samedi 21 juillet 2018

Du Mercredi 18 au Samedi 21 Juillet

Profitez des Offres en Cours sur le jambon sec, la préparation longe de thon, les œufs de nos villages (25% en ticket Leclerc), les chaussons aux pommes Junior, la tropézienne, le b-ready nutella, le vin du Languedoc et le papier toilette soie

Édito
La liesse populaire, dimanche soir au Creusot, était encore plus forte qu’en 1998. Mais c’était logique. On vous explique pourquoi.
Et puis, que les aigris rangent leur venin…
Questions à...
Dans une interview fleuve à creusot-infos, Anibal Castano balance ses vérités. Sur son sport le basket, sur la Fédération, sur l'arbitrage.
Les rendez-vous d’été seront lancés avec un spectacle très aérien. Avec aussi un nouveau lieu de programmation.
L’adjoint à la culture parle aussi de l’avenir de L’arc, de la mise en lumière du Château de la Verrerie, du projet d’installations de boites à livres.
30 associations écologistes ont fait du lobbying auprès de lui, mais Rémy Rebeyrotte n’a pas cédé aux pressions vertes sur la question du glyphosate et il s’en explique avec force d’arguments.
Le Député n’hésite pas à prendre le désherbant pour nettoyer les arguments de la nouvelle gauche sur les dotations de fonctionnement. Il parle aussi des accords possibles pour les municipales de 2020 avec un peu d’engrais pour le Grand Autunois Morvan…
Sans oublier les poules, les abattoirs, le bois et les rodéos…
Écouter, lire, voir
> Opinion > Autres opinions

OPINION : «Le triple échec d’Emmanuel Macron» pour le PCF

11/10/2017 14:15Lu 859 foisImprimer l’article
Communiqué :
Le triple échec d’Emmanuel Macron
La réussite, hier, de la journée d’action des fonctionnaires signe un triple échec du pouvoir.
La réussite, hier, de la journée d’action des fonctionnaires signe un triple échec du pouvoir.

Il n’est pas parvenu à convaincre les agents publics d’accepter leur sort parce qu’ils seraient des privilégiés ou que la population jugerait qu’ils doivent se serrer la ceinture. Tous les efforts d’Édouard Philippe et de Muriel Pénicaud pour diviser les organisations syndicales se sont révélés vains et chacun peut mesurer que l’unité fait la force. Enfin, et c’est peut-être le plus important, la société française n’est pas prête à accepter que la richesse des services publics – la seule de ceux «?qui ne sont rien?» – soit livrée aux appétits du privé ou amputée pour permettre de nouveaux cadeaux aux ultrariches. Les manifestants se jugent fondés à réclamer la hausse de leur pouvoir d’achat comprimé depuis des années, le non-rétablissement du jour de carence et la fin des suppressions de postes. L’idéologie du macronisme se heurte à un obstacle de grande taille.
Certes, cette première mobilisation ne suffira pas à rétablir la situation de l’hôpital ou à redonner un élan à l’école. Mais elle porte un coup à leur abandon. Elle signe l’attachement aux services publics et peut permettre d’envisager de nouveaux progrès pour que la propriété commune permette plus d’égalité et de bien-être pour les citoyens.
Les plus de 400?000 manifestants dans le pays, les débrayages, le refus très majoritaire des Français à l’égard des ordonnances sur la loi travail XXL, qui infléchit la position de certains syndicats, montrent qu’Emmanuel Macron n’a pas gagné la partie et que le passage en force n’est pas la bonne voie. Progressivement s’agrègent des mobilisations contre un gouvernement des riches et un libéralisme échevelé. L’inquiétude a gagné le Conseil des ministres. Son séminaire, dimanche dernier, a sonné l’alarme et établi les éléments de langage pour une propagande d’urgence. En marche! semble entravé.
PCF bassin creusotin