lundi 17 juin 2019

Autun
Augustodunum

Le grand spectacle historique

son et lumiere de la Bourgogne

Édito
Les résultats des élections européennes ont confirmé qu’il convient de se méfier de plus en plus des sondages. Jean-Luc et Laurent faisaient la gueule dimanche soir, mais ils n’étaient pas les seuls.
Questions à...
Alors qu’ils sont officiellement présentés ce jeudi à 18h30, Jérémy Pinto lève un coin du voile sur les 42 rendez-vous programmés.
Nicolas Pommerel est le nouvel entraîneur du Creusot, avec Eric Catinot pour les arrières et Vuli pour les avants.
Avant la reprise de juin, Nicolas Pommerel se confie dans une interview à creusot-infos.
Le vice-président de la Région Bourgogne – Franche-Comté, en charge des lycées est catégorique : «On sait s’adapter, on sait être réactif et on peut voter un financement exceptionnel»
Écouter, lire, voir
> Faits divers > Autour du Creusot

TRIBUNAL : Pas de chance pour le voleur de cartouches de gaz chez Westfalen à Torcy

12/03/2019 03:18Lu 4395 foisImprimer l’article
Avec son complice ils en avaient chargé déjà pour 4000 euros. Mais les Policiers du Creusot ont débarqué.
En dépit de leur prix, 474 euros HT, intéressant à la revente, voler des bonbonnes de gaz « R410A » sur le site même qui les fabrique, ce n’est pas du tout un bon plan, parce que « elles sont trop lourdes, c’est trop difficile » dit l’un des deux voleurs, arrêté en pleine exécution hier matin, dimanche 10 mars, sur le site de Westfalen France à Torcy.

Il dit qu’il s’est rendu... mais sous la menace des armes
Il est 9 heures. Une patrouille de police du Creusot est avertie qu’un vol est en cours chez Westfalen. On y a vu un fourgon blanc dont les plaques d’immatriculation ont été cachées, il y a deux hommes. L’équipage les voit, les voleurs remarquent à leur tour les policiers : l’un des hommes s’enfuit à toutes jambes, l’autre se carapate dans une autre direction mais tombe dans une sorte d’étang, revient trempé vers le fourgon. Deux policiers le braquent, il se couche sans attendre. Il comparaît ce lundi 11 mars, son complice court toujours.

Un mystérieux commanditaire lyonnais
Le R410A est un fluide frigorifique, un gaz destiné à la climatisation. Les deux hommes en avaient déjà chargé 7 bonbonnes (près de 4000 euros de préjudice). Alors soi disant il n’y avait pas de plan, tout s’est organisé au débotté lorsqu’un anonyme « commanditaire » aurait embauché S. D., un lyonnais de 43 ans, dans un café du quartier des Terreaux, preuve, glissera maître Morlet dans sa plaidoirie que « c’est vrai, à Lyon ça existe, il suffit de traverser la rue pour trouver du boulot. Mais quel boulot ? » Un boulot mal rémunéré si l’on en croit le prévenu : il aurait fallu « charger deux palettes pour un billet », un billet de 500 euros.

Son complice ? « Un novice, comme moi »
Deux palettes ? Vu le poids des bonbonnes ? « Donc ce n’était pas vous sur les lieux les 25 et 26 février », conclut, avec doute nous semble -t-il ou alors on projette, la présidente Pertuisot. « Ah non, assure le prévenu, j’y serais jamais retourné ! C’était sans doute le commanditaire. » Son complice de la veille ? Il ne le connaît pas, mais une chose est sûre, « c’est un novice, comme moi ». Le novice arrêté hier a un casier judiciaire. 11 condamnations dont 5 ans de prison en 1995 pour vol aggravé en récidive, 6 ans avec peine de sûreté aux deux tiers pour trafic de stups en 2004, d’autres peines pour des violences, des menaces. Il est sorti de prison en 2015, « j’avais tout purgé, j’étais blanc comme neige ». Il arrache un sourire à la vice-procureur.

Il a volé « pour l’argent »... Certes
« Il y avait un transpalette dans ce fourgon qu’il avait emprunté à un ami, la veille, avant même qu’on lui propose le coup... Il avait peut-être eu une vision. » S. D. a trois enfants, il est séparé de leur mère, verse une pension alimentaire assez forte vu ses faibles revenus actuels, il perçoit des ARE. Il dit payer 200 de loyer, pourtant il est sans domicile. Il dit avoir volé « pour l’argent », c’est tout. Cela dit n’est-ce pas le moteur de la plupart des vols ? « C’est un délinquant, ne tombez pas dans l’image d’un homme aux abois contraint de voler pour donner un steak et un morceau à ses enfants. » Madame Saenz-Cobo, vice procureur, requiert 5 mois de prison et un mandat de dépôt à l’audience.

5 mois ferme
« Seul celui qui a eu le courage de reconnaître comparaît et accepte d’être jugé », plaide maître Morlet qui se fend d’un mot gentil pour la petite commune de Torcy, « qui en un laps de temps assez court fait beaucoup parler d’elle puisqu’elle fut la scène d’un règlement de comptes, qui fit un mort, et un homme brisé à coups de barre de fer. Pas de chance pour cette petite commune. » Le tribunal condamne le lyonnais à 5 mois de prison et décerne mandat de dépôt.
Florence Saint-Arroman