lundi 20 mai 2019

Pour la Fête des Mères, dites-lui avec des dessous !

Nuisette, dentelle raffinée, pyjama cosy ou maillot de bain retrouvez de nombreuses idées cadeaux

Nouveauté : Brassière de Sport

Édito
Les faits très graves qui se sont produits lundi matin, ont révélé autant le manque de respect et de politesse, que cette violence qui n’en finit plus de s’incruster dans les têtes, dans les esprits et donc bien malheureusement dans les actes.
Questions à...
Le vice-président de la Région Bourgogne – Franche-Comté, en charge des lycées est catégorique : «On sait s’adapter, on sait être réactif et on peut voter un financement exceptionnel»
Elu lundi après-midi nouveau Président de la Chambre d’Agriculture de Saône-et-Loire, Bernard Lacour entend mener une présidence de combat. Pour défendre l’agriculture «contre les attaques menées par des minorités». C'est ce qu'il affirme dans une longue interview qu'il a accordée à creusot-infos.
«88% de la société française apprécie notre agriculture et ses agriculteurs et on entend que les minorités»
«L’agriculture française c’est la qualité et la traçabilité»
«L'engagement du conseil départemental a été vital»
«Dans la Communauté Le Creusot - Montceau, on va franchir un cap dans la gestion de l’eau».
Dans une longue interview à creusot-infos, le Député européen sortant, 3ème sur la liste «Les Républicains», n’est pas tendre avec le Président de la République.
«Ce Président est très tacticien et très habile»
«Le grand débat c’est quand même un aveu d’échec».
Alstom, Nadine Morano, Rachida Dati, référendum, immigration, l’élu bressan n’élude aucun sujet.
Écouter, lire, voir
> MEDIAS > Médias

Portraits de femmes : Coline Mazoyer, sage femme très prévenante

08/03/2019 09:00Lu 4201 foisImprimer l’article
Elle est originaire de Chalon-sur-Saône et elle est sage femme à la maternité de l’Hôtel-Dieu du Creusot, où elle a débuté sa jeune carrière. «J’ai fait mes études à Dijon. J’ai été diplômée en 2014 et j’ai commencé au Creusot le 1er juillet 2014».
Pourquoi Le Creusot ? «C’était un choix. J’avais fait des remplacements quand j’étais étudiante. Et j’avais tout de suite adoré le service. Le Creusot, c’est une maternité familiale. On est en confiance».
Si Coline Mazoyer est devenue sage femme, c’est un peu sur un coup de cœur : «J’avais vu un documentaire sur cette spécialité et je me suis dit que ce serait mon métier. Donner la vie, partager ces instants uniques avec une maman, un papa, c’est quelque chose de très fort. Le contact que l’on peut nouer c’est quelque chose d’énorme. Chaque naissance c’est une montée d’adrénaline et j’aime ça».
Normal, car Coline est une sportive. Elle pratique le basket et joue en Nationale 3 avec le CBC à Chalon sur Saône. «Le sport c’est important», assure cette jeune maman qui sait naturellement être très proche des gens.
Ainsi c’est parce qu’elle avait entendu le petit désarroi d’une maman qui se trouvait à la maternité un jour de Noël, forcément heureuse d’avoir accouché, mais un peu malheureuse de ne pas être en famille, que Coline Mazoyer s’est dit qu’il y avait sans doute quelque chose à faire pour que Noël à la Maternité soit un peu plus agréable.
D’un naturel prévenante, elle a eu l’idée d’offrir des cadeaux aux femmes se retrouvant le 25 décembre à la Maternité. C’est unique en Saône-et-Loire et c’est au Creusot. Alors elle est allée voir des commerçants, elle a convaincu des labos et d’autres partenaires. «J’y suis allée au culot», dit elle dans un grand sourire. Et les cadeaux distribués le 25 décembre sont particulièrement nombreux et appréciés.
Coline Mazoyer a ajouté une spécialité à son arc : «Je suis diplômée d’acupuncture depuis juin 2018». Et elle pratique l’acupuncture pendant ses gardes à la maternité. Pour lutter contre la douleur, les vomissements… Bref pour apporter du bien.
Et elle compte bien continuer : «Je n’ai pas envie d’aller dans une autre maternité. J’aime trop celle de l’Hôtel-Dieu du Creusot. Il y a une confiance réciproque avec les professionnels de santé qu’on rencontre. Alors oui, je le dis : J’adore les conditions de travail. C’est tellement agréable de travailler dans cette maternité où on peut bien s’occuper des mamans».
Alain BOLLERY