lundi 22 janvier 2018
Édito
De Notre Dame des Landes au Center Parcs du Rousset, c’en est fini des grands projets «Zadéifiés»
Sondage
Approuvez-vous la limitation de la vitesse à 80 km/heure sur les routes départementales et nationales ?
  • Oui
     25% 5159
  • Non
     74% 14996
Questions à...
L’ancien secrétaire d’Etat à l’industrie de François Hollande répond à creusot-infos sur Framatome et sur l’avenir du nucléaire. Un dossier sur lequel il a été très impliqué quand il était à Bercy.
«Oui, je le dis clairement, en France il faut remplacer les anciennes centrales nucléaires par de nouvelles centrales EPR»
L’élue du Creusot est à la tête d’un budget important au Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté. Dans une interview elle trace les perspectives 2018. Avec un appel à projets pour l’ensemble des clubs.
Le vice-président du Conseil Régional Bourgogne - Franche-Comté en charge de l’économie a répondu à nos questions.
> Opinion > Autres opinions

OPINION : «500 loups et combien de brebis, Monsieur Hulot ?» demande la Coordination Rurale

11/01/2018 13:56Lu 1663 foisImprimer l’article
Communiqué :
500 loups et combien de brebis, Monsieur Hulot ?
Le ministre de l'Environnement souhaite atteindre une population d' « au moins 500 loups avant la fin du quinquennat ».

Pour la Coordination Rurale, il est certain que dans le cadre du Plan Loup qu'il veut imposer aux éleveurs, cet objectif sera, s'il ne l'est pas déjà, très rapidement atteint.  Sachant que l'espèce Canus Lupus en Europe se porte merveilleusement bien, vouloir 500 loups sur le sol français relève d’un choix  politique et non d'une nécessité pour l'espèce.
La CR rappelle que depuis 1992, le protocole de comptage des loups est toujours au stade expérimental. L'ONCFS fait état de 360 loups avérés (ce qui ne veut pas dire qu'il n'y en a pas bien plus). Il faut également noter que la modélisation de l'évolution de la population lupine ne tient pas compte de l'hybridation qui favorise une reproduction rapide. Par contre, la comptabilisation précise des victimes des loups nous livre le chiffre effrayant de près de 12 000 animaux d’élevage en 2017.
Cette déclaration du ministre de la Transition écologique et solidaire est tout simplement scandaleuse à l'heure où l'ensemble des syndicats agricoles font front commun face à un plan loup qui ne garantit pas l'avenir de l'élevage et du pastoralisme. Les méthodes de protection imposées, auxquelles sont soumises les indemnisations, ne s'adaptent pas à l'ensemble des races et des conditions pédoclimatiques des territoires colonisés par le loup.
Pour la CR, le loup doit être confiné aux zones sans aucune activité humaine.
Coordination Rural de Bourgogne