mercredi 21 février 2018
Édito
Personne n’a oublié que l’avocat de Nordahl Lelandais a défendu avec de la violence verbale son client en accusant les gendarmes et la justice dans l’affaire Maëlys.
Sondage
Approuvez-vous le principe de départs volontaires des fonctionnaires ?
Questions à...
Le Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie, dans une interview à creusot-infos, parle de la bonne santé économique de la Saône-et-Loire, avec comme symbole le renouveau de Framatome, mais pas seulement…
«En Saône-et-Loire, 25% des emplois sont industriels»
«La plus forte amélioration du taux de chômage est dans la Communauté Urbaine»
«Faisons aimer les usines»
L’ancien secrétaire d’Etat à l’industrie de François Hollande répond à creusot-infos sur Framatome et sur l’avenir du nucléaire. Un dossier sur lequel il a été très impliqué quand il était à Bercy.
«Oui, je le dis clairement, en France il faut remplacer les anciennes centrales nucléaires par de nouvelles centrales EPR»
L’élue du Creusot est à la tête d’un budget important au Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté. Dans une interview elle trace les perspectives 2018. Avec un appel à projets pour l’ensemble des clubs.
Écouter, lire, voir
> ECOUTER LIRE VOIR > Sorties et Découvertes

COUCHES : Comment va le monde ?

20/01/2018 01:59Lu 533 foisImprimer l’article
C'est le titre de la pièce de théâtre qui sera jouée vendredi 26 janvier à 20h30 à la salle Jean Genet.
"Comment va le monde" est une pièce créée d’après les textes de Max Favreau, le clown philosophe québécois SOL. Elle sera jouée par le Théâtre de l’Étincelle (Limoges),  avec Marie Thomas sur une mise en scène et scénographie de Michel Bruzat.

« Un clochard aux traits de clown triste s’en va faire son promening  au milieu des mots.
Il recrée tout un langage qui distrait le quotidien de sa banalité. Il dissèque la société et ses multiples aveuglements.
Un marginal qui découvre le monde et le recompose avec humour.
Tout est tourné en dérision avec délicatesse. » Michel Bruzat
 
Des mots comme une rivière qui nous porte, nous emporte et nous transporte. Ils coulent, tels l’eau, tour à tour, rafraîchissants ou violents mais toujours justes. Ils nous amènent là où il faut être, pour envisager le monde sous une autre perspective avec un regard de clown-philosophe.




Photo @Jean Barak