vendredi 20 septembre 2019

Offre d’ouverture du 23 Septembre au 30 Octobre

Bénéficiez de  -20% sur la complémentaire santé

(en conformité avec le 0€ reste à charge)*
A noter que l’agence Rue Foch sera fermée ce Vendredi 20 Septembre
Édito
Les résultats des élections européennes ont confirmé qu’il convient de se méfier de plus en plus des sondages. Jean-Luc et Laurent faisaient la gueule dimanche soir, mais ils n’étaient pas les seuls.
Questions à...
Le lundi 9 septembre 2019 restera dans l’histoire pour l’Hôtel-Dieu du Creusot, avec la première intervention chirurgicale réalisée avec le robot chirurgical, le 1er de Saône-et-Loire.
Le Docteur Jean-Philibert Combier a réagi dans une interview exclusive à creusot-infos.
«Le robot ne remplace pas le chirurgien. Il exécute ses gestes. C’est un progrès considérable»
«C’est capital pour recruter de jeunes médecins»
«Le Maire du Creusot a eu une vision d’avenir et de progrès sur ce dossier stratégique»
Vice-président du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté, en charge des lycées et de l’apprentissage, Stéphane Guiguet détaille l’implication de la Région en matière d’investissements, mais aussi pour «le pouvoir d’achat des lycéens et de leurs familles».
Le conseil départemental est mobilisé pour les Collèges. C’est que ce le Président André Accary a annoncé, ce jeudi matin, à Montchanin, où il a fait sa rentrée des classes.
Écouter, lire, voir
> SAONE ET LOIRE > Saône-et-Loire

Aéroports de Paris : André Accary detourne, jusqu'en septembre, le vœu de la gauche qui dénonce une «censure»

22/06/2019 01:35Lu 1063 foisImprimer l’article
La gauche au conseil départemental de Saône-et-Loire voulait un vœu contre la privatisation d’aéroports de Paris. André Accary n'a pas accepté et a fait voter sa majorité pour le report du vote en septembre. Il a renvoyé la gauche à ses études en lui demandant de préciser les conséquences d'une privatisation pour les Saône-et-Loiriens.Le Président a aussi rappelé les privatisations réalisées sous Jospin et Hollande, «sans réaction de la gauche».
Jean-Luc Fonteray a élevé la voix pour dénoncer ce qu'il a considéré comme «une censure» ! Le moins que l’on puisse dire c’est que la gauche n’a pas vraiment apprécié d’être renvoyée à ses études par le Président Accary.
«Etudes» est bien le mot, car il a fait voter par sa majorité le report de l’examen du vœu relatif à la privatisation des aéroports de Paris. En demandant à l’opposition de présenter en septembre ce que la privatisation des aéroports de Paris peut avoir de conséquences pour la Saône-et-Loire et ses habitants.
Le jour même où le Sénateur et Jérôme Durain et la Députée Cécile Untermaier avaient programmé une conférence de presse sur le même sujet, le groupe de gauche au département a donc fait choux blanc. Face aux arguments de la gauche, André Accary n’a pas hésité à ressortir les cadavres pour rappeler les privatisations opérées sous les Gouvernements socialistes en remarquant : «A l’époque on ne vous a pas entendu».
Entre les arguments des uns et les arguments des autres, ce sont donc ceux de la majorité de droite qui l'ont emporté. Comme un avion, le voeu de la gauche a donc été détourné. Qui plus est avec un ultimatum, laissant à la gauche le choix des armes.
Ce vendredi matin au conseil départemental, c'est Evelyne Couillerot qui présentant le vœu avait lancé la fusée espérant la placer sur orbite : «On est dans des sujets qui nous concernent, car c’est notre bien commun. On avait vu ce qu’auraient pu être les conséquences d’une privatisation de la RCEA. Et il peut y avoir aussi la volonté de privatiser les routes nationales. Pour les autoroutes on a privé notre pays de revenus. Avec Aéroports de Paris, nous sommes dans un projet qui concerne tout le monde. Des députés socialistes et républicains se sont associés d'ailleurs», avait donc argumenté l'élue du Creusot.
La première réponse d'André Accary fusa, non sans ironie : «Ce vœu m’a surpris Madame Couillerot. C’est pas la première thématique, en tant qu’élu local, dont on me parle sur le terrain. On m’interroge sur la vie quotidienne, les routes, mes EHPAD, les collèges, les médecins. Je n’ai qu’une motivation, ce sont les problématiques départementales. Je pourrai comprendre votre vœu si vous vous étiez intervenus par le passé. Je vous rappelle que sous Jospin, il y avait eu des des privatisations comme rarement , dont France Télécom». Et le Président du conseil départemental de poursuivre :
«Et puis sous Hollande, une partie du capital d’EADS, avec 1,2 milliard, des parts de SAFRAN (3 milliards), 2016 les aéroports de Nice et Lyon, Toulouse...»
Et le Président Accary de demande : «Pourquoi à l’époque vous n’avez pas déposé un vœu ?
Vous ne l’avez pas fait sur des exemples similaires. Ceci-dit je ne rejette pas votre vœu. A première il ne porte pas sur une problématique départementale. Apportez nous les impacts sur les conséquences pour le département de Saône-et-Loire. Je vous demande que cette question soit réétudiée à la rentrée».
Claudette Brunet Lechenault élue de Chagny précisa alors : «Je n’ai pas signé le vœu car je suis contre le principe du référendum. Mais je suis contre la privatisation. C’est une hérésie économique et financière. C’est comme pour la Française des Jeux. Vous avez tort d’aborder le sujet par le côté Saône-et-Loire», déclara-t-elle à l'adresse du Président Accary, avant qu'Evelyne Couillerot demande une suspension de séance.
Après celle-ci, Lionel Duparay y alla de son appréciation : «Je suis contre. Mais ce qui me gène c’est : Pourquoi ne pas laisser nos concitoyens s’exprimer ? Je ne pense pas que c’est notre rôle de s’exprimer».
Evelyne Couillerot argmenta alors : «Je suis en accord avec Lionel Duparay. Il faut inciter les citoyens et nous avons un rôle, avec les Députés, à jouer. La démocratie est participative.
Pour répondre au Président, je regrette que les remarques n’ont pas été faites en commission. Nous vous demandons de respecter le règlement intérieur et de faire voter le vœu, qui ne peut pas être refusé par le Président».
Ce à quoi André Accary répliqua : «Ne déformez pas mes propos. Peut être que vous on vous interpelle sur la problématique des aéroports de Paris. Moi on ne m’a pas interpellé sur ce sujet. Je ne rejette pas votre proposition. L’article 50 ne cadre pas de calendrier. Je vais mettre au voix le report du vœu au mois de septembre. Je demande au groupe Gauche 71 d’apporter les preuves des conséquences».
Jean Luc Fonteray monta alors le ton pour lancer : «C’est une censure bafouant l’application de l’article 50. Si l’article stipule que les vœux soient présentés comme on l’a fait, ce n’est pas pour que le vœu soit reporté. Nous avons respecté le règlement intérieur. Le vœu vous gène et vous trouvez un alibi»
André Accary devait lui répondre : «J’aurai aimé vous entendre intervenir, avec autant de vigueur, sur les sujets importants du département». Cela avant de faire voter, sans surprise, le report du vote sur le voeu au mois de septembre.
Avec le sourire, mais sans piper mot, Dominique Lotte avait lui chuchoté qu'en Saône-et-Loire on aimerait bien que l'aérodrome de Saint-Yan soit lui privatisé. Car c'est un investissement de plus de 7 millions d'euros que le syndicat qu'il préside va devoir assumer pour refaire les pistes.
Mais, histoire de ne pas gêner ses amis, il s'est bien gardé d'aborder le sujet au moment du voeu sur la privatisation des aéroports de Paris... Car de Saint-Yan, il avait été question la veille, quand le Président Accary avait expliqué qu'il a demandé à l'Etat de mettre la main à poche, pour accompagner le département et la région qui eux seront, par la force des choses, au rendez-vous du financement. Pour ne pas mettre en péril la présence de l'école des pilotes qui sont appelés à décoller et/ou atterrir sur les aéroports de Paris...
Mais vendredi ce n'était pas le sujet.
Alain BOLLERY
 
Le voeu présenté par la gauche :
 A l’assemblée départementale du 20 juin 2019, les conseillers départementaux du groupe Gauche 71 déposeront une motion de soutien au processus de référendum d’initiative partagée, engagé contre la privatisation des Aéroports de Paris (ADP).
Forts de leur expérience de lutte, avec la population, contre la privatisation de la RCEA, les élus de gauche en Saône-et-Loire connaissent les risques d'une telle vente. Cela les amène à soutenir l'initiative lancée par 267 parlementaires de toutes sensibilités politiques…
Faut-il le rappeler ? La mise en concession de la RCEA signifiait que l’Etat bradait une route nationale, seul itinéraire de desserte et de transit, pour la confier aux intérêts des sociétés concessionnaires. Voulons-nous prendre les mêmes risques, alors même qu’ADP est une entreprise publique florissante ? 
Il est donc à craindre que la cession de ces aéroports ne reproduise le scandale de la vente à la découpe du réseau autoroutier français, décidée en 2005, ayant conduit à une hausse inconsidérée des tarifs subie par les automobilistes sans amélioration du service rendu. En 2016, 4,7 milliards de dividendes ont été distribués aux actionnaires des sociétés d’autoroute qui ont perçu 26 milliards depuis 2007 ; et curieusement il n’y a jamais eu aussi peu de travaux sur le réseau autoroutier français depuis 15 ans.
En appelant à soutenir cette démarche nationale de référendum d’initiative partagée, les élus du groupe Gauche 71 veulent ainsi alerter sur le caractère néfaste de la privatisation des infrastructures stratégiques d’Etat, tant il comporte de risques socio-économiques pour l’équilibre des territoires et les populations. Ils souhaitent aussi alerter sur d’autres projets de privatisations du réseau routier national qui sont actuellement préparés par le Gouvernement.
Nous souhaitons également que l'assemblée départementale sache dépasser les clivages partisans pour la défense de notre bien commun, comme cela est le cas à l’assemblée nationale.
Les élus du groupe Gauche 71 au Conseil départemental.
Evelyne Couillerot et Violaine Gillet, Co-Présidentes.   
Marie-Claude BARNAY - Edda BERGER - Laurence BORSOI - Edith CALDERON- Frédéric CANNARD - Sylvie CHAMBRIAT - Jean-Christophe DESCIEUX - Jean-Paul DICONNE - Bernard DURAND - Catherine FARGEOT - Jean-Luc FONTERAY - Chantal GIEN - Christian GILLOT - Raymond GONTHIER - Jean-Marc HIPPOLYTE - Elisabeth LEMONON - Dominique LOTTE -Christine LOUVEL - André PEULET - Alain PHILIBERT - Fernand RENAULT - Françoise VERJUX-PELLETIER - Jean-Yves VERNOCHET