lundi 09 décembre 2019

20% de cachemire, 20% de soie, 10% de laine et 50% de tendresse… une recette de Noël 100% «TARA’LILAS»

Édito
Les cheminots qui, vendredi, ont décidé de ne pas travailler ont délibérément pris en otage les usagers. Les conséquences de ce mouvement n’étaient pas acceptables.
Questions à...
Responsable de «Services Dispen», Saïd Haddoudi répond aux questions de creusot-infos sur une activité maintenance en plein développement. Il annonce 12 embauches en 2020.
Budget, emploi, chômage, pouvoir d’achat, réforme des retraites, grève à la SNCF… Rémy Rebeyrotte s’est prononcé sur une multitudes de sujets au cours d’un point presse.
Né au Creusot, Gilles Lagarde dont les parents sont à Saint-Jean de Trézy, occupe la fonction prestigieuse de Directeur de Cabinet du Président du Sénat, le 2ème personnage de l’Etat.
Gilles Lagarde a accordé une longue interview à creusot-infos. Il parle de sa fonction, du Président Larcher et du Sénat, mais aussi de la Saône-et-Loire et du Creusot.
Écouter, lire, voir
> SAONE ET LOIRE > Saône-et-Loire

André Accary : «La Saône-et-Loire a triomphé au salon de l’agriculture»

01/03/2019 17:12Lu 2122 foisImprimer l’article
Le Président du conseil départemental de Saône-et-Loire se confie dans une interview à creusot-infos. Il souligne combien la collectivité doit avoir un rôle moteur pour la promotion du territoire.
Que retenez-vous de cette semaine au Salon de l’Agriculture ?
ANDRE ACCARY : «C’est d’abord la reconnaissance de nos agriculteurs et de leur travail. Et je suis très heureux avec eux d’avoir vu que la Saône-et-Loire a triomphé avec la victoire d’Impoli dans le concours charolais. On ne pouvait pas rêver mieux. Et puis il y a eu aussi plein d’autres prix dans tous les concours. Comme quoi notre agriculture, notre viticulture, notre élevage sont parmi les meilleurs».

Dans une interview à creusot-infos, Bernard Lacour a salué les aides que le département a débloquées pour les agriculteurs. A l’arrivée, la somme va être coquette…
«Le Président Lacour a dit qu’elles étaient vitales. C’est le cas, si l’on considère que 1300 de nos 2500 agriculteurs ont formulé une demande. Ils l’ont fait, car ils avaient besoin d’une aide immédiate. Le département a su se mobiliser pour être au rendez-vous. N’oublions pas qu’un agriculteur c’est 7 autres professionnels qui travaillent, 7 autres métiers. Les aides débloquées par notre collectivité n’ont donc pas servi seulement les agriculteurs, mais toute une économie. Maintenant j’espère juste que la situation de chacun va s’améliorer. C’était l’objectif avec ces aides directes et rapides».



Vous êtes optimiste ou pessimiste ?
«Arnaud Danjean a raison de dire qu’il faut soutenir les aides de la PAC. La politique agricole commune, c’est un combat qu’Arnaud Danjean a mené au quotidien. Et ce n’est pas facile, car sur cette question, la France est isolée au sein de l’Europe».

Cette année, seule la Saône-et-Loire et le Doubs ont souhaité avoir leur journée au salon de l’agriculture. Vous condamnez les situations de retrait des autres départements ?
«Je ne juge pas. Ce qui est important c’est d’accompagner nos agriculteurs dans la promotion de la qualité de leurs productions. Moi je ne fais pas de politique politicienne. Je rappelle que la Saône-et-Loire est le département le plus agricole de Bourgogne – Franche-Comté. Il y a donc une vraie logique à soutenir la promotion de notre territoire. Et cette année nous l’avons aussi fait en faisant gagner des places sur un concours. Tout le monde est content et c’est très bien».
Recueilli par Alain BOLLERY