mercredi 23 octobre 2019


Nouvelles marques, nouvel espace de 150m2 refait à neuf, nouveaux services et des offres à ne pas manquer pour toujours vous satisfaire au mieux

100 premières montures offertes aux 100 premiers acheteurs

Édito
Les cheminots qui, vendredi, ont décidé de ne pas travailler ont délibérément pris en otage les usagers. Les conséquences de ce mouvement n’étaient pas acceptables.
Questions à...
1er vice-président du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté, en charge des transports, Michel Neugnot réagit au mouvement à la SNCF, revendiqué «droit de retrait» qui a privé de trains TER des milliers de voyageurs vendredi et qui s’est poursuivi…
«Tout est fait pour que la sécurité soit assurée»
«Sur un Dijon – Nevers pas question de supprimer les contrôleurs»
«Dans les Ardennes c’était un accident de la route»
«C’est un mauvais procès de dire qu’il y avait une situation d’insécurité faute de contrôleurs»
Dans une interview à creusot-infos il parle du Mondial au Japon, de l’équipe de France, du Top 14, du rugby trop violent et du Creusot.
Dans une longue interview, la Présidente du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté se montre marquée par les bouleversements climatiques.
«La sécheresse est une lame de fond»
Elle annonce une mobilisation exceptionnelle pour les années à venir, pour agir sur plusieurs leviers :
«La grande priorité, c’est la question climatique»
Marie-Guite Dufay confirme aussi qu’elle n’écarte absolument pas d’être candidate aux prochaines élections régionales, avec une affirmation en forme d’avertissement :
«Il faudra un rassemblement des forces de progrès pour faire barrage au Rassemblement National»
Écouter, lire, voir
> SAONE ET LOIRE > Saône-et-Loire

André Accary : «La Saône-et-Loire a triomphé au salon de l’agriculture»

01/03/2019 17:12Lu 2042 foisImprimer l’article
Le Président du conseil départemental de Saône-et-Loire se confie dans une interview à creusot-infos. Il souligne combien la collectivité doit avoir un rôle moteur pour la promotion du territoire.
Que retenez-vous de cette semaine au Salon de l’Agriculture ?
ANDRE ACCARY : «C’est d’abord la reconnaissance de nos agriculteurs et de leur travail. Et je suis très heureux avec eux d’avoir vu que la Saône-et-Loire a triomphé avec la victoire d’Impoli dans le concours charolais. On ne pouvait pas rêver mieux. Et puis il y a eu aussi plein d’autres prix dans tous les concours. Comme quoi notre agriculture, notre viticulture, notre élevage sont parmi les meilleurs».

Dans une interview à creusot-infos, Bernard Lacour a salué les aides que le département a débloquées pour les agriculteurs. A l’arrivée, la somme va être coquette…
«Le Président Lacour a dit qu’elles étaient vitales. C’est le cas, si l’on considère que 1300 de nos 2500 agriculteurs ont formulé une demande. Ils l’ont fait, car ils avaient besoin d’une aide immédiate. Le département a su se mobiliser pour être au rendez-vous. N’oublions pas qu’un agriculteur c’est 7 autres professionnels qui travaillent, 7 autres métiers. Les aides débloquées par notre collectivité n’ont donc pas servi seulement les agriculteurs, mais toute une économie. Maintenant j’espère juste que la situation de chacun va s’améliorer. C’était l’objectif avec ces aides directes et rapides».



Vous êtes optimiste ou pessimiste ?
«Arnaud Danjean a raison de dire qu’il faut soutenir les aides de la PAC. La politique agricole commune, c’est un combat qu’Arnaud Danjean a mené au quotidien. Et ce n’est pas facile, car sur cette question, la France est isolée au sein de l’Europe».

Cette année, seule la Saône-et-Loire et le Doubs ont souhaité avoir leur journée au salon de l’agriculture. Vous condamnez les situations de retrait des autres départements ?
«Je ne juge pas. Ce qui est important c’est d’accompagner nos agriculteurs dans la promotion de la qualité de leurs productions. Moi je ne fais pas de politique politicienne. Je rappelle que la Saône-et-Loire est le département le plus agricole de Bourgogne – Franche-Comté. Il y a donc une vraie logique à soutenir la promotion de notre territoire. Et cette année nous l’avons aussi fait en faisant gagner des places sur un concours. Tout le monde est content et c’est très bien».
Recueilli par Alain BOLLERY