mardi 20 août 2019
Édito
Les résultats des élections européennes ont confirmé qu’il convient de se méfier de plus en plus des sondages. Jean-Luc et Laurent faisaient la gueule dimanche soir, mais ils n’étaient pas les seuls.
Questions à...
Le nouvel entraîneur de l’Elan Chalon se confie dans une interview. Il explique comment il va travailler et ses premières ambitions dans cette première période de préparation.
Alors que des maires ont le blues, le Député Rémy Rebeyrotte vient de rendre un rapport pour redonner du pouvoir aux Maires, surtout des petites communes, face à des intercommunalités parfois accusées d'une trop grande voracité…
Le Député de Saône-et-Loire veut mettre de l’huile entre les intercommunalités et les communes, pour que leurs élus soient plus reconnus et considérés.
«Des conseils des Maires se prononceront sur les grandes orientations de leur intercommunalité»
A l’occasion d’une conférence de presse, le patron du groupe SOS, dont dépend l’Hôtel-Dieu du Creusot, a affirmé plusieurs choses.
«L’établissement génère un déficit. On l’a repris pour le redresser et le relancer».
«On a dit oui pour une aide-soignante de jour et «on verra» à la fin de l’année pour une infirmière de nuit».
«Pour l’urologie, la nouvelle organisation sera sans coût supplémentaire pour les patients».
«On va avoir un bon énorme en terme de prise en charge des patients».
«Le robot sera utilisé en urologie, en chirurgie digestive et en chirurgie gynécologique».
Écouter, lire, voir
> Opinion > De gauche

OPINION : Jérôme Durain rappelle la doctrine «Montebourg» pour GE à Alstom

28/05/2019 17:49Lu 1235 foisImprimer l’article
Communiqué :
"1 000 emplois non créés c'était 50 millions d'amende grâce à Arnaud Montebourg. Combien est-ce pour 1 000 emplois supprimés ?"
La Bourgogne Franche Comté est la première région industrielle du pays par la part de salariés de l’industrie dans la population active. C’est une fierté pour tous ses habitants et c’est un atout pour notre pays. Ce matin, la direction de General Electric a reçu les représentants syndicaux pour leur annoncer un plan de restructuration. Il prévoit la suppression de plus d’un millier d’emplois dans le Territoire de Belfort entre les sites GE de Belfort et de Bourogne. C’est un quart des effectifs de GE que la direction souhaite rayer d’un trait de plume. C’est un coup de massue pour toute la population.
Pourtant, suite au rachat de la branche énergie d’Alstom, le même groupe GE nous promettait la création de 1000 emplois. Beaucoup attendaient mieux de M. Macron, qui a surtout su négocier l’agenda de ce plan social qui arrive au lendemain des européennes. M. Montebourg avait mis en place des garanties lors de la vente d’Alstom. Elles alimenteront un fonds précieux de réindustrialisation à hauteur de 50 millions d’euros. Mais ce fonds n’est pas encore opérationnel malgré l’insistance des collectivités locales.
Aujourd’hui, l’annonce de GE constitue une nouvelle rupture et elle appelle une réponse forte de la part de l’Etat. GE doit préserver davantage d’emplois et de savoir faire, diversifier son activité sur les sites de Belfort et Bourogne. Mais GE doit aussi remettre la main à la poche !
Quels sont les objectifs du Gouvernement en termes de réduction du nombre d’emplois supprimés ? Est-il prêt à exiger le doublement de l’amende due par GE ? Comment va-t-il associer les élus locaux du territoire qui forment une union sacrée pour assurer un avenir à l’industrie régionale ?
Monsieur Jérôme DURAIN
Sénateur de Saône-et-Loire
Conseiller régional de Bourgogne Franche Comté