mardi 18 décembre 2018

Samedi 22 Décembre de 11h à 12h

Venez rencontrer le Père Noël

Jusqu’au 31 Décembre 2018

Profitez de l’Offre Reste à Charge 0€*

Édito
Le Président de la République ne peut pas se permettre un quatrième samedi aussi catastrophique pour l’image de la France. Il doit prendre les bonnes décisions et envoyer des signes aux Gilets Jaunes. Il n’a pas d’autre choix.
Questions à...
Le vice-président du Conseil Régional se confie sur le budget économie de la Bourgogne-Franche-Comté, «au service de toutes les entreprises».
A l'occasion de la session plénière du Conseil Régional consacrée au vote du budget, la question des transports, le premier budget de la Région, a constitué une grande par des discussions. Et l'imbroglio autour de la hausse des tarifs des abonnements TER a masqué d'autres aspect de cette compétence. Le premier vice-président revient pour Infos-Dijon sur les grandes lignes du budget transports 2019 de la Bourgogne-Franche-Comté.

Exclusif

C’est un visiteur de marque qui, dimanche après-midi, a découvert l’exposition «Pierre Soulages, Le Creusot» à L’arc.
Président de l’institut national de la recherche agronomique, Philippe Mauguin s’est confié à «creusot-infos».
Écouter, lire, voir
> MEDIAS > Médias

Portraits de femmes : Blandine Beliard guide petits et grands sur la peinture et les arts plastiques

08/03/2018 15:00Lu 3623 foisImprimer l’article
Elle est née à Roanne dans la Loire et elle est venue travailler au Creusot. C’est un bien joli parcours que celui-ci et ce ne sont pas les élèves de l’école municipale d’arts plastiques du Creusot qui vont s’en plaindre.
Blandine Beliard leur transmet sa passion de la peinture en particulier et des arts plastiques en général. Et à chaque exposition qui se déroule dans la halle patrimoniale les compliments fleurissent.
Passée pendant cinq ans par l’école des beaux arts de Saint-Etienne, puis ayant enchainé sur une formation dans la communication visuelle et audiovisuelle, c’est en 1992 que Blandine Beliard a rejoint la cité du Pilon. «Je cherchais du travail et on m’a proposé quelques heures pour commencer».
Elle a tout de suite séduit tout le monde et en particulier les enfants. Un gros quart de siècle plus tard, Blandine est à temps plein. Elle partage son activité entre l’atelier d’arts plastiques et les interventions en milieu scolaire.
«Ce que j’aime surtout, ce sont les actions et les projets pluridisciplinaires. Participer à un projet de danse, de théâtre, en mêlant les arts plastiques. Il est important de travailler avec tout le monde. Ile ne faut surtout pas que les arts plastiques se pratiquent en milieu fermé».
La professeur a évidemment quelques préférences, dont celle de la gravure et du travail à l’encre. «Et je suis très heureuse que nous ayons un atelier gravure dans nos locaux municipaux», dit-elle en souriant.
L’école de Blandine compte 110 élèves, dont une quarantaine d’adultes qui découvrent beaucoup plus que la peinture.
«Ce qui m’importe c’est que chacune et chacun se sente heureux dans ses créations». Cette maman de trois filles n’expose pas très souvent. La dernière fois, c’était en 2005 à Autun. La prochaine ? «Je ne sais pas. J’attends d’avoir suffisamment créé».
Par contre, en septembre prochain à la Halle Patrimoniale, juste à côté de la Bibliothèque Universitaire, le public pourra découvrir la richesse de ce qu’elle enseigne à ses élèves. Et ce sera forcément un événement heureux, très coloré, très joyeux, où la création sera sublimée. Enfants, parents et visiteurs n’en seront que plus heureux.
Alain BOLLERY

Ce samedi 9 mars, l’atelier d’arts plastiques sera de la déambulation entre la Médiathèque et le cœur de ville.