lundi 22 juillet 2019

Au départ de Bourbon-Lancy, les échappées à vélo offrent des parcours sympas pour tous les amateurs de la petite reine et de VTT. Découvrez deux bons plans !

Édito
Les résultats des élections européennes ont confirmé qu’il convient de se méfier de plus en plus des sondages. Jean-Luc et Laurent faisaient la gueule dimanche soir, mais ils n’étaient pas les seuls.
Questions à...
A l’occasion d’une conférence de presse, le patron du groupe SOS, dont dépend l’Hôtel-Dieu du Creusot, a affirmé plusieurs choses.
«L’établissement génère un déficit. On l’a repris pour le redresser et le relancer».
«On a dit oui pour une aide-soignante de jour et «on verra» à la fin de l’année pour une infirmière de nuit».
«Pour l’urologie, la nouvelle organisation sera sans coût supplémentaire pour les patients».
«On va avoir un bon énorme en terme de prise en charge des patients».
«Le robot sera utilisé en urologie, en chirurgie digestive et en chirurgie gynécologique».
Vice-présidente du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté en charge des sports, Laëtitia Martinez, dans une interview, évoque l’engouement autour du mondial féminin. Elle souligne aussi la démarche volontariste de la Région pour développer et soutenir le sport féminin.
Juste avant les grandes vacances, le Maire David Marti se livre dans une interview à creusot-infos.
Gratuité à la piscine, espace Simone Veil, démolition de la Tour Jaurès et à la Molette, travaux dans les équipements sportifs… Le Maire répond aussi au sujet des prochaines élections municipales.
Écouter, lire, voir
> MEDIAS > Médias

Portraits de femmes : Les recettes gagnantes de Maria Deslorieux

08/03/2019 12:00Lu 6327 foisImprimer l’article
Elle a grandi à Montcenis, elle a commencé comme serveuse et aujourd’hui elle est la patronne de la Brasserie de la Gare au Creusot. Normal. Le premier aboutissement de la carrière professionnelle de cette femme épanouie, appréciée de ses employés autant que de ses clients.?«J’ai fait mon apprentissage dans l’Hôtellerie chez Girardot à Buxy», avance Maria Deslorieux. Elle a ensuite travaillé à L’Alibi à Marmagne, avant de rejoindre la Belle Epoque, place Schneider au Creusot, où elle a terminé directrice de l’établissement, à la demande de Mimi Deroues. Un vrai challenge, car l’Hôtel-Restaurant était passé pas loin du gouffre.
Et puis Maria s’est donc imposée un nouveau défi : «Je savais que la Brasserie de la Gare était en vente. Et comme j’ai toujours voulu avoir quelque chose à moi, alors je me suis lancée». Un lancement gagnant comme un fusée à Kourou.
Elle peut servir 52 couverts en un service avec son équipe de six personnes, dont Stéphanie qui l’a suivie non sans hésiter, mais surtout en insistant pour passer de la Place Schneider à l’angle du Boulevard Henri-Paul Schneider et de la rue Leclerc. «C’est fou, ici il y a plus de monde qui passe que sur la place. C’est un très bel emplacement».
La terrasse, bien à l’ombre l’après-midi, fait un carton dès que le soleil sort, que la température est bonne. Et puis Maria Deslorieux s’est imposée un autre défi : «Je voulais absolument ouvrir le restaurant le dimanche, car souvent on me disait que ça manquait au Creusot». Elle a bien senti le besoin, car le dimanche il est conseillé de réserver. Comme pour les soirées qu’elle organise régulièrement pour mettre de l’animation et offrir «du bon temps, de la musique et de la convivialité en soirée».
Le 1er juin prochain Maria Deslorieux a prévu de fêter les «un an de l’ouverture». Ca tombe bien c’est un samedi. «On fera la fête toute la journée et bien évidemment le soir».
Alain BOLLERY