dimanche 24 mars 2019

Du Jeudi 21 au Samedi 30 Mars

-20% sur les Jean’s Levi’s Homme et Femme*

Édito
Les faits très graves qui se sont produits lundi matin, ont révélé autant le manque de respect et de politesse, que cette violence qui n’en finit plus de s’incruster dans les têtes, dans les esprits et donc bien malheureusement dans les actes.
Questions à...
Elu lundi après-midi nouveau Président de la Chambre d’Agriculture de Saône-et-Loire, Bernard Lacour entend mener une présidence de combat. Pour défendre l’agriculture «contre les attaques menées par des minorités». C'est ce qu'il affirme dans une longue interview qu'il a accordée à creusot-infos.
«88% de la société française apprécie notre agriculture et ses agriculteurs et on entend que les minorités»
«L’agriculture française c’est la qualité et la traçabilité»
«L'engagement du conseil départemental a été vital»
«Dans la Communauté Le Creusot - Montceau, on va franchir un cap dans la gestion de l’eau».
Dans une longue interview à creusot-infos, le Député européen sortant, 3ème sur la liste «Les Républicains», n’est pas tendre avec le Président de la République.
«Ce Président est très tacticien et très habile»
«Le grand débat c’est quand même un aveu d’échec».
Alstom, Nadine Morano, Rachida Dati, référendum, immigration, l’élu bressan n’élude aucun sujet.
A qui s’adressera-t-il ? La Présidente du Conseil Régional dit tout dans une interview...
Écouter, lire, voir
> Opinion > De gauche

OPINION : Un parfait du subjectif

11/01/2019 12:30Lu 952 foisImprimer l’article
Trop c'est trop ! quand les bornes sont franchies, il n'y a plus de limite glapit sentencieusement le roi Ubu. Grouic, grouic... Proférés sur le ton de la solennité, les truismes les plus plats prendraient presque du relief !
Comment lui donner tort cependant ? L'excès en toute chose est assurément nocif. Ainsi, trop d'icônerie nuit à la santé mentale, c'est une indubitable évidence. Mais que dire de l'excès d'intelligence, hein ?
Bien sûr, ô toi – beati pauperes spiritu - qui du côté de Montcoït lit cette prose d'une haute tenue (d'un derrière qu'on suppose attentif, au prix d'un douloureux prurit au fondement ) , tu ne saurais répondre à ce questionnement philosophique, et pour cause ! ...Nonobstant le paradoxe, sache que c'est bien pire.
Legendre (idéal ?), le chef de file des Marcheurs à l'Assemblée nous en dévoile toute la mec-à-nique : si la politique de la macronie foire lamentablement au bout de 18 mois à peine et plonge le pays dans la chienlit, c'est parce que ses géniteurs se sont montrés trop intelligents, trop subtils, trop techniques. Too much qu'ils sont les Macron s' boys ! voilà le problème.  La bourgeoisie a peut-être le charme discret, mais le mépris de classe en l'occurrence plutôt tapageur. Comment un populo par essence déficient de l'intellect aurait-il pu adhérer aux propositions de tels lumineux génies , ces ultra-malins qui colonisent les cabinets ministériels ?
Ils sont tellement subtils nos penseurs sachant panser, que pour conduire un soit-disant "grand débat" principalement consacré au pouvoir d'achat des pauvres, ils ont fait le choix d'une figure archétypale de la nomenklatura à 15 boules par mois ! Chronique d'un naufrage annoncé... L'impétrante a d'ailleurs jeté l'éponge, refusant le job mais gardant le pognon : travailler moins pour gagner autant ! Serait-elle sponsorisée par Pénélope ?
Logiquement, les débats ne devraient-ils pas avoir lieu à l'Assemblée Nationale ? Pourquoi avoir installé en parallèle et de façon permanente une Autorité Administrative du débat, hein ? C'est le meilleur aveu de l'absence de représentativité de l'Assemblée. Au demeurant, pourquoi donner la parole au peuple si l'Executif reste maître de la décision ? Enfumage, enfumage.
Quoi qu'il en soit, c'est précisément ce genre de pantouflage dans un des innombrables  comités Théodule dont la Vème République a le secret, que le peuple vomit sans modération car il comprend que tout ça dissimule une prédation légale sous les oripeaux de la méritocratie, Carlos Ghosn nous l'avouait en confidence il y a peu de temps encore :la kleptocratie, c'est la maladie sénile de la démocratie bonapartiste. Balkany, Chirac, Sarkozy, Fillon, Cahuzac et alii d'approuver ...
On notera par ailleurs que "l'ultra" est furieusement tendance cet hiver, comme on peut le constater notamment, dans l'interview accordé à Creusot-infos par le député Marcheur de notre circonscription qui ne recule devant aucune enflure du vocabulaire. Ainsi, les prétendus minoritaires sont devenus ultra-minoritaires, les radicalisés sont ultra-radicalisés et les violents sont devenus ultra-violents. L'anathème dont on accablait les « populistes » étant revenu en boomerang, il fallait bien trouver autre chose. Tremblez donc braves gens car il y a parmi eux des sympathisants de la France Insoumise, ça fout la trouille non ? On dit que ces abominables bolchéviques au couteau entre les dents violent même les enfants de choeur, c'est dégueulasse ! Le gouvernement leur opposera une ultra-fermeté. Bravo. On espère simplement que les ultraçons s'accrocheront avec pugnacité à leur cédille !
On pourra toutefois s'étonner de ne pas voir figurer dans cette diatribe un vocable pourvu du même préfixe : celui des ultra-riches si chers, c'est le cas de le dire, à notre monarque jupitérien, en veine d'ultra-générosité à leur égard. Il est vrai que ces nécessiteux viennent de recevoir seulement 57 milliards € de dividendes cette année de la part des caïds du CAC 40, une misère ! Alors pas question de rétablir l'ISF - gage de l'attractivité du pays comme le montre à l'envi l'épisode Ford de Blanquefort - Jupiter en a fait une ligne (Maginot) à ne pas franchir. Qui vivra verra...
Notre local Marcheur de l'extrême, avec toute la clairvoyance et la sagacité qui caractérisent cette dream team, se lance, à l'intérieur d'un cadre pour le moins subjectiviste, dans une analyse de sociologie politique  du mouvement des gilets jaunes, tellement enflammée qu'elle produit un opaque rideau d'enfumage. Pourquoi éprouve-t-il le besoin de noyer le lecteur sous une avalanche de chiffres ? Chiffres parfois bidonnés : on se frotte les yeux quand on lit que le président aurait été élu avec 84 % de votants au 1er tour !! Ne soyons pas mesquin, Jupiter ne pouvait décemment que pulvériser les 100 % !  Certes, on peut plaider la co(q)uille journalistique, mais qui ira vérifier les autres chiffres assénés ? Rémy-nie-sens d'un laborieux apprentissage en sociologie, le politologue surjouerait donc l'objectivité prétendue de sa réflexion pour éviter l'accusation de prendre ses désirs pour des réalités.
Posant les fondements méthodologiques de l'anthropologie sociale, Emile Durkheim, invitait à considérer « les faits sociaux comme des choses » et à écarter les prénotions issues du sens commun.  
Il n'est certes pas évident de distinguer l'objet observé du sujet observant ; c'est ce qui amène Bachelard par exemple à considérer que l'objectivation domine l'objectivité qui ne serait, in fine, que le produit d'une objectivation correcte. Reste à en définir les critères. Si l'élaboration de statistiques et la mise en évidence de certaines régularités sont au principe de cette objectivation correcte, ses techniques ne sauraient se limiter à la production de chiffres. Ceux-ci permettent de valider ou d'invalider une analyse, ils ne sauraient en tenir lieu.
Regardons les choses en face comme on nous y enjoint. Qu'est-ce qui est réellement étonnant : qu'il y ait moins de personnes dans les manifs et sur les ronds-points après 3 mois de luttes, entrecoupées des fêtes de fin d'année et dans les frimas de Nivôse, ou que les gilets jaunes soient encore en place à l'issue d'une telle période ? Quiconque connaît un peu l'histoire du syndicalisme et du mouvement social,  des grèves et des manifs sait combien il est difficile de tenir longtemps face au pouvoir de l'argent. Pariant sur le pourrissement et sous-estimant la mobilisation, le gouvernement avait allégé son dispositif policier ce dernier samedi, Griveaux doit le regretter. Et en toute responsabilité dimanche, ce sont les femmes, nombreuses, qui ont manifesté dans le calme, entre elles, évitant de se mêler à la manif du samedi par peur des casseurs. Chapeau. Qu'est-ce qui est surprenant : que le soutien au mouvement ait perdu des points dans les sondages ou qu'il reste encore majoritaire malgré tous les moyens mis en place pour le dénigrer ? L'opinion refuse l'amalgame gilets jaunes/casseurs auquel les marcheurs nous invitent désormais faute d'argument plus convaincant,. On nous explique un brin con-des-sans-dents « qu'il y a besoin de parler à l'intelligence des Français (…)  car notre pays est trop dominé par l'émotion » . Enfoncement de porte ouverte ; n'est-ce pas déjà fait ? Et Jupiter a répété qu'il ne renonçait à rien. Intelligenti pauca , sur les ronds-points on pratique la formation politique accélérée ; on est désormais bien loin de l'affaire de la surtaxe sur les carburants dans les doléances formulées et l'on voit bien que l'émotion dont il est question, c'est les motions de censure uniquement !
Inutile de se torturer davantage les neurones : restituer le pouvoir au peuple suppose l'appel à une Constituante, rien moins.
En attendant, allons donc libeller sur le cahier ad hoc nos (con)doléances :
A Jupiter , trop tôt arraché à l'affection de l'oligarchie et du CAC 40
 Justin Grindsel