mercredi 19 juin 2019

Vente directe à la ferme du producteur au consommateur

Nouveauté : Yaourt au lait de chèvre (sucré, nature ou au miel)

Promotion du Jeudi 20 au Dimanche 23 Juin

3 yaourts achetés = 1 yaourt offert (dans la limite des quantités disponibles)

Édito
Les résultats des élections européennes ont confirmé qu’il convient de se méfier de plus en plus des sondages. Jean-Luc et Laurent faisaient la gueule dimanche soir, mais ils n’étaient pas les seuls.
Questions à...
Alors qu’ils sont officiellement présentés ce jeudi à 18h30, Jérémy Pinto lève un coin du voile sur les 42 rendez-vous programmés.
Nicolas Pommerel est le nouvel entraîneur du Creusot, avec Eric Catinot pour les arrières et Vuli pour les avants.
Avant la reprise de juin, Nicolas Pommerel se confie dans une interview à creusot-infos.
Le vice-président de la Région Bourgogne – Franche-Comté, en charge des lycées est catégorique : «On sait s’adapter, on sait être réactif et on peut voter un financement exceptionnel»
Écouter, lire, voir
> ECOUTER LIRE VOIR > Cinéma, Livres, Expos, Rdv, Sorties

LE CREUSOT : Conférence sur la révolution matérielle

10/06/2019 20:05Lu 533 foisImprimer l’article
Proposée par l'Académie François Bourdon, elle sera présentée par Jean-Claude Daumas.
Jean-Claude Daumas : La révolution matérielle. Une histoire de la consommation, France XIXe-XXIe siècle (Flammarion)
Cette conférence aura lieu le 18 juin à 18 h 30 dans les locaux de l'Académie François Bourdon.

Ecrire l’histoire de la consommation en France, c’est raconter l’histoire de tous les Français en montrant comment, depuis le milieu du XIXe siècle, ils ont été entrainés, génération après génération, dans une révolution matérielle qui s’est opérée sous l’influence des innovations techniques et commerciales, des avancées sociales et de la diffusion de nouvelles mœurs. Jean-Claude Daumas la retrace en articulant production et consommation, conditionnements sociaux et autonomie du consommateur, culture matérielle et représentations symboliques. Il montre comment, en fonction de leur condition sociale, de leurs revenus et de leurs goûts, les consommateurs s’approprient les objets qui n’ont cessé de se multiplier, de la lessiveuse au smartphone en passant par la bicyclette, la voiture, le blue jean et le réfrigérateur. L’histoire de la consommation est celle de l’élargissement à un nombre toujours plus grands de ménages de l’accès à des biens et des services que leur prix a d’abord réservés aux classes les plus riches. En conséquence, on peut la lire comme celle de la conquête progressive du bien-être même si la hausse des niveaux de vie n’a pas aboli les inégalités sociales ni uniformisé les modes de vie. C’est parce qu’elle ne se confond pas avec une chronique des menus faits du quotidien que l’histoire de la consommation peut contribuer à faire comprendre les enjeux du présent à un moment où la consommation de masse est critiquée au nom du sauvetage de la planète en nous aidant à comprendre ce que nous lui devons en termes de bien-être, les contradictions qui la traversent et les difficultés à inventer un autre mode de vie pourtant nécessaire.

Professeur d’histoire émérite à l’université de Franche-Comté où il dirigé la Maison des Sciences de l’Homme et de l’Environnement, membre honoraire de l’Institut universitaire de France et ancien président de l’Association française d’histoire économique, Jean-Claude Daumas a d’abord consacré ses recherches à l’histoire des entreprises et du patronat avant de les élargir à celle de la distribution et de la consommation. Parmi une vingtaine d’ouvrages, il a notamment publié, seul ou en collaboration, L’amour du drap (PUFC, 1999), Les territoires de la laine (PU du Septentrion, 2004), La mémoire de l’industrie (PUFC, 2006), le Dictionnaire historique des patrons français (Flammarion, 2010), L’histoire économique en mouvement (PU du Septentrion, 2012) et Faire de l’histoire économique aujourd’hui (EUD, 2013). Il vient de publier La révolution matérielle. Une histoire de la consommation, France XIXe-XXIe siècle (Flammarion, 2018), et dirige actuellement un programme de recherche collectif sur les révolutions du commerce.