samedi 21 juillet 2018

Du Mercredi 18 au Samedi 21 Juillet

Profitez des Offres en Cours sur le jambon sec, la préparation longe de thon, les œufs de nos villages (25% en ticket Leclerc), les chaussons aux pommes Junior, la tropézienne, le b-ready nutella, le vin du Languedoc et le papier toilette soie

Édito
La liesse populaire, dimanche soir au Creusot, était encore plus forte qu’en 1998. Mais c’était logique. On vous explique pourquoi.
Et puis, que les aigris rangent leur venin…
Questions à...
Dans une interview fleuve à creusot-infos, Anibal Castano balance ses vérités. Sur son sport le basket, sur la Fédération, sur l'arbitrage.
Les rendez-vous d’été seront lancés avec un spectacle très aérien. Avec aussi un nouveau lieu de programmation.
L’adjoint à la culture parle aussi de l’avenir de L’arc, de la mise en lumière du Château de la Verrerie, du projet d’installations de boites à livres.
30 associations écologistes ont fait du lobbying auprès de lui, mais Rémy Rebeyrotte n’a pas cédé aux pressions vertes sur la question du glyphosate et il s’en explique avec force d’arguments.
Le Député n’hésite pas à prendre le désherbant pour nettoyer les arguments de la nouvelle gauche sur les dotations de fonctionnement. Il parle aussi des accords possibles pour les municipales de 2020 avec un peu d’engrais pour le Grand Autunois Morvan…
Sans oublier les poules, les abattoirs, le bois et les rodéos…
Écouter, lire, voir
> Opinion > De gauche

OPINION : Un Insoumis répond à Rémy Rebeyrotte

28/09/2017 01:27Lu 1872 foisImprimer l’article
Communiqué :
M.

le député, la  fébrilité qui guide l'insignifiante excessivité de vos propos ne fait que nous conforter dans notre détermination.
Dans une première phrase  M. Rebeyrotte nous ressert l'argument digne d'un coup de bonneteau: Les français dans une large majorité auraient voté "pour" Emmanuel Macron et non contre le Front National. Original, non? Du jamais entendu! Mais le tour de passe-passe ne s'arrête pas là. Les Insoumis seraient des antiparlementaristes, bigre!
Voyez- vous M. le député nous ne "glissons" pas vers je ne sais quels extrêmes. Nous ne sommes pas d'avantage agités par des coups de mentons ou de fronts. Les fronts nous y avons goûté, ils nous semblent aujourd'hui insuffisants. C'est aux cerveaux derrières les fronts à qui nous nous adressons. A  ceux de nos concitoyens. Nous ne les faisons pas "marcher" avec des mots creux, des slogans ampoulés dignes d'une campagne publicitaire.  Nous les invitons par des analyses "radicales" à s'armer en pensées afin de résister à "l'extrême" passivité qui consiste à se soumettre devant vos mots et formules marketées. Oui, nous les invitons à "s'insurger" devant le "on peut pas faire autrement" Thatchérien.  Oui, nous les invitons à êtres des décrypteurs, des lecteurs de la réalité à laquelle ils sont confrontés  chaque jour en tant qu'êtres singuliers, travailleurs et citoyens. Nous les invitons à prendre soin d'eux et de nous tous réunis. Oui, nous ferons tout, tous les jours, pour que vous ne puissiez pas nous maltraiter à chaque instant et nous endormir  à coup de mensonges une fois tous les cinq ans.
Comme vous, M. le député nous réfutons les extrêmes pour qui la violence est l'ultime argumentation. Mais nous sommes aussi attentifs aux chemins qui peuvent conduire vers ces violences. L'enfer est pavé de bonnes intentions, n'est-ce pas? Votre stratégie qui consiste à nier la réalité des conflits sociaux au nom des intérêts suprêmes d'une "bonne gouvernance pragmatique", est un chemin plus que hasardeux, voire inquiétant. Les extrêmes ont en commun de créer l'impossibilité du débat et de la concertation. Toutes les ruses sont bonnes pour arriver à leur fin. La tranquillité sera assurée aux passifs, la violence à ceux qui refuseront la soumission. Entre l'extrême droite et l'extrême gauche il pourrait bien y avoir aujourd'hui un autre extrême que nous qualifierions "d'extrême-centre". Un espace où règne à première vue le flou, voire le vide. Un espace où l'argumentation politique cède le pas au prosélytisme rusé et séducteur des publicitaires et des dictateurs. Le ventre mou d'une pensée manipulatrice qui refuse toutes pensées critiques afin de permettre à ses oligarques de s'en mettre plein la panse.
"Le ventre est encore fécond d'où surgit la bête immonde" Nous disait Bertolt Brecht dans l'épilogue de sa pièce "La Résistible Ascension d'Arturo Ui"(satire de l'ascension d'Adolf Hitler)
M. le député, la  fébrilité qui guide l'insignifiante excessivité de vos propos ne fait que nous conforter dans notre détermination à être au service de ceux qui souffrent et ne veulent pas entrer dans un appauvrissement de leur vie quotidienne. Nous ne vous laisserons jamais marcher pour le Marché en piétinant brutalement  nos conquêtes sociales.
Guy Flattot - Groupe des Insoumis du Creusot