jeudi 24 mai 2018
Édito
Le devoir de mémoire ne doit pas être une option. C’est une obligation et en ce sens, il est particulièrement regrettable que les enfants des écoles du Creusot ne soient pas plus impliqués dans les commémorations. Que ce soit le 11 novembre ou le 8 mai.
Questions à...
Alors que le championnat se termine, Dominique Juillot se livre dans une interview vérité. Il se projette dans l’avenir et dessine ce que devra être l’Elan Chalon 2018/2019. Avec des jeunes. Avec, pourquoi pas, un retour de John Roberson…
Le tourisme en Saône-et-Loire est sur un vent porteur. 2018 sera d’abord l’année du vélo et 2019 sera l’année de l’œnotourisme annonce Elisabeth Roblot, dans une interview à creusot-infos.
L’ancien Ministre sera ce mercredi à Mâcon pour une visite d’expertise. Il se confie dans une interview à creusot-infos :
«André Accary a eu raison de lancer le recrutement de médecins»
«RCEA : On a perdu de belles années»
«Je soutiens la réforme de la SNCF. L’ouverture des lignes à la concurrence est une bonne chose»
Écouter, lire, voir
> Opinion > Les Verts

OPINION : EELV ne veut pas que les forêts soient des «usines à bois»

17/05/2018 02:46Lu 355 foisImprimer l’article
Communiqué :
De nouveau, EELV soutient la mobilisation de l'ONF qui aura lieu à Mâcon le 17 mai et dans d'autres communes sur le territoire.

L'ONF alerte sur les dérives de la gestion des forêts publiques. Nous constatons, au même titre que les salariés de l'ONF, que l’État encourage l'exploitation industrielle des forêts pour en faire des usines à bois. D'ailleurs, en septembre 2017, les services du Ministère de l'Agriculture, inquiets de l’intérêt croissant des citoyens pour la préservation des forêts, ont proposé un plan de communication visant à l’acceptabilité sociale de l'exploitation intensive des forêts suscitant ainsi de vives réactions du mouvement écologiste.
Concrètement, la politique forestière est une illustration de l'inaction de l’État en matière d'écologie : des mots, sans actes. A terme, les conséquences de l'exploitation intensive des forêts sont irréversibles : appauvrissement des sols, disparition de la biodiversité, fragilité des peuplements et fragilité économique pour la filière forêt­bois. Pourtant, les changements de pratiques sylvicoles, comme une sylviculture irrégulière, continue et proche de la nature (méthode Pro Silva) avec abandon des coupes rases, le mélange des essences à l’échelle des peuplements sont des alternatives garantes de la durabilité des forêts et d'une activité économique viable.
La gestion soucieuse des dynamiques naturelles des forêts est un enjeu citoyen fort qui se traduit par un mouvement social important. Soucieux de la qualité de vie, du défi climatique et du défi biodiversité, les citoyens se mobilisent désormais en faveur de modes de gestion forestière performants pour bien vivre aujourd'hui et demain.
Claire Mallard,
co­ secrétaire EELV Bourgogne
Mourad Laoues,
porte ­parole EELV Bourgogne