mercredi 22 mai 2019

Si vous voulez faire preuve d'originalité pour la Fête des Mères, la Boutique à Jacques vous propose sa nouvelle sélection. Avec des créations d'artisans à couper le souffle.

Édito
Les faits très graves qui se sont produits lundi matin, ont révélé autant le manque de respect et de politesse, que cette violence qui n’en finit plus de s’incruster dans les têtes, dans les esprits et donc bien malheureusement dans les actes.
Questions à...
Le vice-président de la Région Bourgogne – Franche-Comté, en charge des lycées est catégorique : «On sait s’adapter, on sait être réactif et on peut voter un financement exceptionnel»
Elu lundi après-midi nouveau Président de la Chambre d’Agriculture de Saône-et-Loire, Bernard Lacour entend mener une présidence de combat. Pour défendre l’agriculture «contre les attaques menées par des minorités». C'est ce qu'il affirme dans une longue interview qu'il a accordée à creusot-infos.
«88% de la société française apprécie notre agriculture et ses agriculteurs et on entend que les minorités»
«L’agriculture française c’est la qualité et la traçabilité»
«L'engagement du conseil départemental a été vital»
«Dans la Communauté Le Creusot - Montceau, on va franchir un cap dans la gestion de l’eau».
Dans une longue interview à creusot-infos, le Député européen sortant, 3ème sur la liste «Les Républicains», n’est pas tendre avec le Président de la République.
«Ce Président est très tacticien et très habile»
«Le grand débat c’est quand même un aveu d’échec».
Alstom, Nadine Morano, Rachida Dati, référendum, immigration, l’élu bressan n’élude aucun sujet.
Écouter, lire, voir
> Opinion > En Marche

OPINION : Rémy Rebeyrotte dénonce des violences «inexcusables»

16/03/2019 20:55Lu 664 foisImprimer l’article
Communiqué :
Inexcusable!
Depuis trois mois, le mouvement dit "des gilets jaunes" a une réalité : une bande d'émeutiers, d'extrémistes de tout poil, d'ultra-violents et leurs complices, de zadistes et de casseurs.
Je dis bien une bande car 8000 a Paris et 30.000 au maximum pour toute la France, soit un tiers du Stade de France, c'est une poignée de personnes.
Rien a voir avec le mouvement de novembre qui était soutenu par une majorité de Français et rassemblait dix fois plus de monde. Ce mouvement a pris fin avec les mesures d'urgence sociale et le Grand Débat proposé par le Président de la République, le 10 décembre.
La poignée d'émeutiers d'aujourd'hui et leurs complices ne veulent surtout pas débattre; elle veut détruire, détruire la démocratie, l'image de la France, son économie, sa quiétude .
Nous ne condamnerons jamais assez les agissements dont sont coupables chacun d'entre eux, leurs meneurs, leurs hommes de main, qu'ils commettent les actes ou les soutiennent.
Nous ne rendrons jamais assez hommage aux forces de l'ordre et de secours confrontes a cette hyper violence, a cette sauvagerie. Nous ne serons jamais assez solidaires des victimes d'un tel jusqu'au boutisme.
Rien ne peut justifier, je dis bien "rien", de soutenir ou de participer aujourd'hui à un tel mouvement car rien ne peut justifier un tel déchainement de haine dans un pays aussi démocratique, ou le débat est ouvert et ou la solidarité n'est pas un vain mot.
Rémy Rebeyrotte,
Député de Saône-et-Loire