lundi 20 mai 2019

Pour la Fête des Mères, dites-lui avec des dessous !

Nuisette, dentelle raffinée, pyjama cosy ou maillot de bain retrouvez de nombreuses idées cadeaux

Nouveauté : Brassière de Sport

Édito
Les faits très graves qui se sont produits lundi matin, ont révélé autant le manque de respect et de politesse, que cette violence qui n’en finit plus de s’incruster dans les têtes, dans les esprits et donc bien malheureusement dans les actes.
Questions à...
Le vice-président de la Région Bourgogne – Franche-Comté, en charge des lycées est catégorique : «On sait s’adapter, on sait être réactif et on peut voter un financement exceptionnel»
Elu lundi après-midi nouveau Président de la Chambre d’Agriculture de Saône-et-Loire, Bernard Lacour entend mener une présidence de combat. Pour défendre l’agriculture «contre les attaques menées par des minorités». C'est ce qu'il affirme dans une longue interview qu'il a accordée à creusot-infos.
«88% de la société française apprécie notre agriculture et ses agriculteurs et on entend que les minorités»
«L’agriculture française c’est la qualité et la traçabilité»
«L'engagement du conseil départemental a été vital»
«Dans la Communauté Le Creusot - Montceau, on va franchir un cap dans la gestion de l’eau».
Dans une longue interview à creusot-infos, le Député européen sortant, 3ème sur la liste «Les Républicains», n’est pas tendre avec le Président de la République.
«Ce Président est très tacticien et très habile»
«Le grand débat c’est quand même un aveu d’échec».
Alstom, Nadine Morano, Rachida Dati, référendum, immigration, l’élu bressan n’élude aucun sujet.
Écouter, lire, voir
> MEDIAS > Médias

Portraits de femmes : Irène Saffré et Elodie Guisset trouvent leur bonheur auprès des personnes âgées

08/03/2019 08:00Lu 3045 foisImprimer l’article
L’une  a 60 ans, l’autre 34, elles sont toutes deux animatrices à l’EHPAD départemental du Creusot. L’une est référente aux Reflets d’Argent, l’autre à la résidence du Canada. Et malgré un parcours de jeunesse différent, elles ont réellement trouvé leur voie et leur bonheur auprès des résidents.
Après une jeunesse quelque peu cahotique, Irène passe un CAP couture, enchaîne des petits boulots avant d’entrer en 1980 à l’EHPAD comme ASH. Le diplôme d’aide-soignante en poche en 1993, elle intègre ensuite le service animation en 2007, passe le BAPAAT et le BPJEPS, spécialité animation sociale. Et sans réellement le savoir au départ, elle découvre que cette voie est tout à fait la sienne.
Pour Elodie, le parcours est plus « conforme ». Après un parcours Sports Etudes au Pôle Espoir Judo de Dijon pendant quatre ans, une sérieuse blessure la contraint à choisir une autre voie. Retour chez les parents et obtention d’un Bac Pro Comptabilité, suivie d’un emploi à Leclerc Montceau, puis dans une agence immobilière. Elodie va alors s’occuper à plein temps d’une tante handicapée pendant un an. Elle décide alors de s’occuper des autres, passe un CAP esthétique et décroche un contrat aidé et renouvelé pendant deux ans à l’EHPAD des Marronniers à Toulon-sur-Arroux. Elle passe alors le BPJEPS option animation sociale, intègre la résidence de Montcenis puis celles du Creusot où elle exerce depuis 4 ans.
Irène
« Auprès des personnes âgées, j’ai retrouvé la sagesse d’une mère et d’une grand-mère qui m’ont fait défaut. Elles nous apportent du bonheur, elles se confient à nous et notre travail est totalement différent de celui des soignants, il est plus intime. Devant les situations difficiles, j’arrive à prendre du recul. Je serai en retraite dans un an et ce sera un cap difficile à franchir, mais je veux encore être utile et je m’investirai au service des autres, dans le domaine social ».
Elodie
« Ça a pris du temps mais j’ai trouvé mon plein épanouissement auprès des personnes âgées. J’ai l’impression d’être utile, je suis encore jeune et j’apprends beaucoup. Elles aussi nous apportent beaucoup et le regard que l’on porte sur la personne âgée est très important ».
Les deux complices sont conscientes que rentrer en EHPAD est un déchirement pour la personne âgée. Mais aujourd’hui, c’est un lieu de vie qui a beaucoup évolué et où les animations sont nombreuses et variées. Par exemple, Elodie et Irène interviennent auprès des résidents sur des actions individuelles, comme les accompagner au restaurant, au thé dansant ou encore lors de réunions familiales.
Et l’essentiel est bien d’être auprès d’eux, c’est un bonheur purement réciproque…
J.S.