mercredi 26 septembre 2018

Tous les midis du Lundi au Vendredi

Formules simples à partir de 4,50€ et Formules Menu à partir de 7,80€

Édito
Ce n’est pas parce que son retentissement médiatique est énorme, qu’il convient de juger l’affaire Benalla à un niveau supérieur de ce qu’elle est et représente.
De quoi s’agit-il ? D’un garçon qui s’est cru plus fort que les autres, parce qu’il était dans le cercle rapproché de la sécurité du Président de la République.
Questions à...
Dans une interview, Michel Neugnot, 1er vice-président du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté, en charge des transports, fait le point après la rentrée des classes. Le nombre de dossiers «à problèmes» liés aux transports a été divisé par deux.
La gratuité du transport scolaire sera de mise à la rentrée 2019, mais peut-être avec des frais de dossier.
Le Président de la FFR était présent samedi au Parc des sports lors de la journée découverte du rugby féminin organisée par le club des Tigresses. Il était accompagné d'Annick Hayraud, Manager de l'équipe de France féminine
A l’occasion d’une conférence de presse de rentrée, le Président du conseil départemental de Saône-et-Loire a annoncé une santé olympique pour le recrutement des médecins.
«Le Creusot a vocation à devenir le 5ème pôle»
«45 antennes vont être ouvertes sur tout le département»
«A Mâcon je veux ouvrir un centre en association avec la faculté de médecine»
Écouter, lire, voir
> Opinion > Autres opinions

OPINION : «Technocratie européenne et technocratie française unies pour accoucher d’un réglement agricole aberrant», juge Jean-François Farenc

10/07/2018 16:49Lu 744 foisImprimer l’article
Communiqué :
Technocratie européenne et technocratie française unies pour accoucher d’un règlement agricole aberrant
En Saône et Loire, dans le cadre de la nouvelle Politique agricole commune, 8 communes* vont perdre selon toute vraisemblance à partir de 2019 le bénéfice d’un classement en zone défavorisée simple (ZDS).


On note au passage que ces communes sont situées principalement dans des niveaux d’altitude allant de 300 mètres à 600 mètres.... alors que de nombreuses autres communes situées en plaine, restent classées zones défavorisées.
Comment en est-on arrivé là, après deux ans de concertation entre le monde agricole et les responsables publics ?
L’explication est simple : les technocraties, l ‘européenne et la française, ont uni leurs efforts pour imaginer, à coup de savants calculs sur tableur Excel, de diverses manipulations, d’ « analyses multicritères », de « fine tuning » (langage bruxellois)..... une méthode imparable......permettant de décréter au final qu’une prairie située à 500 mètres d’altitude est en zone de plaine.
La haute fonction publique parisienne et bruxelloise est redoutable, elle arrive à bousculer la géographie....
Veut-on assassiner l’agriculture et l’élevage familial ? C’est insupportable. Les éleveurs vont perdre une compensation l’ICHN ( Indemnité compensatoire de Handicap Naturel) qui avait seulement pour objet de ramener un peu d’ égalité et de prendre en compte la difficulté plus grande pour eux d’exploiter sur des pentes.
Deux préfets de Saône-et-Loire ont eu connaissance de ces multiples travaux et ont pu mesurer les absurdités produites par les lourdes bureaucraties qui nous gouvernent.
Dans ce dossier très technique et politique à la fois, les Maires ruraux dénoncent une suprématie de la technocratie et l’administration lointaine au détriment de l’intelligence locale.
JF Farenc Maire de Blanot Président UMCR 71