vendredi 22 juin 2018

Du Mercredi 20 au Samedi 23 Juin

Profitez des Offres en cours sur les brochettes de dinde ou de poulet (les 22 et 23 Juin), 

le poulet et la pintade de Bourgogne, la grillade de porc, la tortilla, la mini faisselle Girard, le brillat savarin, le chausson aux pommes junior, la tarte arlequin aux fruits et la bière Leffe

Édito
Vous avez détesté la perspective de la limitation à 80 km/heure… C’est pas grave, on va vous les faire adorer. Le lavage de cerveau a commencé et ça va s’accélérer. Tous les arguments sont bons. Même écolos. C’est dire.
Questions à...
Dans une interview fleuve à creusot-infos, Anibal Castano balance ses vérités. Sur son sport le basket, sur la Fédération, sur l'arbitrage.
Les rendez-vous d’été seront lancés avec un spectacle très aérien. Avec aussi un nouveau lieu de programmation.
L’adjoint à la culture parle aussi de l’avenir de L’arc, de la mise en lumière du Château de la Verrerie, du projet d’installations de boites à livres.
30 associations écologistes ont fait du lobbying auprès de lui, mais Rémy Rebeyrotte n’a pas cédé aux pressions vertes sur la question du glyphosate et il s’en explique avec force d’arguments.
Le Député n’hésite pas à prendre le désherbant pour nettoyer les arguments de la nouvelle gauche sur les dotations de fonctionnement. Il parle aussi des accords possibles pour les municipales de 2020 avec un peu d’engrais pour le Grand Autunois Morvan…
Sans oublier les poules, les abattoirs, le bois et les rodéos…
Écouter, lire, voir
> Faits divers > Autour du Creusot

SAINT-SERNIN DU BOIS : Une addition très salée pour Autunois complètement bourré et sans permis de conduire

13/03/2018 07:41Lu 5168 foisImprimer l’article
Ce quadragénaire a payé au prix fort son alcoolémie à 1,68 gramme.
Il est condamné au vélo et/ou à la marche à pied.
ACTUALISE : Le compte rendu complet de l'audience.

Il avait pris l’apéro avec des amis à lui avant de partir et il se rendait au Creusot.

Il avait décidé de passer par les petites routes, c’est à dire par Antully et Saint-Sernin du Bois. Le problème pour cet Autunois de 40 ans, c’est que samedi soir les gendarmes de la brigade motorisée (BMO) du Creusot était en opération de contrôles à Saint-Senrin du Bois.
Il est donc tombé dans les mailles du filet. L’éthylomètre a révélé une alcoolémie de 1,68 gramme.
Il a bien tenté d’expliquer qu’il avait pris le volant parce que son ami avait pris un malaise pour avoir lui aussi bu plus que de nature. Mais le problème c’est que prendre le volant d’une voiture quand son permis de conduire a été annulé en 2012 pour des faits similaires est particulièrement coupable. Car cela peut faire de vous un criminel, vous pouvez endeuiller non seulement votre famille, mais aussi d’autres familles. Alors que le garçon, prénommé Hervé, avait déjà été condamné à de multiples reprises pour des conduites en état alcoolique et sans permis, la garde-à-vue était incontournable.
Comme était incontournable et obligatoire le voyage ce lundi après-midi jusqu’à tribunal à Chalon-sur-Saône pour un jugement en comparution immédiate. La cause du quadragénaire autunois était difficilement défendable. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le Tribunal a eu la main lourde pour note très très salée : Douze mois de prison ferme avec mandat de dépôt et incarcération à Varennes le Grand : Obligation de soins, obligation d’un stage de sécurité routière à ses frais, interdiction de repasser le permis avant longtemps, mais aussi interdiction de conduire tout véhicule motorisé. Ni cyclomoteur, ni scooter et encore moins sans permis. En décodé, à sa sortie de prison, il aura le choix entre le vélo et la marche à pied. Peut-être sur les chemins de Saint-Jacques de Compostelle, pour s’interroger sur le sens de sa vie et celles des autres.
A.B.

Le compte rendu de l'audience :
« Heureusement que ce n’est pas un accident qui a provoqué le contrôle des gendarmes » a fait observer Claire Foucault, qui présidait ce lundi après-midi l’audience de comparutions immédiates du tribunal correctionnel de Chalon. La vice-présidente du Tribunal de Grande Instance de Chalon s’adressait à Hervé, un habitant de la région d'Autun, contrôlé le 10 mars dernier, à Saint-Sernin du Bois, par des gendarmes de la brigade motorisée du Creusot avec un taux d’alcoolémie de 0,84 mg par litre d’air expiré.
Qui plus est, ce quadragénaire, qui exerce la profession d’exploitant forestier, conduisait sans permis. Pour ces deux délits il tombait sous le coup d’une récidive légale, pour avoir été condamné le 10 octobre 2016 par cette même juridiction pour des faits identiques.?Avant même de souffler dans le ballon, Hervé a spontanément signalé aux gendarmes creusotins qu’il n’avait plus de permis de conduire depuis le 30 novembre 2012. Lors de sa garde à vue, il a aussi expliqué qu’il avait bu cinq-six pastis avec le copain qui l’accompagnait et que, comme celui-ci ne se sentait pas bien du tout, il avait pris le volant.
A la question de la présidente Foucault « Alors que vous saviez que vous n’avez plus de permis, pourquoi avez-vous quand même conduit ? », le prévenu a été spontané « Je n’allais pas rentrer à pied ». S’adressant encore au mis en cause, «Un jour, vous allez tuer quelqu’un » a confié Claire Foucault, qui a estimé que le suivi, dont il fait l’objet dans le cadre de sa mise à l’épreuve à la suite de sa condamnation du 10 octobre 2016, ne servait à pas grand-chose, les délits aujourd’hui reprochés étant de même nature que ceux d’il y a dix-huit mois. «Il faut vous dire : je n’ai plus le droit de conduire et je ne conduis pas » a encore ajouté la présidente Claire Foucault.?
« Monsieur se moque des usagers de la route... »?En préambule à ses réquisitions, le substitut Marie Gicquaud s’est interrogé. « Que peut-on attendre du prévenu ? ». Et la réponse a fusé. « On ne peut rien en attendre ». Sur les dix mentions inscrites à son casier judiciaire, cinq concernent en effet ce genre de faits. Et la représentante du ministère public d’ajouter «  Il est clair que Monsieur se moque des usagers de la route. Il n’a pas intégré le sens de la peine et la gravité de ses passages à l’acte.
Sur la voie publique, Monsieur est un véritable danger ». Avant de requérir notamment 12 mois de prison et la révocation partielle d’un précédent sursis, à hauteur de 3 mois de prison.?« Il a le sens de l’amitié... »?Me Alain Guignard, qui assurait la défense d’Hervé, a mis toutes ces infractions sur le compte de l’amitié.
« Il a le sens de l’amitié. Toute la semaine son ami le conduit sur ses chantiers. Ils ne boivent pas une goutte d’alcool, car l’exploitation forestière est un métier dangereux. Mais, le samedi, on s’accorde à faire un peu la fête avec les concubines ». L’avocat chalonnais a également tenu à faire remarquer que son client avait vendu sa voiture... pour ne pas être tenté de conduire !
Concernant la peine de prison ferme réclamée par le parquet, Me Guignard s’y est montré opposé. « Sa compagne attend prochainement un enfant. Si vous l’envoyez en prison, il ne pourra pas faire vivre sa petite famille... Encore une fois, accordez-lui un sursis assorti d’une mise à l’épreuve avec des obligations très strictes ».  ?Le conseil du prévenu n’a pas été entendu... et ce dernier est parti au centre pénitentiaire de Varennes-le-Grand pour une durée de 12 mois. Une peine correspondant aux 9 mois que lui a infligés le Tribunal pour les faits du 10 mars 2018, auxquels s’ajoutent 3 mois suite à la révocation partielle du sursis du 10 octobre 2016.?
Gabriel-Henri THEULOT