mercredi 20 mars 2019

20€* offerts en Bon d’achat par tranche de 300€

Uniquement durant les Portes Ouvertes

Samedi 23 et Dimanche 24 Mars

Édito
La médaille de meilleur apprenti de France reçue par Clément Hélias à la Sorbonne était bien plus qu’un symbole.
Questions à...
Elu lundi après-midi nouveau Président de la Chambre d’Agriculture de Saône-et-Loire, Bernard Lacour entend mener une présidence de combat. Pour défendre l’agriculture «contre les attaques menées par des minorités». C'est ce qu'il affirme dans une longue interview qu'il a accordée à creusot-infos.
«88% de la société française apprécie notre agriculture et ses agriculteurs et on entend que les minorités»
«L’agriculture française c’est la qualité et la traçabilité»
«L'engagement du conseil départemental a été vital»
«Dans la Communauté Le Creusot - Montceau, on va franchir un cap dans la gestion de l’eau».
Dans une longue interview à creusot-infos, le Député européen sortant, 3ème sur la liste «Les Républicains», n’est pas tendre avec le Président de la République.
«Ce Président est très tacticien et très habile»
«Le grand débat c’est quand même un aveu d’échec».
Alstom, Nadine Morano, Rachida Dati, référendum, immigration, l’élu bressan n’élude aucun sujet.
A qui s’adressera-t-il ? La Présidente du Conseil Régional dit tout dans une interview...
Écouter, lire, voir
> MEDIAS > Médias

Portraits de femmes : Josy Sanchez vend la beauté qui se cache et se découvre

08/03/2019 07:00Lu 3009 foisImprimer l’article
«J’avais envie de me mettre à mon compte. L’envie de faire quelque chose au Creusot…» Entre le penser le faire, il y a parfois un monde. Pour Josy Sanchez le déclic s’est situé dans une rencontre. «L’idée est vraiment venue d’une commerçante qui m’a dit : «Je te verrai bien faire ça»…
«Ça» c’était reprendre le magasin de lingerie «Elle et Lui» rue Maréchal Foch. «J’ai réfléchi pendant deux à trois semaines, avec ma famille et mes proches». Et Josy Sanchez s’est lancée.
Un sacré défi que celui de reprendre une boutique fermée pendant plus d’un an, après un cambriolage. «Pour la réouverture le 31 août 2018, j’ai passé quatre mois à fond. Quatre mois éprouvants et stressants».
Six mois après, avec le sourire, Josy Sanchez est heureuse de lancer : «C’est du bonheur, parce que ça me passionne».
Cette adepte des sports nautiques et notamment de la planche à voile, creusotine d’origine, a d’abord apprécié de voir revenir des clientes. Et puis elle a trouvé une autre forme de bonheur dans l’achat de ses premières collections. «Je pense qu’il faut aimer ce que l’on va vendre». Le salon de la lingerie ? «Ca permet de voir, de se faire une idée. Perso j’aime bien prendre un peu de recul avant de décider».
Il faut croire que ses décisions sont bonnes : «Les ventes sont à la hauteur de ce que j’espérais. Je peux le dire : La reprise de cette boutique, c’est tout sauf un échec». Mais parce que le métier de commerçante n’est pas un long fleuve tranquille, sans doute encore plus dans la lingerie, Josy avoue que parfois elle est rongée par le stress… «C’est la première fois que professionnellement il m’arrive de ne pas dormir. Parce que j’ai la peur du lendemain. Mais c’est sans doute normal».
Pour son premier défilé de mode, celui de l’UCIA à l’automne dernier, elle avait demandé à des amies de lui faire remonter ce que le public disait et commentait. «Ce qui était apparu c’est que les femmes trouvaient que ce n’était pas assez sexy. Je pense que les gens aiment le spectacle et encore plus quand c’est beau et séduisant». Alors Josy Sanchez a écouté, intégré : «Oui je veux répondre à ce qu’attendent les gens, aux désirs des clientes et des clients». Car il n’y a pas que des femmes qui poussent la porte. Femmes et hommes ont soif de découvertes, de bonnes surprises. Comme quand la commerçante pratique la randonnée avec cette envie de découvertes».
Alain BOLLERY