lundi 21 janvier 2019
Édito
La Présidente a choisi le réseau social, dénoncé pourtant pour la violence de ses commentaires, pour présenter ses vœux. C’est bien plus que paradoxal.
Questions à...
Le Député de Saône-et-Loire au cours d’une conférence de presse a parlé «gilets jaunes» mais aussi fait le point sur les engagements tenus du Gouvernement. ACTUALISE
Le vice-président du Conseil Régional se confie sur le budget économie de la Bourgogne-Franche-Comté, «au service de toutes les entreprises».
A l'occasion de la session plénière du Conseil Régional consacrée au vote du budget, la question des transports, le premier budget de la Région, a constitué une grande par des discussions. Et l'imbroglio autour de la hausse des tarifs des abonnements TER a masqué d'autres aspect de cette compétence. Le premier vice-président revient pour Infos-Dijon sur les grandes lignes du budget transports 2019 de la Bourgogne-Franche-Comté.
Écouter, lire, voir
> ECONOMIE > En Saône-et-Loire

Surtaxes gouvernementales sur le carburant : la CPME 71 réclame un moratoire

27/10/2018 02:19Lu 1850 foisImprimer l’article
Communiqué de la Confédération des Petites et Moyennes Entreprises de Saône-et-Loire :

L’envolée des prix à la pompe pèse sur l’activité économique. De nombreux professionnels commencent à en sentir durement l’impact.

«Si la transition énergétique doit être encouragée, accorde Jean VIENT – Président CPME 71-, la fiscalité écologique ne saurait être punitive et servir, encore une fois, de prétexte à une augmentation des prélèvements obligatoires. C’est pourtant ce qui est en train de se passer.

Alors que les taxes (TVA et TICPE) totalisent déjà près de 60% du prix à la pompe, rappelle-t-il, l’augmentation des cours du pétrole ne peut être rendue responsable de l’envolée des prix. Il faut donc impérativement cesser la spirale infernale actuelle qui, si elle conduit à remplir les caisses de l’Etat, risque d’appauvrir les Français et de fragiliser nos entreprises».

«Pour changer les comportements et financer des mesures incitatives, rappelle Jean VIENT, le gouvernement a esquissé en 2018 et 2019 une trajectoire d’augmentation des taxes de 14,6c/l sur le gazole et de 7,9c/l sur l’essence.
Celles-ci s’avèrent aujourd’hui économiquement insoutenables.
Il convient donc de mettre en place un moratoire pour stopper l’application de ces surtaxes».