur intercommunalité, dans une relation de confiance retrouvée avec l’Etat. C’était indispensable. »
Il a également évoqué les mesures prises  pour améliorer le pouvoir d’achat des Français.
« La taxe d’habitation est  particulièrement injuste. Pour 80 % des Français elle a déjà baissé des deux tiers et sera complètement supprimée l’année prochaine. A partir de 2021,  elle sera supprimée également pour les  20% des Français les plus riches, par tiers sur trois ans.  De même, l’impôt sur le revenu va  baisser dès le 1er janvier 2020. Pour financer ces réformes, c’est bien l’Etat qui va faires des économies  de fonctionnement, et non les collectivités. Dans le même temps nous allons déployer les services de l’Etat dans les territoires au plus près des citoyens.»
Olivier Dussopt est revenu sur la réforme de la fonction publique qu’il a directement conduite :
« On nous a dit  que c’était impossible…  Nous avons travaillé 18 mois, avec les partenaires sociaux, nous avons intégrés plus de 50% des demandes qu’ils  ont  formulées. Cette réforme permet à la fonction publique de se moderniser, offre plus de garanties aux agents, la capacité d’évoluer dans leur carrière, renforce le parcours de mobilité et de reclassement. Elle améliore le droit des contractuels et lutte contre leur précarité. De même, un travail très important sur l’égalité homme/femme a été apporté au texte. La réforme permet aussi plus de convergence entre le public et le privé.  Concernant la fonction publique territoriale, cette réforme donne plus de liberté  et de souplesse aux élus locaux, pour administrer leur territoire au plus près des besoins. L’idée étant de faire confiance au local là encore ! »
Enfin,  le secrétaire d’Etat,  qui a été lui-même Maire d’une petite ville (Annonay en Ardèche) est revenu sur la place des élus dans la société.
« Etre maire c’est une mission, un plaisir,  des espoirs mais aussi des contraintes qu’il faut gérer au quotidien. La volonté de servir, servir les citoyens, et l’intérêt général. Il est nécessaire de s’engager. Faites ! Osez ! Saisissez les plans d’actions proposés par le gouvernement, soyez acteurs et actrices de vos territoires »
La réunion s’est poursuivie par une table ronde avec des élus locaux, puis un jeu de questions réponses avec les parlementaires présents.

Au fil des questions …

Jérémy Decerles, éleveur,  député européen, au sujet  de sa nouvelle vie de député :
« Ce n’est pas une nouvelle vie, mais une nouvelle forme d’engagement pour défendre ma profession mais pas seulement. Je reste près de ma famille, je retourne le plus possible auprès de mon exploitation et de mes animaux,  car cet équilibre personnel est primordial pour tenir bon dans mes engagements politiques. Je me sens bien au Parlement Européen, il y a beaucoup à faire. Et même si j’ai besoin du GPS pour circuler dans cet immense bâtiment, concernant ma vision politique, je sais où allez ! »
Concernant l’agriculture et les débats actuels :
«  Ma responsabilité est d’apporter plus de cohérence entre notre politique  nationale en matière d’agriculture, qui est bonne, et les choix au niveau européen.  L’Europe dit oui au Mercosur et oui à la baisse du budget de la PAC, ce n’est pas possible,  je m’engage pour défendre les Français. D’autre part, il faut enrayer la dynamique ambiante qui dénigre l’agriculture. Je suis effaré quand j’entends Yann Arthus Bertrand donner  des leçons à un agriculteur sur les distances à respecter pour le traitement des cultures. Il est peut être  bon photographe mais il n’est pas scientifique, il est urgent de remettre de la rationalité dans le débat.  Il n’y a pas tous les 4 matins un mort lié aux pesticides, par contre tous les deux jours un agriculteur se suicide ! »

 Rémy Rebeyrotte, député de la 3e circonscription,  au sujet des élus locaux :
« Plus que jamais il faut s’engager. La responsabilité politique est  de rétablir le lien entre les élus et les services de l’Etat. De même, les bonnes relations entre les intercommunalités et les communes doivent être rétablies. Pour que chacun trouve sa place et travaille dans le même sens, celui de l’intérêt général. Nous travaillons également à renforcer le pouvoir de police du maire, pour lui donner les moyens d’agir au quotidien. La formation doit aussi être améliorée pour les élus qui sont de plus en plus confrontés à la complexité administrative de leur fonction. Depuis peu, je sens la confiance entre les élus et l’Etat revenir, c’est dans ce climat apaisé que nous pourrons avancer. »

Olivier Dussopt, concernant la réforme des retraites en préparation :
« Le système actuel est profondément injuste, il y a des différences de traitement pour les carrières évolutives, notamment si l’on passe du privé au public ou inversement. Injuste également pour les femmes. L’horizon est d’aboutir à un système universel, une maison commune où chaque euro cotisé rapporte la même chose. Le gouvernement se donne comme calendrier le 1er semestre 2020 pour  présenter au parlement une loi cadre, ensuite il y aura une période de transition entre les 42 régimes et une application de la loi progressive à partir de 2025. Ce n’est pas une réforme mais un nouveau système de retraite, qui nécessitera 5 ans de travail, 15 ans de transition, mais on le fait pour les générations futures ! »