jeudi 27 juillet 2017
Sondage
Souhaitez-vous que le Tour de France revienne au Creusot et/ou dans la Communauté Urbaine Le Creusot - Montceau ?
  • Oui
     66% 694
  • Non
     33% 349
Questions à...
«La Saône-et-Loire c’est 3000 créations par an»
«Mon objectif est vraiment d’éviter les doublons pour gagner en efficacité»
«Aller vers un CFA unique Sud Bourgogne»
> Opinion > De gauche

OPINION : Politique, pas vraiment glorieux !

21/04/2017 01:45Lu 1366 foisImprimer l’article
Le Français aiment la politique mais rejettent les hommes politiques au regard du triste spectacle dont ils sont les témoins impuissants.
A gauche, le comportement honteux de François Cahuzac ou la prétendue phobie administrative de Thomas  Thévenoud ont plus que jeté un froid.
Récemment ce n’est pas l’attitude peu digne  de Manuel Walls et de François de Rugy, après les primaires du PS, qui ont redoré le blason des mœurs politiciennes.

Comment l’un et l’autre ont-ils pu jurer solennellement devant les français, respecter une promesse signée et sitôt le résultat venu, qui les a écartés, se déjuger ? Vraiment peu glorieux !
A Droite, François Fillon et Marine Le Pen donne une bien mauvaise image de la France.
Voilà, François Fillon, le candidat de la Droite dure, qui crie à qui veut l’entendre que les caisses de la France sont vides  et qui pendant de longues années, a sans complexe, enrichit sa famille à coup de milliers d’euros /mois. Lui qui promet du sang et des larmes au pays ne s’est pas privé d’utiliser, à son profit, le système. Lui qui s’excuse de son comportement ; en même temps,  se dit la victime innocente. Il invente un cabinet noir comme au temps des mousquetaires en accusant justice et presse, deux piliers de toute démocratie.  La faute, c’est les autres.
Voilà un personnage qui fait la leçon à des aides soignantes, peu rémunérées, en spécifiant que toute augmentation des salaires renforcerait le déficit de la Sécu. Quelle désinvolture et quel mépris ! Voici fixés ceux qui triment….
 Son slogan « Je vais sauver le pays », repris par des électeurs de Droite, ne convient-il pas, plutôt, de voir le salut des plus riches, qui trouvent en François Fillon celui qui sauvera leurs intérêts (actions, patrimoine et autres) si tant est que leurs intérêts soient en danger.
 Et que vaut cette déclaration de catholique, lui qui a si peu le sens du partage, si ce n’est pour sa famille et que vient faire une telle profession de foi dans une République laïque ? Et que valent les paroles d’un homme qui s’appuie sur le mouvement Sens commun, la partie la plus réac des catholiques ? Sera-t-il une sorte de Christine Boutin en costume ?
 Marine LePen. Ses discours ne sont que slogans, sentences et incantations populistes, racistes et haineuses.
 L’Extrême Droite depuis toujours véhicule les mêmes inépties en utilisant les difficultés des gens et en les jetant les uns contre les autres. Hier, c’était le rejet, la haine du juif, du Bolchéviste (communiste) et des immigrés Polonais, Italiens, Espagnols, Portugais qu’il fallait envoyer chez eux. Aujourd’hui, c’est le rejet des migrants et des Musulmans associés habilement aux extrémistes islamistes. Autrefois c’était la défense de la race blanche (Lepen, père), aujourd’hui, c’est la défense de la France contre la méchante Europe qui veut écraser la France (Lepen fille).
Elle qui parle du Peuple et de la rafle du Val d’hiv,  oublie de dire que c’était l’Extrême Droite, qui alimentait en masse la Milice aux sinistres méthodes, qui surveillait les gens, qui désignait  les Juifs lors de la rafle et c’est bien elle, la milice, qui a assassiné Jean Zay. Certains ont la mémoire sélective :…
Si, par malheur, François Fillon et Marine Lepen arrivaient au 2ème tour dimanche, ce serait une honte pour notre pays, tant l’image de ces deux-là, est jugée très négative par la presse internationale.
Le peuple français  est sage. Comme le disait Paul Eluard, un poète et résistant : « Rien n’est passé….La vie a des feuilles nouvelles ».
Rappelons-nous 1936 où le pays vivait la même situation, c’est le peuple qui a voulu la transformation de la société.
Claude Thomas