vendredi 22 juin 2018

Du Mercredi 20 au Samedi 23 Juin

Profitez des Offres en cours sur les brochettes de dinde ou de poulet (les 22 et 23 Juin), 

le poulet et la pintade de Bourgogne, la grillade de porc, la tortilla, la mini faisselle Girard, le brillat savarin, le chausson aux pommes junior, la tarte arlequin aux fruits et la bière Leffe

Édito
Vous avez détesté la perspective de la limitation à 80 km/heure… C’est pas grave, on va vous les faire adorer. Le lavage de cerveau a commencé et ça va s’accélérer. Tous les arguments sont bons. Même écolos. C’est dire.
Questions à...
Dans une interview fleuve à creusot-infos, Anibal Castano balance ses vérités. Sur son sport le basket, sur la Fédération, sur l'arbitrage.
Les rendez-vous d’été seront lancés avec un spectacle très aérien. Avec aussi un nouveau lieu de programmation.
L’adjoint à la culture parle aussi de l’avenir de L’arc, de la mise en lumière du Château de la Verrerie, du projet d’installations de boites à livres.
30 associations écologistes ont fait du lobbying auprès de lui, mais Rémy Rebeyrotte n’a pas cédé aux pressions vertes sur la question du glyphosate et il s’en explique avec force d’arguments.
Le Député n’hésite pas à prendre le désherbant pour nettoyer les arguments de la nouvelle gauche sur les dotations de fonctionnement. Il parle aussi des accords possibles pour les municipales de 2020 avec un peu d’engrais pour le Grand Autunois Morvan…
Sans oublier les poules, les abattoirs, le bois et les rodéos…
Écouter, lire, voir
> MEDIAS > Médias

Portraits de femmes : Agnès Michelin, la peinture chevillée au corps

08/03/2018 14:00Lu 2295 foisImprimer l’article
Des couteaux, de l'huile, du coeur et des tripes... Mais qu'on ne s'y trompe pas, Agnès Michelin ne travaille pas dans une charcuterie. Elle est artiste peintre et ce, de façon complètement naturelle. Car lorsqu'on demande à cette Creusotine qui s'est installée à Nolay en 2005 à quel moment elle a commencé la peinture, elle n'hésite pas : "Depuis toute petite, j'allais peindre les jeudis après-midi chez ma grand-mère qui était artiste. Puis j'ai fait les Beaux-Arts à Mâcon et un atelier d'art à Paris. Pour moi c'était une évidence." Un beau jour, Agnès Michelin a fait un concours d'art à Chalon. C'était son premier. Elle l'a gagné. Cet épisode a été un déclic, non pour elle, mais pour son entourage, pour les autres.
Mais il n'est pas toujours évident de vivre de son art. Agnès a ouvert une galerie permanente à Nolay en 2005. Auparavant, elle avait une galerie rue Foch près de l'église Saint-Charles, où elle n'exposait qu'une fois par an. Elle était plutôt destinée à recevoir des peintres. Mais une galerie ne suffit pas : elle travaille aussi avec un marchand d'art et est exportée en Suisse, en Belgique et surtout à Mexico."
Celle qui a fait le choix de vivre de sa peinture n'y va pas par trente-six chemins : "C'est dur de vivre de son art, encore plus quand on est une femme. Actuellement, il y a peu de femmes reconnues. Pouvez-vous me citer des peintres femmes? Il y en a beaucoup de talentueuses, mais peu de reconnues. C'est un peu pareil en littérature, peut-être à un degré moindre." Alors il faut peindre beaucoup. Agnès Michelin expose une fois par an, toujours dans la région du Creusot. Pour cela, elle peint plus d'une centaine de toiles par an.
Ses sujets sont variés, mais elle croque surtout les scènes de vie. "Aujourd'hui, lorsqu'on regarde une peinture plus ancienne, elle nous renseigne sur la vie des gens de cette époque. C'est pourquoi dans mes toiles il y a toujours un personnage, un objet pour marquer le temps."
Mais ce qu'Agnès veut par-dessus tout, c'est mettre de la vie dans ses toiles."Je peins uniquement au couteau. Comme je suis une impatiente, ça va vite, ça donne une peinture vivante. Je déteste ce qui est figé. La peinture, il faut que ça sorte des tripes, il faut qu'on éclabousse la toile avec son coeur ! L'art, c'est un moyen d'évasion : quand je peins, j'oublie tout le reste. Et je m'exprime davantage avec mes couteaux qu'avec mes paroles. Je ne pourrais pas vivre sans ."
Et cet art, elle le partage en donnant des cours aux adultes à Nolay et aux enfants au Breuil les mardis soirs et mercredis après-midis. Par plaisir : "J'aime la fraîcheur apportée par les enfants. C'est vraiment un bonheur partagé. Parfois, quand les parents arrivent pour les récupérer, les enfants se retournent pour ne pas les voir !"
Christophe Bouillet