vendredi 18 octobre 2019

Nouvelles marques, nouvel espace de 150m2 refait à neuf, nouveaux services et des offres à ne pas manquer pour toujours vous satisfaire au mieux

Édito
Les résultats des élections européennes ont confirmé qu’il convient de se méfier de plus en plus des sondages. Jean-Luc et Laurent faisaient la gueule dimanche soir, mais ils n’étaient pas les seuls.
Questions à...
Dans une longue interview, la Présidente du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté se montre marquée par les bouleversements climatiques.
«La sécheresse est une lame de fond»
Elle annonce une mobilisation exceptionnelle pour les années à venir, pour agir sur plusieurs leviers :
«La grande priorité, c’est la question climatique»
Marie-Guite Dufay confirme aussi qu’elle n’écarte absolument pas d’être candidate aux prochaines élections régionales, avec une affirmation en forme d’avertissement :
«Il faudra un rassemblement des forces de progrès pour faire barrage au Rassemblement National»
Dans une interview à creusot-infos, Le Maire du Creusot annonce qu’il sera bien candidat pour les élections municipales de mars 2020. Il explique aussi quelle liste il entend mener, sur quelles valeurs, et pourquoi.
Dans une longue interview, le Président de la Chambre d'Agriculture de Saône-et-Loire parle sans langue de bois. Il dresse des constats, accuse, parle de l’avenir et de la question de l’eau.
Il dénonce la main des Etats-Unis derrière des associations agissantes.
«On a des agriculteurs sur les rotules et petit à petit ils se désespèrent»
«Désolé, mais un steak végétal, ce n’est pas une entrecôte»
«On met de l’eau potable dans les toilettes et on n’est pas capable de répondre à l’abreuvement de nos animaux»
Écouter, lire, voir
> Opinion > En Marche

OPINION : Déclaration préliminaire, de la CFDT, à la réunion paritaire de négociation

28/05/2019 07:20Lu 594 foisImprimer l’article
Communiqué :
Le contexte et climat national actuel a remis en avant les inégalités sociales et territoriales qui divisent notre pays. La CFDT métallurgie de Saône et Loire s’inquiète d’une situation sociale dégradée qui témoigne d’une société française de plus en plus divisée.
Alors qu’une majorité de la population voit son pouvoir d’achat stagner, voire baisser, celui des plus aisés progresse. Les choix fiscaux récents renforcent encore ces inégalités en concentrant la fiscalité sur les classes moyennes.
Des évolutions, encore favorables aux entreprises, entreront en vigueur ou en pleine efficience en 2019, à savoir :
        -  La transformation au 1er janvier du crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE) en baisse de charges patronales pérennes (6% jusqu’à 2,5 SMIC) et une baisse supplémentaire de 4% au 1er novembre des cotisations patronales au niveau du SMIC.
        -  La baisse de l'impôt sur les sociétés (IS), qui se poursuit en 2019 avec un taux "normal" appliqué aux entreprises qui passera de 33,3% à 31%, pour aboutir à 25% en 2022.
        -  L’exonération de cotisations sociales salariales sur les heures supplémentaires à partir du 1er septembre 2019. ?Au sein de nos territoires, dans les différentes entreprises de Saône et Loire, la CFDT ne cesse de revendiquer la mise en œuvre de politiques sociales assumées et responsables pour répondre au mieux aux enjeux d’emploi, de pouvoir d’achat et plus spécifiquement de reconnaissance, de développement, du maintien et valorisation des compétences.


Toujours dans un souci de pérenniser les entreprises de la Métallurgie de Saône et Loire et d’améliorer l’attractivité des métiers associés, notre objectif est d’agir sur les rémunérations et lesconditions de travail.
Aujourd’hui alors que s’ouvrent les négociations paritaire (rémunérations ; prime d’ancienneté...) de la convention collective de la Métallurgie de Saône et Loire, c’est pourquoi la CFDT appelle le patronat de la métallurgie (UIMM, Union des Industries des Métiers de la Métallurgie) à s’engager vers un partage plus juste de la valeur créée. De véritables négociations sur les salaires doivent aboutir afin d’apporter aux salariés une véritable hausse du pouvoir d’achat. ?Depuis de nombreuses années, la CFDT alerte le patronat sur le manque d’attractivité des métiers de l’industrie, qui se traduit aujourd’hui par de nombreux postes vacants non pourvus. La CFDT constate également à ce jour que trop de salarié qualifié se situe trop proche du SMIC. ?L’UIMM doit donc prendre en compte ces éléments de contexte et entendre nos revendications afin de faire aboutir une politique salariale digne de ce nom !
P MERLIAUD
Secrétaire Général CFDT Métallurgie de Saône et Loire