lundi 23 septembre 2019
Édito
Les résultats des élections européennes ont confirmé qu’il convient de se méfier de plus en plus des sondages. Jean-Luc et Laurent faisaient la gueule dimanche soir, mais ils n’étaient pas les seuls.
Questions à...
Dans une longue interview, le Président de la Chambre d'Agriculture de Saône-et-Loire parle sans langue de bois. Il dresse des constats, accuse, parle de l’avenir et de la question de l’eau.
Il dénonce la main des Etats-Unis derrière des associations agissantes.
«On a des agriculteurs sur les rotules et petit à petit ils se désespèrent»
«Désolé, mais un steak végétal, ce n’est pas une entrecôte»
«On met de l’eau potable dans les toilettes et on n’est pas capable de répondre à l’abreuvement de nos animaux»
Le lundi 9 septembre 2019 restera dans l’histoire pour l’Hôtel-Dieu du Creusot, avec la première intervention chirurgicale réalisée avec le robot chirurgical, le 1er de Saône-et-Loire.
Le Docteur Jean-Philibert Combier a réagi dans une interview exclusive à creusot-infos.
«Le robot ne remplace pas le chirurgien. Il exécute ses gestes. C’est un progrès considérable»
«C’est capital pour recruter de jeunes médecins»
«Le Maire du Creusot a eu une vision d’avenir et de progrès sur ce dossier stratégique»
Vice-président du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté, en charge des lycées et de l’apprentissage, Stéphane Guiguet détaille l’implication de la Région en matière d’investissements, mais aussi pour «le pouvoir d’achat des lycéens et de leurs familles».
Écouter, lire, voir
> Faits divers > En Saône-et-Loire

TRIBUNAL DE CHALON-SUR-SAÔNE : Récidive de détention de produits stupéfiants  pour un jeune Brogélien placé en détention provisoire

22/08/2019 21:30Lu 2953 foisImprimer l’article
Il est né au Creusot il y a 18 ans, il vit au Breuil, il s’est fait serrer à Torcy ce mardi 20 août. C’est un enfant du pays, comme on dit. Il portait 27 grammes d’héroïne sur lui. Deux problèmes se sont posés immédiatement : il était en état de récidive légale pour la détention de stupéfiants, condamné au printemps dernier par le tribunal pour enfant. Second problème : il était sous contrôle judiciaire, pour une affaire en cours d’instruction. Parmi les contraintes fixées par le juge des libertés et de la détention : interdiction de paraître à Torcy.
Placé en détention juste avant l’audience
Voilà comment ce jeune homme est arrivé à l’audience de comparution immédiate ce jeudi 22 août, sous escorte et détenu pour autre cause : son contrôle judiciaire venait tout juste d’être révoqué, une escorte va l’emmener à Dijon pour y être incarcéré, dans le cadre de cette affaire en cours d’instruction dont nous ignorons tout, mais dont nous pouvons parier sans trop de risque qu’elle a à voir avec la drogue et son trafic. Il va à la maison d’arrêt de Dijon pour éviter que tous les mis en cause se retrouvent au même endroit.
Il demande un délai long pour préparer sa défense
Vu l’ampleur que prend subitement sa situation pénale, le jeune homme veut un renvoi pour préparer sa défense : il veut l’avocat qui intervient pour lui dans le cadre de l’enquête, et, par sûreté, demande le « délai long ». Évidemment le vice-procureur Prost requiert la détention provisoire en attendant le moment de son jugement. L’avocate de permanence explique en trois phrases le souhait du jeune en matière d’avocat et n’a pas d’observation particulière à formuler : comment demander un placement sous contrôle judiciaire alors qu’il a été arrêté alors qu’il en enfreignait un ?
La drogue ne pardonne rien
« Vous faites usage de stupéfiants ? lui demande l’air de rien le président. – Non. » Donc l’héroïne n’était pas pour son usage. A son casier, la seule condamnation du printemps dernier, 1 mois de prison avec sursis. Le tribunal renvoie l’audience de jugement à début novembre, « et vous place en détention provisoire pour éviter le renouvellement de l’infraction ». Un traitement en cours ? Non, mais un copain dans la salle à qui il demande par signes que le lien ne se rompe pas. Il a 18 ans depuis mai dernier. Il est à ce jour présumé innocent dans une affaire comme dans l’autre, mais sa situation judiciaire est devenue lourde, bien lourde. La drogue, de près ou de loin, ne pardonne rien.
Florence Saint-Arroman