jeudi 19 juillet 2018

50 producteurs de Mercurey pour vous servir !

Un vol en Montgolfière à gagner !

Édito
La liesse populaire, dimanche soir au Creusot, était encore plus forte qu’en 1998. Mais c’était logique. On vous explique pourquoi.
Et puis, que les aigris rangent leur venin…
Questions à...
Dans une interview fleuve à creusot-infos, Anibal Castano balance ses vérités. Sur son sport le basket, sur la Fédération, sur l'arbitrage.
Les rendez-vous d’été seront lancés avec un spectacle très aérien. Avec aussi un nouveau lieu de programmation.
L’adjoint à la culture parle aussi de l’avenir de L’arc, de la mise en lumière du Château de la Verrerie, du projet d’installations de boites à livres.
30 associations écologistes ont fait du lobbying auprès de lui, mais Rémy Rebeyrotte n’a pas cédé aux pressions vertes sur la question du glyphosate et il s’en explique avec force d’arguments.
Le Député n’hésite pas à prendre le désherbant pour nettoyer les arguments de la nouvelle gauche sur les dotations de fonctionnement. Il parle aussi des accords possibles pour les municipales de 2020 avec un peu d’engrais pour le Grand Autunois Morvan…
Sans oublier les poules, les abattoirs, le bois et les rodéos…
Écouter, lire, voir
> MEDIAS > Médias

Portraits de femmes : La peinture très gaie de Sandrine Gay

08/03/2018 16:00Lu 5740 foisImprimer l’article
Quand on a du talent, on n’est pas obligé de passer par une école. C’est ainsi. Ce n’est certainement pas coupable. C’est un peu irritant pour celles et ceux qui dessinent une patate quand ils veulent faire un cochon, et inversement. Sandrine Gay, dans l’univers de la peinture, est une parfaite autodidacte. Songez qu’elle avait 16 ans, qu’elle était toujours un peu ado, quand elle a fait sa première expo.
«Oui j’ai appris de moi même, parce que j’adorais peindre». Et cette envie elle l’a chevillée au corps. Auxiliaire à la bibliothèque de Montchanin, Sandrine Gay n’a pas mis longtemps à faire de la peinture son métier. Elle a commencé à donner des cours aux enfants. Ils étaient d’abord des parties de rigolade. Car si on préfère les toiles heureuses et joyeuses, autant savoir rigoler de tout.
C’était il y a plus de 20 ans et ses premiers élèves en conservent des souvenirs émus et indélébiles. Car Sandrine pensait à tout. Y compris à faire venir le photographe Philippe Chatonnier, chargé de tirer de vrais portraits. Avec pourquoi pas de la peinture sur les mains, les joues ou le nez, car rien n’était interdit.
Après les enfants, Sandrine Gay a ouvert des cours adultes. A des adeptes de peinture qui pour beaucoup auraient pu être sa maman.
A toutes et à tous, petits et grands, elle transmet sa passion, sa bonne humeur aussi. Même s’il y a des exceptions, il est très clair que les peintures des élèves sont aussi gaies, lumineuses et joyeuses, que l’est Sandrine Gay.
«La peinture a cela de formidable qu’elle permet à des gens de sortir ce qu’ils ont en eux, ce qu’ils ne peuvent pas exprimer avec la parole», juge-t-elle. «Avec juste ce qu’il faut de conseils, on arrive à des travaux qui sont géniaux».
L’artiste peintre en convient : «Oui c’est vrai, mes peintures sont heureuses. Mais ça a toujours été. J’aime ce qui est positif, ce qui est gai, ce qui est joyeux. C’est ma marque de fabrique, mon ADN». Comme pour mieux surmonter les épreuves de la vie.
Les amateurs connaissent ses fleurs et ses compositions florales, ses paysages qui donnent envie, ses terrasses on aimerait partager un verre. L’ensemble elle le cultive, «avec toujours des vaches charolaises».
Et quoi de neuf ? «Depuis un certain temps, je travaille un peu plus sur les personnages, que j’avais déjà inclus dans mes terrasses. J’aime peindre les gens en situation». On pourra les découvrir à sa prochaine exposition. En attendant ses cours sont ouverts le lundi, le mardi et le mercredi, au couvent des ursulines à Montcenis. Pas besoin d’emmener des mouchoirs. Ou plutôt si, pour essuyer des larmes de rires.
Alain BOLLERY
(Photos Manon BOLLERY)

La prochaine exposition de Sandrine Gay aura lieu du 24 au 29 avril à la galerie d’art du Château de la Verrerie au Creusot