mardi 19 novembre 2019

Boules, guirlandes, sapins artificiels, illuminations, village de Noël… les dernières tendances sont chez «Villaverde Montceau»

Édito
Les cheminots qui, vendredi, ont décidé de ne pas travailler ont délibérément pris en otage les usagers. Les conséquences de ce mouvement n’étaient pas acceptables.
Questions à...
«La Bourgogne est reconnue mondialement...» déclare le Président de Paris 2024 dans une interview à creusot-infos.
Le leader de l’opposition, qui avait échoué de peu en 2014, sera bien à nouveau candidat. Sa liste et son projet seront dévoilés en janvier. Mais Charles Landre a déjà donné quelques pistes dans une interview à creusot-infos.
«Un projet neuf et des pratiques nouvelles»
«L’élection sera le statuquo ou innover»
«Il faut rendre la ville attractive»
«Les quartiers ont besoin d’une action humaine»
1er vice-président du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté, en charge des transports, Michel Neugnot réagit au mouvement à la SNCF, revendiqué «droit de retrait» qui a privé de trains TER des milliers de voyageurs vendredi et qui s’est poursuivi…
«Tout est fait pour que la sécurité soit assurée»
«Sur un Dijon – Nevers pas question de supprimer les contrôleurs»
«Dans les Ardennes c’était un accident de la route»
«C’est un mauvais procès de dire qu’il y avait une situation d’insécurité faute de contrôleurs»
Écouter, lire, voir
> LE CREUSOT - MONTCEAU > Communauté Urbaine

Communauté Urbaine : David Marti va lancer une étude pour aller chercher de l’eau dans les anciennes mines à ciel ouvert de Montceau ou de Sanvignes

06/11/2018 03:18Lu 3508 foisImprimer l’article

Exclusif

En cas de sécheresse exceptionnelle, la Communauté Urbaine Le Creusot – Montceau entend se prémunir en s’appuyant sur ses réserves naturelles. Actuellement la CCM s’appuie sur 12 millions de m3 d’eau… Enfin, même un peu plus.
Le Président de la CCM annonce aussi que les agriculteurs et les éleveurs vont pouvoir aller gratuitement pomper de l’eau dans les étangs et les lacs quand leurs réserves seront à sec.


C’est un sujet éminemment sensible. Alors que la France a été frappée par une sécheresse qui s’est étendue du début de l’été à l’automne avec la Bourgogne et la Saône-et-Loire en son épicentre – et ce n’est pas fini -  , la question des réserves d’eau est de la première importance pour un territoire.
«Attention, contrairement aux apparences, nous ne sommes pas dans une situation critique», prend bien soin d’affirmer David Marti, ne manquant pas de souligner que la sécheresse de 2003 avait été beaucoup plus forte que celle de cette année 2018.
La Communauté Urbaine Le Creusot – Montceau s’appuie sur 12 millions de m3 d’eau de réserves quand tous ses réservoirs sont pleins, de la Sorme au Sud, à Saint-Sernin du Bois, la Noue, le Haut-Rançon, le Martinet au nord de son territoire.

12 millions de réserves pour
une consommation de 6,5 millions

«La consommation annuelle sur la communauté urbaine est d’environ 6,5 millions de litres», précise encore David Marti, dont moins d’un million pour les besoins de l’industrie.
Cela c’est pour les données brutes. Ainsi, si la capacité du Lac de la Sorme est de 10 millions de m3, il est estimé que la Sorme offre une potentialité, sur une année normale, de 20 millions de m3, avec les apports de pluie et de ruissellement qui viennent se substituer aux prélèvements permanents à l'usine de la Sorme.
Bien évidemment que le sujet de la consommation d’eau est observé avec beaucoup d’attentions. «Nous avons pris des dispositions. Nous avons considérablement amélioré le traitement et la consommation est non seulement en baisse du côté des industries, mais aussi du côté des particuliers» relève David Marti.
Le Président de la Communauté Urbaine ne manque pas de rappeler que le territoire est passé de trois à deux usines de traitement. Celle de la Sorme et celle de la Couronne au Creusot, puisque celle de la Marolle a été supprimée.
«Est-ce que nos réserves vont suffire pour l’avenir ? C’est évidemment une question à laquelle il est compliqué de répondre. Nous avons moins souffert qu’en 2003, notamment parce que l’hiver et le printemps derniers ont été globalement très pluvieux. Mais il faut se mettre dans l’idée que l’on pourrait avoir un hiver puis un printemps pas pluvieux du temps. Il faut donc se mettre en situation d’aller voir si on peut capter de l’eau ailleurs», relève David Marti.

Anticiper et regarder du côté des 
anciennes mines à ciel ouvert

Et d’annoncer : «J’ai évoqué le sujet avec mon exécutif et les services communautaires. Nous allons donc lancer une étude dans les années à venir pour voir comment on pourrait être en capacité de se mettre à l’abri d’une pénurie. Nous allons donc voir dans quelle mesure, par exemple, l’eau qui s’est accumulée dans les anciennes mines à ciel ouvert, pourrait être captée et traitée». Sont potentiellement concernés, par exemple, le lac des Fouthiaux, le lac Saint-Amédée, celui de Saint-Louis...
Pour l’élu, au-delà de la maîtrise de la consommation, «avec une politique tarifaire qui vise à inciter les habitants à moins consommer», il est donc important de lancer une étude. «Il n’y a pas urgence. Cette étude devra être réalisée dans le prochain mandat. Gouverner c’est prévoir. Il faut anticiper, même si personne ne peut rien prédire. Mais il faut se dire qu’une pénurie d’eau pourrait subvenir à l’horizon de 10, 15 ou 20 ans».
David Marti ne manque pas de rappeler que «si la communauté urbaine s’est opposée à l’exploitation de la fluorine à Antully, c’est aussi pour préserver notre ressource en eau au Martinet».
Directeur des services techniques à la CCM, Jean-Alain Tandéo souligne le travail mené sur les usages de l’eau, notamment dans l’industrie. Mais aussi sur l’utilisation de l’eau pour les incendies, avec ainsi des prélèvements directs dans le Canal du Centre.
Alain BOLLERY

David Marti : «Il faut aider les agriculteurs»

«Il faut que la Communauté Urbaine aide les agriculteurs d’une manière ou d’une autre» affirme David Marti. Comme la collectivité n’est pas autorisée à pratiquer des tarifs différenciés, elle entend agir sur plusieurs leviers. «D’abord on va les aider à constituer des réserves d’eau, en travaillant sur la récupération des eaux de pluie», annonce David Marti. Et de poursuivre : «De la même manière que les agriculteurs sont autorisés à pomper directement dans la Sorme, ou dans le Lac des Fouthiaux à Sanvignes, l’idée est de leur permettre de pomper dans les autres lacs et étangs. Oui nous allons autoriser les agriculteurs à pomper là où il y a des ressources et nous effectuerons les aménagements nécessaires pour permettre ces pompages». Une mesure qui potentiellement concerne les 800 agriculteurs ou éleveurs comptabilisés sur le territoire communautaire.
A.B.
Consommations en baisse
L’eau brute consommée par les industries était de 1,577 millions de m3 en 2013. Elle a été de 922.676 m3 en 2017.
La consommation des particuliers a elle baissé de 3 litres par habitant en dix ans.
A.B.

Quelles sont les réserves communautaires ?

  • Lac de la Sorme : 10 millions de m3
  • Etang du Martinet : 480.000 m3
  • Etang de La Noue : 465.000 m3
  • Etang du Haut Rançon : 89.900 m3
  • Etangs de Saint-Sernin du Bois : 88.000 m3 et 74.800 m3
Au total, les réserves communautaires sont de 11.989.700 m3
A fin octobre les réserves communautaires en eau étaient de 6 millions de m3, contre 3,5 millions de m3 à la même période en 2003.


Ca coule toujours aux Fouthiaux...


Malgré la sécheresse, la Lac des Fouthiaux continue de rendre de l'eau en permanence. Une eau très très claire offrant incontestablement des potentialités d'utilisation et donc de consommation.


L'étang du Martinet était à sec

bien avant la fin octobre




Le Lac des Fouthiaux à Sanvignes




Le Lac Saint-Amédée à Sanvignes




Le Lac Saint-Louis à Montceau




Le Lac de la Sorme