mercredi 20 mars 2019

20€* offerts en Bon d’achat par tranche de 300€

Uniquement durant les Portes Ouvertes

Samedi 23 et Dimanche 24 Mars

Édito
La médaille de meilleur apprenti de France reçue par Clément Hélias à la Sorbonne était bien plus qu’un symbole.
Questions à...
Elu lundi après-midi nouveau Président de la Chambre d’Agriculture de Saône-et-Loire, Bernard Lacour entend mener une présidence de combat. Pour défendre l’agriculture «contre les attaques menées par des minorités». C'est ce qu'il affirme dans une longue interview qu'il a accordée à creusot-infos.
«88% de la société française apprécie notre agriculture et ses agriculteurs et on entend que les minorités»
«L’agriculture française c’est la qualité et la traçabilité»
«L'engagement du conseil départemental a été vital»
«Dans la Communauté Le Creusot - Montceau, on va franchir un cap dans la gestion de l’eau».
Dans une longue interview à creusot-infos, le Député européen sortant, 3ème sur la liste «Les Républicains», n’est pas tendre avec le Président de la République.
«Ce Président est très tacticien et très habile»
«Le grand débat c’est quand même un aveu d’échec».
Alstom, Nadine Morano, Rachida Dati, référendum, immigration, l’élu bressan n’élude aucun sujet.
A qui s’adressera-t-il ? La Présidente du Conseil Régional dit tout dans une interview...
Écouter, lire, voir
> MEDIAS > Médias

Portraits de femmes : Mélodie Badet a trouvé ses marques entre chaussures et vêtements

08/03/2019 13:00Lu 3898 foisImprimer l’article
En rachetant les Pieds sur Terre, le 19 février 2018, Mélodie Badet ne pensait pas qu’un an plus tard elle serait aussi à la tête du magasin de vêtements Impulsion, juste en face, rue Maréchal Foch.
Creusotine d’origine, titulaire d’une licence en histoire de l’art, passée dans trois villes : Lyon, Besançon et Dijon, Mélodie avait d’abord travaillé dans la grande distribution. Quatre années au Leclerc du Breuil. «J’ai beaucoup appris et compris de la grande distribution. Mais avec un enfant ça devenait difficile et compliqué. Et puis j’avais envie de me lancer, d’avoir quelque chose à moi. De pouvoir porter un projet».
Le premier a donc été dans la chaussure. Et le 29 septembre dernier c’était donc la suite avec Impulsion.
«En fait, c’est Franck Ungauer qui nous a convaincus mon mari et moi». Les discussions ont été rapides. Les commandes passées en août en pleines vacances. «Et franchement je n’ai aucun regrets. Je pense avoir fait le bon choix. Ma première idée a été de conserver les racines, l’ADN de la boutique. Garder les marques. Garder ce qui marchait, pour que les clients ne soient pas désorientés. Il faut continuer ce qui marche».
Les touches perso ça sera pour plus tard.  Si son compagnon Simon Bouillot l’aide, Mélodie a embauché une vendeuse.
Pour les collections, elle a un credo : «Moi je pense qu’il faut les voir en avance et répondre à ses coups de cour. Je pense que si on apprécie un vêtement, on le vend mieux». Et de compléter : «Les chaussures c’est plus simple que les vêtements. Avec mon compagnon on a pris nos marques rapidement». Pour deux très bons départs.
Alain BOLLERY