dimanche 19 novembre 2017
Sondage
Appréciez-vous le passage à l'heure d'hiver ?
Questions à...
Dans une interview à creusot-infos, André Accary, président du conseil départemental évoque le débat d’orientation budgétaire programmé ce jeudi, avec un fort volume d’investissements. Avec aussi des annonces :
Le Président de l'Elan Chalon se confie dans une longue interview vérité.
«Le club vit une des périodes les plus difficiles qu'il a connues»
«L’équipe est traumatisée et cabossée»
«L'Elan est malade mais on a commencé la thérapie»
Écouter, lire, voir
> Opinion > En Marche

Le député Rémy Rebeyrotte apporte des précisions sur les Contrats Aidés

11/09/2017 19:00Lu 816 foisImprimer l’article
Contrats aidés : nouvelles précisions

Je viens de recevoir la Directrice de la Banque Alimentaire de Saône-et-Loire qui attire mon attention sur les deux contrats aidés dont bénéficient la structure et qui devront être renouvelés en octobre prochain.
Je tiens à préciser que, comme l’a souhaité le Gouvernement, le secteur d’urgence en matière sociale et de santé, notamment concernant l’alimentaire, est un secteur prioritaire pour la reconduction des contrats comme l’accompagnement des élèves en situation de handicap.

J’ai donc interpellé le Premier Ministre, la Ministre du Travail et le Préfet pour que ces deux emplois rentrent bien dans les priorités.
Cela dit, il faut rendre à César ce qui est à César et rappeler l’origine des difficultés créés en matière d’emplois aidés et leur soudaineté.
En 2015, le gouvernement a inscrit au budget de l’Etat de quoi financer 280.000 contrats aidés.
En 2016, ce chiffre est passé à l’équivalent de 400.000 contrats, ceci vraisemblablement dans le seul but de tenter d’inverser la courbe du chômage.
En 2017, n’ont été réinscrits que l’équivalent de 280.000 contrats c’est-à-dire le retour à la situation de 2015.
Ce sont donc aujourd’hui 120.000 contrats signés l’an passé qui se retrouvent dans une situation délicate ; un peu moins puisque le Gouvernement a réussi à créer 32.000 contrats supplémentaires, sans loi de finance rectificative et donc sans augmenter la fiscalité, en faisant glisser des crédits d’une ligne sur l’autre.
Cependant, je réaffirme qu’il est important de revenir à l’objectif initial de ces contrats aidés : aider un public éloigné de l’emploi à retrouver une voie d’insertion par la formation et l’activité professionnelle, dans les collectivités territoriales et les associations portant une mission de service public et d’intérêt général.
Quel que soit le domaine de la vie sociale, la politique du chiffre est toujours à bannir au profit d’une logique qualitative et adaptée.
COMMUNIQUÉ DE RÉMY REBEYROTTE
DÉPUTÉ DE LA CIRCONSCRIPTION CREUSOT-AUTUN