lundi 23 septembre 2019
Édito
Les résultats des élections européennes ont confirmé qu’il convient de se méfier de plus en plus des sondages. Jean-Luc et Laurent faisaient la gueule dimanche soir, mais ils n’étaient pas les seuls.
Questions à...
Dans une longue interview, le Président de la Chambre d'Agriculture de Saône-et-Loire parle sans langue de bois. Il dresse des constats, accuse, parle de l’avenir et de la question de l’eau.
Il dénonce la main des Etats-Unis derrière des associations agissantes.
«On a des agriculteurs sur les rotules et petit à petit ils se désespèrent»
«Désolé, mais un steak végétal, ce n’est pas une entrecôte»
«On met de l’eau potable dans les toilettes et on n’est pas capable de répondre à l’abreuvement de nos animaux»
Le lundi 9 septembre 2019 restera dans l’histoire pour l’Hôtel-Dieu du Creusot, avec la première intervention chirurgicale réalisée avec le robot chirurgical, le 1er de Saône-et-Loire.
Le Docteur Jean-Philibert Combier a réagi dans une interview exclusive à creusot-infos.
«Le robot ne remplace pas le chirurgien. Il exécute ses gestes. C’est un progrès considérable»
«C’est capital pour recruter de jeunes médecins»
«Le Maire du Creusot a eu une vision d’avenir et de progrès sur ce dossier stratégique»
Vice-président du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté, en charge des lycées et de l’apprentissage, Stéphane Guiguet détaille l’implication de la Région en matière d’investissements, mais aussi pour «le pouvoir d’achat des lycéens et de leurs familles».
Écouter, lire, voir
> Opinion > En Marche

OPINION : Raphaël Gauvain répond à Gilles Platret

24/10/2018 09:42Lu 1304 foisImprimer l’article
Dans une lettre ouverte, le député dénonce l'attitude du maire de Chalon sur les menus de substitution.
Monsieur le Maire, Cher Monsieur,
 
Je viens de prendre connaissance de votre réaction, suite à l’arrêt de la Cour d’Appel Administrative de Lyon, dans l’affaire dite des « menus de substitution ». Vos propos m’inquiètent de plus en plus.
 
Vous avez toujours eu des positions radicales, préférant cliver politiquement au lieu de rassembler. Et, l’annonce de la fin des menus de substitution à l’occasion de la venue du président Sarkozy à la veille des élections régionales de 2015, en avait été une parfaite illustration. Lors de la conférence de presse de ce jour, vous avez franchi un pas supplémentaire en proférant désormais un discours complotiste.
 
À vous suivre, la Cour Administrative d’Appel porterait atteinte aux principes constitutionnellement garantis de libre-administration des collectivités locales ; les Juges auraient enfreint la laïcité ; ils seraient soumis à des autorités administratives ; et surtout, ils vous imposeraient de procéder à un fichage des familles chalonnaises sur la base de critères religieux.
 
Ce sont évidemment des mensonges éhontés. Il suffit pour s’en convaincre de rappeler la liste des très nombreuses communes de droite comme de gauche, qui pratiquent en France depuis de très nombreuses années les menus de substitution, sans fichage et dans le strict respect de la laïcité. En outre, les considérants 12 et 13 de l’arrêt de la Cour d’Appel sont parfaitement limpides. Ils nous donne à comprendre le cadre juridique de la laïcité. La Cour Administrative fait du droit, vous faites de la politique.
 
La laïcité n’a jamais été le rejet des habitudes et des coutumes. Vous vous êtes rendus samedi dernier à un office religieux à l’occasion de la traditionnel Paulée de la Côte chalonnaise. C’est bien en tant que premier Magistrat de la ville que vous étiez assis au premier rang.Le respect  de la laïcité ne semblait pas vous poser tant de problème.
 
Pratiquer la laïcité, c'est faire preuve de tolérance et accepter les différences. Surtout, elle ne doit pas être instrumentalisée pour servir de prétexte à des discriminations, et particulièrement à des discriminations à l’école. La laïcité doit, tout au contraire, favoriser notre vivre ensemble, fondée sur le respect et l’ouverture aux autres. Œuvrer pour la laïcité, c'est réaffirmer la liberté d'expression de chacun, contre toutes formes d'obscurantisme, d'exclusion et d'injustice.
 
C’est pourquoi, conformément à la tradition humaniste chalonnaise, les menus de substitution doivent être rétablis au plus vite. Vous n’avez d’ailleurs pas le choix. Le pourvoi en cassation d’une décision de Cour Administrative d’Appel n’est pas suspensif. La décision est aujourd’hui exécutoire. Elle a été rendue au nom du peuple français. C’est la République. Elle s’impose à tous. Il vous appartient de la respecter.
 
Salutations républicaines,
 
Raphaël Gauvain
Député