jeudi 13 décembre 2018

Du Mardi 11 au Samedi 15 Décembre

Découvrez les Offres en cours sur le Bourgogne Aligoté, les pizzas aux choix (14 et 15 décembre), les mini gratins (rayon surgelés), le moelleux crumble noisette, la bûche glacée Nestlé (Uniquement le 15 Décembre)

Samedi 15 Décembre de 14h à 18h

Dédicace de LICORA L.

Mercredi 19 Décembre de 9h à 12h et de 14h30 à 18h30

Photo gratuite avec le Père Noël et surprise offerte à tous les enfants

Retrouvez également des offres exceptionnelles en cliquant sur www.creusot-infos.com  ce Jeudi 13 Décembre

Édito
Le Président de la République ne peut pas se permettre un quatrième samedi aussi catastrophique pour l’image de la France. Il doit prendre les bonnes décisions et envoyer des signes aux Gilets Jaunes. Il n’a pas d’autre choix.
Questions à...

Exclusif

C’est un visiteur de marque qui, dimanche après-midi, a découvert l’exposition «Pierre Soulages, Le Creusot» à L’arc.
Président de l’institut national de la recherche agronomique, Philippe Mauguin s’est confié à «creusot-infos».
Le champion Alain Bernard s'est confié dans une interview à creusot-infos. Pour parler du complexe aquatique du Creusot, mais pas seulement.
«Pour moi c'est important d'aller au contact des jeunes».
«Pour PARIS 2024 je n'ai pas peur, mais je suis inquiet».
«Je vais échanger avec la Ministre pour parler des projets».
C’est officiel, le conseiller régional de Bourgogne - Franche-Comté et Président des Amis de la Rose à Frangy, quitte lui aussi le Parti Socialiste pour créer un autre parti avec Emmanuel Maurel et Marie-Noëlle Lienemann, qu’il accueillera en Saône-et-Loire en novembre.
Denis Lamard s’explique dans une interview à creusot-infos.
Écouter, lire, voir
> Opinion > Les Verts

OPINION : Les écologistes attendent des actes contre le dérèglement climatique à la suite de l'épisode de canicule

08/08/2018 14:00Lu 483 foisImprimer l’article
Alors que la France et l’Europe étouffent sous la canicule, la sécheresse et les incendies, les écologistes dénoncent l’attitude irresponsable du gouvernement qui préfère la diversion et la culpabilisation des citoyens·ne·s aux décisions systémiques.
Restrictions d’eau, récoltes agricoles fragilisées, pollutions à l’ozone, arrêt des centrales nucléaires, services d’urgence surchargés, orages violents… la canicule n’est qu’un avant-goût de ce que le dérèglement climatique peut provoquer comme situation. Inextricables, les inégalités sociales et environnementales vont en se renforçant les unes les autres, fragilisant encore les plus pauvres et plus précaires.
Mais alors que la grande majorité de la population attend des actes sur l’eau, la qualité de l’air, l’alimentation, le développent des renouvelables ou les mobilités, le président se contente de discours et le gouvernement, par la voix de son porte-parole, de son ministre de l’écologie ou du travail ou autres, préfère “sensibiliser” voire culpabiliser la population plutôt qu’agir pour la protéger.
Pour les écologistes, il s’agit d’une faute. En matière d’écologie, l’inaction est coupable et chaque jour de répit offert aux grands pollueurs est un jour de difficultés supplémentaires pour l’ensemble de la population et du vivant.
Si chacune et chacun doit prendre ses responsabilités, l’action des citoyen-ne-s ne pourra pas suffire si le gouvernement continue de permettre aux grands pollueurs de détruire notre planète. Les écologistes appellent à l’abandon des projets inutiles et destructeurs comme le projet de mine d’or ou celui de forages pétroliers en Guyane, les projets autoroutiers, comme le grand contournement ouest de Strasbourg, Europacity en Ile de France, la raffinerie la Mède, les Center Parcs en Isère ou ailleurs….
Au-delà, des décisions s’imposent pour réorienter l’ensemble des politiques publiques pour prendre en compte la finitude de notre planète et le dérèglement climatique : fiscalité écologiste et produit de cette fiscalité affecté à la transition énergétique, développement des énergies renouvelables, application des principes polleur-payeur et de précaution, réelle mobilisation pour la biodiversité.
Tout cela implique que le pouvoir exécutif ait conscience de sa responsabilité et prenne des décisions politiques, à la mise en œuvre et aux effets immédiats. Le rôle d’un gouvernement, fusse-t-il d’un improbable « nouveau monde », n’est pas la sensibilisation ou le conseil, mais dans la prise de décision et l’action pour atteindre effectivement les objectifs fixés.
Julien Bayou et Sandra Regol, porte-parole nationaux