vendredi 22 juin 2018

Du Mercredi 20 au Samedi 23 Juin

Profitez des Offres en cours sur les brochettes de dinde ou de poulet (les 22 et 23 Juin), 

le poulet et la pintade de Bourgogne, la grillade de porc, la tortilla, la mini faisselle Girard, le brillat savarin, le chausson aux pommes junior, la tarte arlequin aux fruits et la bière Leffe

Édito
Vous avez détesté la perspective de la limitation à 80 km/heure… C’est pas grave, on va vous les faire adorer. Le lavage de cerveau a commencé et ça va s’accélérer. Tous les arguments sont bons. Même écolos. C’est dire.
Questions à...
Dans une interview fleuve à creusot-infos, Anibal Castano balance ses vérités. Sur son sport le basket, sur la Fédération, sur l'arbitrage.
Les rendez-vous d’été seront lancés avec un spectacle très aérien. Avec aussi un nouveau lieu de programmation.
L’adjoint à la culture parle aussi de l’avenir de L’arc, de la mise en lumière du Château de la Verrerie, du projet d’installations de boites à livres.
30 associations écologistes ont fait du lobbying auprès de lui, mais Rémy Rebeyrotte n’a pas cédé aux pressions vertes sur la question du glyphosate et il s’en explique avec force d’arguments.
Le Député n’hésite pas à prendre le désherbant pour nettoyer les arguments de la nouvelle gauche sur les dotations de fonctionnement. Il parle aussi des accords possibles pour les municipales de 2020 avec un peu d’engrais pour le Grand Autunois Morvan…
Sans oublier les poules, les abattoirs, le bois et les rodéos…
Écouter, lire, voir
> MEDIAS > Médias

Portraits de femmes : Laurence Gallezot le tennis et «le vivre ensemble» dans la peau

08/03/2018 13:00Lu 2308 foisImprimer l’article
Elle n’avait pas spécialement prévu de devenir un jour la Présidente du Tennis Club du Creusot. Oui mais voilà, les circonstances en ont décidé autrement. Laurence Gallezot est une femme et cela ne lui pose pas spécialement de problèmes d’être une Présidente... «Parmi d’autres, car il y a d’autres femmes présidentes dans le Tennis en Saône-et-Loire, mais aussi dans d’autres clubs, d’autres sports», glisse cette Montchaninoise d’origine, brillante élève, passée par le Lycée de la Martinière à Lyon où elle a été diplômée pour ses études de «dessinateur maquetiste». Une autre époque. On dit aujourd’hui «infographiste».
Quand dans d’autres clubs, d’autres sports, il n’est pas rare d’entendre des membres dire du mal des dirigeants et/ou du Président, au Tennis Club du Creusot, pas besoin de faire une enquête. Laurence Gallezot fait l’unanimité et la seule chose que l’on entend se résume en quelques mots : «On espère qu’on va la garder longtemps».
Elle en serait presque gênée cette femme qui avait débuté le sport par la gymnastique et qui avec les années s’est trouvée attirée par le Tennis jusqu’à être classée 15/3. Aujourd’hui elle a trois vies. Sa vie perso et familiale. Sa vie professionnelle, comme chargée de la communication d’Equip'Bureau pour les agences de Montceau, d’Autun et du Creusot. Et donc sa vie de bénévole. «C’est vrai que j’y consacre bien une heure tous les soirs», dit-elle ne manquant pas de préciser : «Je délègue beaucoup».
Elle dirige avec le sourire. «Moi mon challenge c’était de fédérer au maximum. Je me suis engagée pour porter les valeurs du sport. Le club se porte bien. Nous avons 300 licenciés et 3 salariés». Ce qui en fait un des plus gros clubs de sport du Creusot et le second de Saône-et-Loire pour ce qui concerne le Tennis.
«J’espère qu’avec le retour de la semaine de 4 jours on va pouvoir accueillir plus de jeunes pratiquants», dit-elle. Chaque été, le Tennis Club met un point d’honneur à proposer des stages de Creusot Vacances Jeunes chaque semaine, y compris celles contenant un jour férié.
«Mon objectif est d’ouvrir le tennis à tout le monde. Nous avons d’ailleurs choisi un entraîneur originaire d’Algérie et nos portes sont ouvertes. Y compris aux handicapés, puisque nous avons ouvert une section», souligne cette femme sensible.
Le «vivre ensemble» est donc porté comme une vertu cardinale. Avec conviction, car trop longtemps le Tennis Club a souffert d’une image réductrice qui ne correspondait pas à la réalité des choses. Et en ce sens, Laurence Gallezot entraîne son comité directeur. «Les jeunes, les anciens qui viennent toute l’année, les handicapés, les femmes, les filles, on se doit d’accueillir tout le monde».
Alain BOLLERY