mardi 20 août 2019
Édito
Les résultats des élections européennes ont confirmé qu’il convient de se méfier de plus en plus des sondages. Jean-Luc et Laurent faisaient la gueule dimanche soir, mais ils n’étaient pas les seuls.
Questions à...
Le nouvel entraîneur de l’Elan Chalon se confie dans une interview. Il explique comment il va travailler et ses premières ambitions dans cette première période de préparation.
Alors que des maires ont le blues, le Député Rémy Rebeyrotte vient de rendre un rapport pour redonner du pouvoir aux Maires, surtout des petites communes, face à des intercommunalités parfois accusées d'une trop grande voracité…
Le Député de Saône-et-Loire veut mettre de l’huile entre les intercommunalités et les communes, pour que leurs élus soient plus reconnus et considérés.
«Des conseils des Maires se prononceront sur les grandes orientations de leur intercommunalité»
A l’occasion d’une conférence de presse, le patron du groupe SOS, dont dépend l’Hôtel-Dieu du Creusot, a affirmé plusieurs choses.
«L’établissement génère un déficit. On l’a repris pour le redresser et le relancer».
«On a dit oui pour une aide-soignante de jour et «on verra» à la fin de l’année pour une infirmière de nuit».
«Pour l’urologie, la nouvelle organisation sera sans coût supplémentaire pour les patients».
«On va avoir un bon énorme en terme de prise en charge des patients».
«Le robot sera utilisé en urologie, en chirurgie digestive et en chirurgie gynécologique».
Écouter, lire, voir
> Opinion > De gauche

OPINION : Cécile Untermaier souhaite une remise en cause de l'accord sur le Mercosur

04/07/2019 11:12Lu 392 foisImprimer l’article
Communiqué :
«L’accord commercial conclu vendredi 28 juin entre l’Union européenne (UE) et les pays du Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay, Paraguay) va permettre d’accroître considérablement les échanges entre les deux régions dans certains secteurs, notamment le secteur agricole.
Cette ouverture aux importations impactera fortement les filières viande françaises, avec près de 100 000 tonnes de viande bovine importées chaque année au taux préférentiel de 7,5 % (au lieu de 20 % auparavant), mais également les volailles avec un quota supplémentaire de 100 000 tonnes en provenance du marché sud-américain.
Dans ce contexte, les inquiétudes des producteurs français et les interrogations quant au respect des normes tant sociales, environnementales que sanitaires, apparaissent tout à fait légitimes. Cet accord avec les pays du Mercosur risque de mettre en péril toujours plus d’élevages dans notre pays, et prend clairement le contre-pied des exigences de l’Accord de Paris sur le climat, notamment par l’aggravation de la déforestation de l’Amazonie, poumon vert de la planète.
Il importe que le gouvernement agisse au niveau européen pour dénoncer le caractère incompatible de ce traité de libre-échange avec les exigences environnementales».
Cécile Untermaier
Députée de Saône-et-Loire