mardi 26 mars 2019

Offre Spéciale «Anniversaire»

Du Jeudi 21 au Samedi 30 Mars

1 article acheté = -10%

2 articles achetés = -10% sur le premier et –20% sur le deuxième

(article le moins cher)
Édito
Les faits très graves qui se sont produits lundi matin, ont révélé autant le manque de respect et de politesse, que cette violence qui n’en finit plus de s’incruster dans les têtes, dans les esprits et donc bien malheureusement dans les actes.
Questions à...
Le vice-président de la Région Bourgogne – Franche-Comté, en charge des lycées est catégorique : «On sait s’adapter, on sait être réactif et on peut voter un financement exceptionnel»
Elu lundi après-midi nouveau Président de la Chambre d’Agriculture de Saône-et-Loire, Bernard Lacour entend mener une présidence de combat. Pour défendre l’agriculture «contre les attaques menées par des minorités». C'est ce qu'il affirme dans une longue interview qu'il a accordée à creusot-infos.
«88% de la société française apprécie notre agriculture et ses agriculteurs et on entend que les minorités»
«L’agriculture française c’est la qualité et la traçabilité»
«L'engagement du conseil départemental a été vital»
«Dans la Communauté Le Creusot - Montceau, on va franchir un cap dans la gestion de l’eau».
Dans une longue interview à creusot-infos, le Député européen sortant, 3ème sur la liste «Les Républicains», n’est pas tendre avec le Président de la République.
«Ce Président est très tacticien et très habile»
«Le grand débat c’est quand même un aveu d’échec».
Alstom, Nadine Morano, Rachida Dati, référendum, immigration, l’élu bressan n’élude aucun sujet.
Écouter, lire, voir
> Opinion > Autres opinions

OPINION : «Technocratie européenne et technocratie française unies pour accoucher d’un réglement agricole aberrant», juge Jean-François Farenc

10/07/2018 16:49Lu 920 foisImprimer l’article
Communiqué :
Technocratie européenne et technocratie française unies pour accoucher d’un règlement agricole aberrant
En Saône et Loire, dans le cadre de la nouvelle Politique agricole commune, 8 communes* vont perdre selon toute vraisemblance à partir de 2019 le bénéfice d’un classement en zone défavorisée simple (ZDS).
On note au passage que ces communes sont situées principalement dans des niveaux d’altitude allant de 300 mètres à 600 mètres.... alors que de nombreuses autres communes situées en plaine, restent classées zones défavorisées.
Comment en est-on arrivé là, après deux ans de concertation entre le monde agricole et les responsables publics ?
L’explication est simple : les technocraties, l ‘européenne et la française, ont uni leurs efforts pour imaginer, à coup de savants calculs sur tableur Excel, de diverses manipulations, d’ « analyses multicritères », de « fine tuning » (langage bruxellois)..... une méthode imparable......permettant de décréter au final qu’une prairie située à 500 mètres d’altitude est en zone de plaine.
La haute fonction publique parisienne et bruxelloise est redoutable, elle arrive à bousculer la géographie....
Veut-on assassiner l’agriculture et l’élevage familial ? C’est insupportable. Les éleveurs vont perdre une compensation l’ICHN ( Indemnité compensatoire de Handicap Naturel) qui avait seulement pour objet de ramener un peu d’ égalité et de prendre en compte la difficulté plus grande pour eux d’exploiter sur des pentes.
Deux préfets de Saône-et-Loire ont eu connaissance de ces multiples travaux et ont pu mesurer les absurdités produites par les lourdes bureaucraties qui nous gouvernent.
Dans ce dossier très technique et politique à la fois, les Maires ruraux dénoncent une suprématie de la technocratie et l’administration lointaine au détriment de l’intelligence locale.
JF Farenc Maire de Blanot Président UMCR 71