mercredi 20 septembre 2017
Sondage
Selon vous quelle candidate de Saône-et-Loire mérite le plus de devenir Miss Bourgogne ?
Questions à...
Dans une interview à creusot-infos, le chef du groupe PS au conseil régional et sénateur socialiste, évoque la crise de la gauche, la crise du PS. Il répond aussi aux critiques de la droite et du centre.
Avenir du PS, République en Marche, Insoumis, pont de la gare, rue de l’étang de la Forge, Mach 2, rentrée des classes, cantines scolaires, semaine de 4 jours et demi dans les écoles, politique du Gouvernement… David Marti fait un vaste tour d’horizon dans une interview de rentrée accordée à creusot-infos.
Le Creusot pourrait accueillir un des trois pôles territoriaux pour l’embauche des médecins par le département.
Écouter, lire, voir
> Opinion > De droite

OPINION : Voter pour une certaine idée de la Nation

21/04/2017 10:52Lu 811 foisImprimer l’article
Tant que notre système économique et social reste basé sur un triptyque, production ( travail), consommation ( économie), et protection ( sociale),les solutions proposées se doivent de faire appel à la nécessité d'entraide et de solidarité de la société entière.


Il est donc évident que l'économie prime.
Les conditions économiques et sociales sont considérées par beaucoup comme insuffisantes, tout simplement parce que les besoins de l'homme se renouvellent au fur et à mesure qu'ils sont satisfaits.
L'idée proposée d'une démocratie providentielle, dans sa vision utopique, vise à satisfaire pleinement l'individu , tant dans ses droits politiques que dans ses aspirations au bien vivre et au bien-être.
Les limites inévitables, apportées aux droits subjectifs des individus, sont politiques, culturelles ou historiques et alimentent les revendications. Tandis que les aspirations au bien-être, toujours inférieures aux espoirs, suscitent des insatisfactions caractéristiques des sociétés démocratiques.
En mettant ainsi l'individu et son bien- être au cœur du projet, notre société est menacée de délitement et d'affaiblissement.
Seule, une forme de transcendance collective, politique, religieuse ou patriotique peut permettre l'adhésion à un projet sociétal.
De même , il parait vain de promettre d'éradiquer toutes les inégalités sociales, comme de reconnaître toutes les identités collectives à l'intérieur d'une même société.  
Alors, loin des invectives médiatiques, des coups bas politiques, il faut regarder les projets de société qui nous sont proposés.
Peut-on prétendre instaurer une assemblée constituante ,en oubliant ses corolaires ,guillotine et exécutions sommaires, qui aboutit à l'avènement d'une monarchie constitutionnelle ?
Peut-on entretenir la confusion entre patriotisme et nationalisme au profit d'une dangereuse idéologie d'enfermement ?
Peut-on continuer d'imposer à nos enfants un système éducatif, basé sur des méthodes et des choix issus d'une idéologie bien pensante, non critiquable, qui entraîne un effondrement des bases et des repères culturels des adultes de demain ?
Peut-on défendre un système social instauré depuis des décennies, financièrement exsangue et devenu inadapté à notre monde ,et, imaginer pouvoir le faire perdurer sans le modifier ?
Peut-on, pour ce même système social, sortir de l'assistanat déconsidérant l'être , tout en restant dans l'entraide?
Peut-on se retrancher derrière le concept de laïcité pour ne pas traiter l'irruption de la religion dans notre espace sociétal commun ?
Peut-on renoncer au concept de Nation et de Défense, en proposant le désarmement de notre pays , alors que, partout dans le monde ,des pays reconstituent leur armée, leur armement ainsi que le lien Défense-Nation?
Peut-on enfin affirmer que les capitaux entrepreneuriaux ne sont pas le moteur de la production, de l'emploi et donc de notre protection sociale?
Vos réponses sont dans les programmes des candidats à l'élection présidentielle.
Votre vote est indispensable pour donner un avenir à nos enfants.
L'abstention ou le vote blanc , dans notre mode électoral actuel, ne peuvent qu'augurer des lendemains douloureux.
Philippe PRIET