mardi 18 décembre 2018

Jouez et tentez de gagner du 10 au 28 Décembre

1 Vélo – 1 Séjour à Disneyland Paris et 10 Bons d’achat

Nombreuses boutiques ouvertes Les Lundis et Dimanches du 9 au 31 Décembre

Édito
Le Président de la République ne peut pas se permettre un quatrième samedi aussi catastrophique pour l’image de la France. Il doit prendre les bonnes décisions et envoyer des signes aux Gilets Jaunes. Il n’a pas d’autre choix.
Questions à...
Le vice-président du Conseil Régional se confie sur le budget économie de la Bourgogne-Franche-Comté, «au service de toutes les entreprises».
A l'occasion de la session plénière du Conseil Régional consacrée au vote du budget, la question des transports, le premier budget de la Région, a constitué une grande par des discussions. Et l'imbroglio autour de la hausse des tarifs des abonnements TER a masqué d'autres aspect de cette compétence. Le premier vice-président revient pour Infos-Dijon sur les grandes lignes du budget transports 2019 de la Bourgogne-Franche-Comté.

Exclusif

C’est un visiteur de marque qui, dimanche après-midi, a découvert l’exposition «Pierre Soulages, Le Creusot» à L’arc.
Président de l’institut national de la recherche agronomique, Philippe Mauguin s’est confié à «creusot-infos».
Écouter, lire, voir
> LE CREUSOT - MONTCEAU > Communauté Urbaine

Le Creusot – Montceau : «Une reconnaissance forte de la CCM comme pôle majeur portant de grandes politiques», au nom de l’attractivité

11/10/2018 08:00Lu 1885 foisImprimer l’article
C’est le premier du genre. La Communauté Urbaine Le Creusot – Montceau va va contractualiser avec le Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté.
La Région va abonder de 19,8 millions des projets représentant un investissement global de plus de 56 millions d’euros. L’ensemble a été présenté par Marie-Guite Dufay et et David Marti.
Contrat de développement métropolitain. C’est le nom de la contractualisation qui va officiellement unir la Communauté Urbaine et la Région. Elle concerne quatre places fortes de la Grande Région en matière de développement universitaire : Dijon Métropole, Besançon, le bassin de Belfort – Montbéliard et donc la Communauté Urbaine, constituant l’arc urbain de la Grande Région Bourgogne – Franche-Comté.
Ce contrat Métropolitain présenté ce jeudi aux élus communautaires à Saint-Sernin du Bois et ce vendredi aux élus régionaux à Dijon, sera officiellement signé en novembre par Marie-Guite Dufay et David Marti à l’occasion du prochain conseil de la Communauté Urbaine.
Les deux élus ont présenté les enjeux, mercredi après-midi, à l’occasion d’un pont presse qui s’est tenu au Château de la Verrerie.
«Nous sommes en situation d’accompagner ceux qui dynamisent notre région, avec la volonté de trouver des équilibres. Notre région est autant industrielle que rurale. Il faut être partout, y compris là où ça ne marche pas», a notamment affirmé Marie-Guite Dufay. Elle a encore ajouté : «C’est la responsabilité de la région d’apporter sa pierre à tous les territoires, en misant sur la compétitivité et la solidarité».
David Marti n’a pas caché son plaisir autant que sa satisfaction : «La Région accompagne depuis des années la Communauté. Quand François Patriat était président, il a eu un soutien sans faille. On va bientôt inaugurer un lycée neuf. La Présidente a poursuivi et il y a une continuité dans les engagements. L’accompagnement de la région est essentiel pour nous».
A.B.

Cliquez ici pour découvrir les grandes lignes du contrat et les principaux projets


David Marti

Maire du Creusot, président de la Communauté Urbaine
«C’est un moment important que ce contrat métropolitain. Essentiel en affirmant ce que doit être l’action conjointe de la Grande Région et de la CCM. Cela dans un cadre bien précis.
C’est une reconnaissance forte de la région de la CCM comme pôle majeur portant de grandes politiques.
Au travers de cette contractualisation, on voit bien que l’on a une vision et que l’on n’est pas dans une vision au jour le jour. On va porter des projets sur le développement économique, universitaire, la recherche et l’innovation. Mais aussi l’urbanisme.
Nous sommes sur un contrat de 56 millions d’euros, avec plusieurs porteurs de projets, communauté urbaine,  ville, opac, université, avec une forte participation de la Région de 20 millions d’euros.
Très clairement la région a voulu affirmer cet arc urbain et métropolitain, pour affirmer le développement
17 projets sont portés par la Communauté. 14 sont portés par les communes. Nous avons souhaité que ce contrat ne soit pas seulement par la CCM. Un par l’Université et un par l’OPAC.
Nous aurons l’occasion de détailler tous les projets (lire ci-dessous).
Je rappelle qu’un département ingénieur, liée à la robotique sera accueilli si possible à la prochaine rentrée».

Marie-Guite Dufay

Présidente du Conseil Régional
« Nous sommes à deux ans et demi de mandature Le concret est là. C’est cette poltiique de contractualisation, avec tous les territoires. Les territoires urbains, avec un fil conducteur qui est l’université, ce qui est structurant. Avec la recherche, les transferts de technologies. C’est le fil conducteur des quatre grands contraints.
On a finalisé avec Dijon, aujourd’hui avec la CCM, demain avec Besançon et plus tard avec d’autres.
Nous avons aussi 35 ans contrats territoriaux, que vous avez d’ailleurs sur des projets concernant directement des communes, comme celle de Montceau.
Ce n’est pas Le Creusot qui ramasse tout. C’est Le Creusot qui construit et irrigue. C’est un travail d’attractivité. C’est le sujet ici. Vous avez l’excellence industrielle. Il vous faut convaincre ceux qui viennent ici, pour habiter correctement, en profitant de services, de l’offre culturelle.
A côté des quatre grands contrats, 35 contrats territoriaux. Tous sont pris en compte, y compris en accompagnant la ruralité, y compris celle qui est en dés errance complète.  Les projets structurants bénéficient à l’ensemble de la région.
Ce qui guide notre action, c’est de pouvoir être présent au titre de la solidarité et de la compétitivité.
On a pris du temps. Peut être que nous n’avons pas retenu tous les projets. Mais nous avons privilégié ce qui est le plus structurant, y compris le Mecateam. Oui il y a besoin de donner plus d’attractivité pour les techniciens, les ingénieurs. Qu’ils se disent aussi qu’ils ont tout.
Sur le numérique, on accompagne quand il y a des travaux».
Marti Marti : «Sur le numérique, on a du mal, car le plan départemental a pris du retard. On peut le comprendre avec des aléas liés à la conjoncture. On espère que les choses vont avancer, mais l’opérateur n’est pas très à l’aise. Les secteurs qui se sont crus lésés sont en avance par les investissements qui ont été lancés par la CCM»

Marie-Claude Jarrot

Maire de Montceau
«Ce sont des équipements structurants qui vont voir le jour. Nous avons à retrouver cette attractivité économique. Mais l’attractivité tout court, universitaire, de soins. Il faut que nos territoires soient enviés. Trop de personnes imaginent qu’il y a des poussières de charbon, des industries polluantes. Oui il fait bon vivre dans la Communauté Urbaine. On a du travail en terme de communication marketing».

Jean- François Jaunet

Maire de Génelard
«Nous avons une douzaine de commerçants, qu’il est difficile de maintenir. C’est pour cela que nous avons besoin d’investir, y compris pour faire face au vieillissement de la population»

Jean-Claude Lagrange

Maire de Sanvignes, vice-président du Conseil Régional
«J’ai participé mardi à un colloque à Paris sur le thème : L’Industrie par la reconquête des territoires. Ici la Région travaille sur des projets pour stimuler l’emploi industriel.  Certains devraient être un peu plus fiers de leur économie. La métallurgie des poudres c’est avec l’université et avec des PME. Ce territoire on le sait réveillé depuis longtemps.

Hervé Mazurek

Maire de Blanzy
«On arrive à avancer par exemple sur la désertification médicale. C’est un des enjeux des prochaines années. La rénovation des équipements sportifs est importante. Car nous aurons un équipement moins énergivore».

Laëtitia Martinez

Vice-présidente du Conseil Régional
«C’est un coup d’accélérateur pour dessiner le territoire de demain. Avec des projets sportifs et cela c’est la qualité de vie de nos habitants au quotidien».

Cyril Gomet

Chef de Cabinet du Président de l'Université
«L’Université est fière de participer à ce contrat entre la Région et la Communauté Urbaine. Le Président Bonin avait eu un rapport de la Chambre Régionale des Comptes qui l’incitait à se retirer des territoires pour faire des économies. Il avait opposé le coût humain. Ce contrat c’est pour faire vivre nos territoires, notamment via le projet excalibure. Et encore plus parce qu’il est en adéquation avec le territoire.
Alain BOLLERY