dimanche 27 mai 2018

La fête des Mères c’est ce Dimanche 27 Mai

Retrouvez un large choix de fleurs coupées et de compositions florales au gré de vos envies

Édito
creusot-infos l’avait annoncé : Cette semaine serait celle de tous les dangers pour Marie-Guite Dufay, qui a calé en rase campagne avant de se mettre en marche arrière. Sa majorité, au-delà des apparences d’unité, est durablement ébranlée.
Questions à...
Alors que le championnat se termine, Dominique Juillot se livre dans une interview vérité. Il se projette dans l’avenir et dessine ce que devra être l’Elan Chalon 2018/2019. Avec des jeunes. Avec, pourquoi pas, un retour de John Roberson…
Le tourisme en Saône-et-Loire est sur un vent porteur. 2018 sera d’abord l’année du vélo et 2019 sera l’année de l’œnotourisme annonce Elisabeth Roblot, dans une interview à creusot-infos.
L’ancien Ministre sera ce mercredi à Mâcon pour une visite d’expertise. Il se confie dans une interview à creusot-infos :
«André Accary a eu raison de lancer le recrutement de médecins»
«RCEA : On a perdu de belles années»
«Je soutiens la réforme de la SNCF. L’ouverture des lignes à la concurrence est une bonne chose»
Écouter, lire, voir
> ECOUTER LIRE VOIR > Sorties et Découvertes

COUCHES : Comment va le monde ?

20/01/2018 01:59Lu 616 foisImprimer l’article
C'est le titre de la pièce de théâtre qui sera jouée vendredi 26 janvier à 20h30 à la salle Jean Genet.
"Comment va le monde" est une pièce créée d’après les textes de Max Favreau, le clown philosophe québécois SOL. Elle sera jouée par le Théâtre de l’Étincelle (Limoges),  avec Marie Thomas sur une mise en scène et scénographie de Michel Bruzat.

« Un clochard aux traits de clown triste s’en va faire son promening  au milieu des mots.
Il recrée tout un langage qui distrait le quotidien de sa banalité. Il dissèque la société et ses multiples aveuglements.
Un marginal qui découvre le monde et le recompose avec humour.
Tout est tourné en dérision avec délicatesse. » Michel Bruzat
 
Des mots comme une rivière qui nous porte, nous emporte et nous transporte. Ils coulent, tels l’eau, tour à tour, rafraîchissants ou violents mais toujours justes. Ils nous amènent là où il faut être, pour envisager le monde sous une autre perspective avec un regard de clown-philosophe.




Photo @Jean Barak