mercredi 23 janvier 2019

Jusqu’au 31 Janvier

Chez «MOBALPA», c’est mieux que les Soldes

Jusqu’à -70% sur une sélection de produits*

Vos Ets DELECLUSE, vous proposent aussi des Soldes avec Monsieur Meuble

Jusqu’à -50% sur une sélection de produits*

Ouverture exceptionnelle Dimanche 20 Janvier 2019 après-midi

Édito
La Présidente a choisi le réseau social, dénoncé pourtant pour la violence de ses commentaires, pour présenter ses vœux. C’est bien plus que paradoxal.
Questions à...
Président de la chambre de Commerce et d’Industrie de Saône-et-Loire, Michel Suchaut se confie dans une longue interview à creusot-infos.
Le Député de Saône-et-Loire au cours d’une conférence de presse a parlé «gilets jaunes» mais aussi fait le point sur les engagements tenus du Gouvernement. ACTUALISE
Le vice-président du Conseil Régional se confie sur le budget économie de la Bourgogne-Franche-Comté, «au service de toutes les entreprises».
Écouter, lire, voir
> MEDIAS > Médias

Portraits de femmes : Marlène l’atout jeunesse de la Boutique à Jacques

08/03/2018 06:00Lu 5181 foisImprimer l’article
Elle est du signe du cancer, née un 30 juin, ce qui lui confère une joie de vivre qui n’a rien d’artificielle. Marlène Elvira est tout simplement Marlène, la vendeuse conseillère de la Boutique à Jacques. Elle avait frappé à la porte de la boutique parce qu’elle cherchait un maître d’apprentissage dans la vente… C’était en 1996 et elle n’a jamais plus jamais quitté le magasin, à l’exception de ses semaines théoriques au CIFA de Mercurey.
A la Boutique à Jacques, rue Maréchal Foch au Creusot, Marlène fait partie du décor. «J’ai insisté pour que Jacques me prenne. Il l’a fait, parce que ses filles partaient en études et qu’il avait besoin de quelqu’un pour tenir la boutique quand lui est à l’atelier».
Originaire d’Issy l’Evêque où ses parents tenaient une boucherie charcuterie traiteur, Marlène connaissait le commerce. Elle a donc très vite appris. «Je l’ai officiellement embauchée en 1999», précise Jacques Mangin. Et il ne manque pas de préciser que «c’est Marlène qui m’a convaincu de vendre des piercings et je reconnais que cela a bien aidé la boutique. Elle m’a aussi convaincu de faire une formation pour poser les piercings», souligne le boss de la Boutique. «Je lui avais dit, ok, mais si on trouve un local. Trois mois après la pédicure en face de la boutique a fermé, alors forcément…» Ben oui, forcément, il fallait se lancer.
Le succès a été fulgurant. Avec son intuition féminine autant que sa jeunesse, Marlène avait visé juste. «Je fais confiance à son flair. C’est elle qui passe les commandes, c’est elle qui repère de nouveaux artisans».
Marlène est devenue un pivot dans la boutique. «On essaye vraiment de convaincre les meilleurs artisans de faire du dépôt vente chez nous», explique la jeune femme qui a des origines espagnoles». Avant Noël, comme avant la Fête des Mères, c’est elle qui choisit les produits qui vont être mis en-avant dans les publicités de la Boutique à Jacques, comme sur creusot-infos. Et c’est rare quand elle se trompe. C’est sans doute pour cela que l’histoire a déjà plus de 20 ans d’âge.
Alain BOLLERY