lundi 14 octobre 2019

Sont recherchés : Un technicien Hot-Line Informatique, un technicien informatique, un technicien systèmes d'impression, un expert système d'encaissement, et des expert métier.

Édito
Les résultats des élections européennes ont confirmé qu’il convient de se méfier de plus en plus des sondages. Jean-Luc et Laurent faisaient la gueule dimanche soir, mais ils n’étaient pas les seuls.
Questions à...
Dans une longue interview, la Présidente du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté se montre marquée par les bouleversements climatiques.
«La sécheresse est une lame de fond»
Elle annonce une mobilisation exceptionnelle pour les années à venir, pour agir sur plusieurs leviers :
«La grande priorité, c’est la question climatique»
Marie-Guite Dufay confirme aussi qu’elle n’écarte absolument pas d’être candidate aux prochaines élections régionales, avec une affirmation en forme d’avertissement :
«Il faudra un rassemblement des forces de progrès pour faire barrage au Rassemblement National»
Dans une interview à creusot-infos, Le Maire du Creusot annonce qu’il sera bien candidat pour les élections municipales de mars 2020. Il explique aussi quelle liste il entend mener, sur quelles valeurs, et pourquoi.
Dans une longue interview, le Président de la Chambre d'Agriculture de Saône-et-Loire parle sans langue de bois. Il dresse des constats, accuse, parle de l’avenir et de la question de l’eau.
Il dénonce la main des Etats-Unis derrière des associations agissantes.
«On a des agriculteurs sur les rotules et petit à petit ils se désespèrent»
«Désolé, mais un steak végétal, ce n’est pas une entrecôte»
«On met de l’eau potable dans les toilettes et on n’est pas capable de répondre à l’abreuvement de nos animaux»
Écouter, lire, voir
> Faits divers > Autour du Creusot

TORCY : Le patron du bar tabac réagit après l'irruption de deux hommes cagoulés dans son établissement

16/08/2019 00:05Lu 31856 foisImprimer l’article
Les hommes surgis cagoulés d'une voiture, mardi après-midi, pourraient être venus avec l'Audi retrouvée incendiée.
Deux autres voitures ont été détruites par propagation.
ACTUALISE Vendredi à 0h05 : Adel, patron du bar tabac : «Ils cherchaient quelqu’un»
La patron du bar tabac presse du Pilon est catégorique : «Les deux gars qui ont débarqué cagoulés, armés et gantés n’étaient pas seulement là pour une intimidation. J’en suis convaincu, ils cherchaient quelqu’un qui n’était pas parmi mes clients».
Après les révélations de creusot-infos (lire ci-dessous) sur les faits qui se sont produits mardi après-midi à Torcy, et sur l’incendie volontaire d’une Audi A6, dans la nuit de mardi à mercredi sur l’aire de co-voiturage du Pont Jeanne Rose à Montchanin, Adel le patron du bar tabac du pilon dit son incompréhension et sa colère aussi.
«Cela a duré quinze secondes pas plus. Entre l’intérieur et l’extérieur, j’avais une quinzaine de clients. Tous des habitués. Des gars qui viennent là depuis dix ans, pour boire un coup, acheter leur tabac». Adel explique encore : «A l’intérieur ils n’ont rien dit. C’est à l’extérieur du bar qu’il y a eu des cris. Il faut bien comprendre que les gens étaient choqués. J’ai d’ailleurs un client qui est très mal, il a été plus choqué que les autres et cela se comprend».
Le patron de l’établissement poursuit : «Ca commence à faire beaucoup, entre ce qui se passe au Tennis au Creusot et ce qui se passe à Torcy. Nous on est au milieu. Mon employée comme les clients sont choqués par ce qui se passe. Moi je me demande ce que font les autorités pour arrêter tout ça. On a l’impression que les autorités bougent uniquement quand il y a un drame».
Adel aime son travail, ses clients : «On ne peut pas partir comme ça du jour au lendemain. Mais ce qui s’est passé a choqué tout le monde».
Un habitant de Torcy qui a réagi auprès de creusot-infos dit sa colère : «Tout ce qui se passe sur fond de trafic de drogue c’est terrible, ce n’est pas normal. Il y a déjà eu un mort, des blessés. Quand est-ce que ça va s’arrêter ?»
A.B.

Notre article du 15 août (1h00)
Ainsi que creusot-infos en a rendu compte, une Audi A6 a donc été retrouvée incendiée, dans la nuit de mardi à mercredi, sur le parking de l’aire de co-voiturage à Montchanin (lire notre premier article ci-dessous).
Nous l’avons déjà écrit : Il ne fait guère de doutes qu’il s’agissait d’une voiture volée. Et il est dans l’ordre des choses que cette voiture a sans doute participé, dans l’après-midi de mardi, non pas à un règlement de compte mais à une grosse action d’intimidation à Torcy.
En effet, selon les renseignements portés à la connaissance de creusot-infos, une voiture a fait escale mardi après-midi, boulevard du 8 Mai à Torcy, devant le tabac presse loto, situé à côté du marteau pilon. Des individus cagoulés ont surgi de la voiture, avec des armes, et auraient lancé, en substance : «On est chez nous, il va falloir partir». Les individus ont alors sauté dans la voiture, avant que celle-ci prenne la fuite. Tout donne à penser qu’il s’agit de l’Audi A6 qui a été retrouvée incendiée sur le parking de co-voiturage à Montchanin.
Au contraire des précédents épisodes qui opposent depuis des mois plusieurs groupes de trafiquants de stupéfiants, dont une frange dite «parisienne», mardi après-midi il n’y a pas eu de coups de feu de tirés. Mais cette épreuve d’intimidation semble bien s’inscrire dans le processus de réponse aux coups de feu qui ont été tirés récemment à la cité du Tennis au Creusot. Les derniers coups de feu tirés, sans faire de blessés, l’avaient été le 30 juillet au soir. Deux semaines auparavant, le 15 juillet, des coups de feu avaient également été tirés au Tennis. Ils avaient fait un blessé, à savoir un dealer originaire de la Région parisienne.
Mardi après-midi, un nouvel épisode de cette guerre de la drogue, a donc été écrit. On comprend dès lors que les enquêteurs, à commencer par les gendarmes de la communauté de brigades de Montchanin et du Creusot, vont tout mettre en œuvre pour identifier la voiture et son propriétaire. Car ce sera un élément important de l’enquête. A suivre…
Alain BOLLERY

Notre précédent article (14 août 19h45)
:
Il était environ 3h40 , dans la nuit de mardi à mercredi quand les sapeurs pompiers du Creusot ont été appelés pour un feu de voiture, sur le parking de co-voiturage de Montchanin, juste à côté de la station Total et du rond-point du Pont Jeanne Rose.A leur arrivée, une voiture était complètement embrasée et le feu avait commencé à se propager sur le côté latéral droit d’une Peugeot 306 et à l’arrière d’une Peugeot 306 break.
Le sinistre était particulièrement violent à l’arrivée des sapeurs pompiers. La voiture complètement embrasée a été entièrement détruite et les deux autres particulièrement endommagée, puisqu’elles sont bonnes pour la casse, pour le plus grand désappointement du propriétaire de la 306 rouge (lire ci-dessous).
L’enquête des Gendarmes de la communauté de brigades de Montchanin et du Creusot a permis d’établir que la voiture embrasée et complètement détruite était une Audi A6, sans doute volée. Des investigations ont été menées. En l’absence des plaques d’immatriculation qui ont fondu, les gendarmes sous les ordres de l’Adjudant-Chef Laurent Dardaine, se sont évertués à retrouver les plaques d’identification de la voiture qui, mercredi soir, n’avait encore pas été identifiée. Tout donne à penser qu’il s’agissait d’une voiture volée. Mais il faut attendre les conclusions de l’enquête.
Le propriétaire malheureux de la Peugeot 306 s’est lui manifesté de lui-même. Par contre, selon plusieurs sources, la Peugeot 306 break était semble-t-il stationnée depuis de nombreuses semaines.
Alain BOLLERY
(Photos Alain BOLLERY

Stéphane,
propriétaire de la 306

«Je suis dégoûté»


«Je travaille chez Daunat à Sevrey, au Sud de Chalon-sur-Saône. J’avais stationné ma voiture mardi soir vers 19h30, pour aller travailler de nuit, avec une collègue qui demeure à Ecuisses. Quand je suis arrivé ce mercredi matin à 6h15 pour récupérer la voiture et rentrer chez moi, j’ai eu un choc. Je suis dégoûté et en colère. Cette voiture j’en ai besoin pour pouvoir travailler. Je l’ai achetée moins de 1000 euros il y a deux ans. Elle était assurée au tiers. Comment je vais faire maintenant pour aller travailler. Je ne peux pas me permettre de rester chez moi et de perdre mon travail. J’ai deux enfants de 17 et 15 ans», explique Sylvain Dreau qui demeure dans le bassin minier.
Recueilli par Alain BOLLERY