samedi 21 juillet 2018

Du Mercredi 18 au Samedi 21 Juillet

Profitez des Offres en Cours sur le jambon sec, la préparation longe de thon, les œufs de nos villages (25% en ticket Leclerc), les chaussons aux pommes Junior, la tropézienne, le b-ready nutella, le vin du Languedoc et le papier toilette soie

Édito
La liesse populaire, dimanche soir au Creusot, était encore plus forte qu’en 1998. Mais c’était logique. On vous explique pourquoi.
Et puis, que les aigris rangent leur venin…
Questions à...
Dans une interview fleuve à creusot-infos, Anibal Castano balance ses vérités. Sur son sport le basket, sur la Fédération, sur l'arbitrage.
Les rendez-vous d’été seront lancés avec un spectacle très aérien. Avec aussi un nouveau lieu de programmation.
L’adjoint à la culture parle aussi de l’avenir de L’arc, de la mise en lumière du Château de la Verrerie, du projet d’installations de boites à livres.
30 associations écologistes ont fait du lobbying auprès de lui, mais Rémy Rebeyrotte n’a pas cédé aux pressions vertes sur la question du glyphosate et il s’en explique avec force d’arguments.
Le Député n’hésite pas à prendre le désherbant pour nettoyer les arguments de la nouvelle gauche sur les dotations de fonctionnement. Il parle aussi des accords possibles pour les municipales de 2020 avec un peu d’engrais pour le Grand Autunois Morvan…
Sans oublier les poules, les abattoirs, le bois et les rodéos…
Écouter, lire, voir
> SAONE ET LOIRE > Saône-et-Loire

André Accary : «1 million d’euros de fraudes au RSA en 2017»

15/03/2018 03:18Lu 3348 foisImprimer l’article
«L’argent récupéré va entièrement aux personnes qui en ont réellement besoin», assure André Accary dans une interview à creusot-infos.
Grogne dans le EHPAD : «Je rêve d’une prise en charge à 100% par les départements»
Collège Centre du Creusot : Le nouveau gymnase se profile pour le printemps 2019.
Quel est le bilan 2017 de la lutte contre la fraude au RSA ?
ANDRE ACCARY : «Je rappelle que c’est en partenariat avec l’Etat et donc avec la caisse d’allocations familiales de Saône-et-Loire. En 2014, ce sont 400.000 euros de fraudes qui avaient été mis au jour. En 2017, l’augmentation est de plus de 150% par rapport à 2014, puisque le niveau de la fraude était de plus d’un million d’euros. Et toujours en 2017, on arrive à 90.333 euros d’amendes. Le million d’euros correspond à des dossiers retenus comme frauduleux, car nous mettons à part ce qui peut relever de l’infraction. L’argent récupéré va entièrement à des personnes qui en ont réellement besoin. Aux détracteurs, je pose la question : Veut-on revenir au système d’avant ?»

L’assemblée départementale de ce 15 mars se situe entre le salon de l’agriculture et l’assemblée générale de la FDSEA. Que prônez vous sur ce dossier très sensible ?
«L’agriculture est une compétence partagée avec la Région. Les départements ne peuvent plus aller sur le volet économique. Ce qui ne nous empêche pas d’être fort là où on peut. Le laboratoire est en reconstruction. La plateforme Agri qui promeut les achats en circuits courts nous a vu passer d’un à 32 collèges sur 51. Et après les Collèges on s’attaquera aux EHPAD. A côté de cela, le département est présent sur le service de remplacement hommes/femmes, mais aussi avec les aides aux bâtiments».

Quelles sont les réponses du conseil départemental à la grogne dans les EHPAD ?
«En Saône-et-Loire, nous avons 91 établissements présentant un peu moins de 8000 places. C’est un sujet important et c’est pour cela qu’entre 2014 et 2018 nous avons augmenté le budget de 9%.
Au total, c’est 184 millions d’euros et nous compensons à hauteur de 180.000 euros les baisses de dotations de l’Etat.
Cette année, notre enveloppe d’investissements est en augmentation de 5 millions d’euros, avec un EHPAD en plus à Viré.
Il est aussi important de dire que le département de Saône-et-Loire a augmenté de 18,10 à 19,60 euros le barème de l’APA, l’allocation personnalisée d’autonomie. Et nous l’avons maintenu à 20 euros pour les revenus les plus modestes.
Ca c’est le département. Je le dis, car les personnels soignants ce n’est pas nous, mais l’Etat. La situation est compliquée. Alors moi j’ai un rêve pour les EHPAD : Je suis prêt à assurer leur prise en charge à 100%. On pourrait ainsi actionner tous les leviers, car les situations ne sont pas uniques. Elles varient d’un EHPAD à l’autre».

Le centre départemental de santé est-il dans les objectifs ?
«J’ai prévu de faire un point d’étape devant l’assemblée. Je rappelle juste que quand j’avais annoncé le planning que nous nous étions fixés, c’était presque un coup de poker. Aujourd’hui nous sommes dans le concret, mais il ne faut pas crier victoire. Il faut avancer avec pragmatisme».

Où en êtes-vous sur le dossier du gymnase du Collège Centre au Creusot ?
«Nous œuvrons sur une vieille histoire, un vieux dossier que nous avons repris. Le 11 avril 2014, l’ancienne majorité avait acté l’aménagement de la salle Clemenceau en salle de sport. Mais en un an, toujours sous l’ancienne majorité, il ne s’est rien passé. Avec le Maire du Creusot, nous avons pu faire une autre proposition pour un projet global comprenant une démolition de la salle Clémenceau et la reconstruction d’un nouveau gymnase. Tout est sur les rails. J’espère une ouverture au printemps 2019».

Center Parcs, Tour du Haut Folin… De quoi sera fait l’avenir ?
«Je n’ai aucune nouvelle pour le Center Parcs donc je ne l’exprime pas. Concernant la tour panoramique du Haut Folin, les Allemands ont choisi un autre pays. Il faut avoir une réflexion pour savoir ce que l’on. Je rappelle que c’est un projet qui avait été porté par le Parc du Morvan. Il faut tenir compte du pourquoi de la défection de l’investisseur allemand».
Recueilli par Alain BOLLERY


La 1ère ébauche de la future salle de sport du Collège Centre au Creusot