mercredi 20 mars 2019

20€* offerts en Bon d’achat par tranche de 300€

Uniquement durant les Portes Ouvertes

Samedi 23 et Dimanche 24 Mars

Édito
La médaille de meilleur apprenti de France reçue par Clément Hélias à la Sorbonne était bien plus qu’un symbole.
Questions à...
Elu lundi après-midi nouveau Président de la Chambre d’Agriculture de Saône-et-Loire, Bernard Lacour entend mener une présidence de combat. Pour défendre l’agriculture «contre les attaques menées par des minorités». C'est ce qu'il affirme dans une longue interview qu'il a accordée à creusot-infos.
«88% de la société française apprécie notre agriculture et ses agriculteurs et on entend que les minorités»
«L’agriculture française c’est la qualité et la traçabilité»
«L'engagement du conseil départemental a été vital»
«Dans la Communauté Le Creusot - Montceau, on va franchir un cap dans la gestion de l’eau».
Dans une longue interview à creusot-infos, le Député européen sortant, 3ème sur la liste «Les Républicains», n’est pas tendre avec le Président de la République.
«Ce Président est très tacticien et très habile»
«Le grand débat c’est quand même un aveu d’échec».
Alstom, Nadine Morano, Rachida Dati, référendum, immigration, l’élu bressan n’élude aucun sujet.
A qui s’adressera-t-il ? La Présidente du Conseil Régional dit tout dans une interview...
Écouter, lire, voir
> MEDIAS > Médias

Portraits de femmes : Audrey Martin fait un ta(b)pas

08/03/2019 16:00Lu 7032 foisImprimer l’article
Passée par le Lycée Léon Blum avant un DUT «Tech. De Co» à l’IUT du Creusot, Audrey Martin a d’abord embrassé une carrière dans la banque. Le Crédit Mutuel à Chagny puis au Creusot, puis le CIC. Huit ans de banque forcément ça marque.
Et parce qu’aujourd’hui il arrive à changer de profession, c’est dans l’assurance que la jeune creusotine avait décidé d’une autre expérience. Elle a été courte : 6 mois. «Car oui, voilà, les circonstances de la vie ont fait que j’ai rejoint mon mari Mike à l’Usine à Tapas».
Elle avait ouvert le 21 juin, rue Jean Jaurès, en face de la Place Schneider. Et c’est début juillet qu’Audrey est donc partie sur un nouveau challenge.
Elle le connaissait bien : «On a tout construit avec le premier associé de mon mari et cela faisait sept ans que l’on avait l’idée d’ouvrir ce type d’établissement». Et ça marche bien, pour ne pas dire très bien. «Chef d’entreprise c’est plaisant. Je peux juste être moi même, imaginer, lancer ce que j’ai envie. Et ça j’adore».
Audrey Martin est hyper active. Et cela se voit sur les réseaux sociaux, dont elle s’occupe personnellement. «On a voulu un établissement très convivial, où l’on puisse passer un bon moment, se détendre, s’amuser, rire, danser, rigoler».
L’Usine à Tapas fait un Tabac, si l’on peut l’expression. «On a plein de projets. Le premier va se concrétiser très vite, avec l’ouverture d’une salle à l’étage. Elle pourra être privatisée pour 20 personnes maxi et je vais évidemment prospecter les entreprises. Chacun pourra la privatiser, avec un pack «tapas et boissons».
Audrey Martin et Mike s’attachent à organiser au minimum trois soirées par mois. Elles sont souvent très innovantes et très ciblées. Comme la soirée Traxxx, la soirée infirmières, ou la soirée années 80… «A chaque fois, sur la soirée, on a vu passer plus de 300 personnes»
Ce que les clients préfèrent ? «D’abord les planches à partager. Ensuite les assortiments de tapas. Et puis les alcool et les desserts».
A l’automne dernier, Audrey Martin et l’Usine à Tapas se sont distingués à l’occasion d’Octobre Rose. «On va refaire, on va essayer d’aller plus loin, de marquer encore plus les esprits. J’aimerai bien retapisser Le Creusot avec plein de soutiens gorges, dans toute la ville. Contre le cancer du sein, il faut sensibiliser encore et toujours.  Je veux aussi faire des rencontres pour les femmes malades, pour qu’elles puissent parler entre elles».
Si le gros de la clientèle d’aujourd’hui a entre 25 et 50 ans, les quinqua et plus viennent aussi. «Mais j’envisage aussi d’organiser des rendez-vous d’après-midi spécialement pour les retraités, avec ambiance guinguette». Et assurément encore plein de choses… C’est pour cela que tout le monde adore.
Alain BOLLERY