mardi 20 août 2019
Édito
Les résultats des élections européennes ont confirmé qu’il convient de se méfier de plus en plus des sondages. Jean-Luc et Laurent faisaient la gueule dimanche soir, mais ils n’étaient pas les seuls.
Questions à...
Le nouvel entraîneur de l’Elan Chalon se confie dans une interview. Il explique comment il va travailler et ses premières ambitions dans cette première période de préparation.
Alors que des maires ont le blues, le Député Rémy Rebeyrotte vient de rendre un rapport pour redonner du pouvoir aux Maires, surtout des petites communes, face à des intercommunalités parfois accusées d'une trop grande voracité…
Le Député de Saône-et-Loire veut mettre de l’huile entre les intercommunalités et les communes, pour que leurs élus soient plus reconnus et considérés.
«Des conseils des Maires se prononceront sur les grandes orientations de leur intercommunalité»
A l’occasion d’une conférence de presse, le patron du groupe SOS, dont dépend l’Hôtel-Dieu du Creusot, a affirmé plusieurs choses.
«L’établissement génère un déficit. On l’a repris pour le redresser et le relancer».
«On a dit oui pour une aide-soignante de jour et «on verra» à la fin de l’année pour une infirmière de nuit».
«Pour l’urologie, la nouvelle organisation sera sans coût supplémentaire pour les patients».
«On va avoir un bon énorme en terme de prise en charge des patients».
«Le robot sera utilisé en urologie, en chirurgie digestive et en chirurgie gynécologique».
Écouter, lire, voir
> ECONOMIE > En Saône-et-Loire

SAONE-ET-LOIRE : 5 nouveaux radars Mesta Fusion vont être implantés, dont 1 à Marmagne

20/07/2019 03:18Lu 21698 foisImprimer l’article

Exclusif

creusot-infos dévoile les noms des cinq emplacements retenus pour le nouveau radar qui flashera dans les deux sens, avant de repérer les automobilistes avec un téléphone ou sans ceinture.
Le radar d’Antully va passer à double sens.
Le nombre de tués, en Saône-et-Loire, au 15 juillet, était supérieur à l’année dernière. Un véritable fléau qui touche très majoritairement les conducteurs plutôt que les conductrices.
creusot-infos l’avait annoncé : Il fallait s’attendre à ce que le département de Saône-et-Loire soit bien doté avec les radars de nouvelle génération, le fameux Mesta Fusion. Pourquoi ? Tout simplement parce que la Saône-et-Loire demeure très accidentogène (lire ci-dessous).
En 2018, alors qu’en France le nombre de tués était à la baisse, en Saône-et-Loire il était à la hausse. Et depuis le début de l’année 2019, on ne peut pas dire que les choses vont en s’améliorant.
Au-delà du débat sur le fait qu’un radar n’est pas une garantie absolue contre les accidents et qui plus est contre les accidents mortels, il n’en demeure pas moins qu’au fil des années le nombre de morts sur les routes a baissé.
On le sait, les autorités ont décidé de déployer sur le territoire national le nouveau radar, le fameux «Mesta Fusion». Non seulement il est plus solide que ses ancêtres, mais il est surtout beaucoup plus performant, puisqu’il est capable de flasher, dans les deux sens, autant d’usagers en infraction de vitesse, qu’il y a de voies de circulation… Sans compter qu’à terme il pourra aussi repérer les usagers au téléphone, et/ou ceux ne portant pas leur ceinture de sécurité.
Bref un véritable bijou de technologie au service d’une répression plus ciblée et plus forte des usagers ne respectant pas les règles du code de la route.
La première vague d’installations de ce nouveau radar va concerner la Saône-et-Loire au premier chef.
Interrogée par creusot-infos, Dominique Yani, directrice du cabinet de Saône-et-Loire, a accepté de lever le voile sur les lieux d’implantation des cinq premiers radars «Mesta Fusion» qui vont arriver en Saône-et-Loire, alors que les travaux de génie civil ont été engagés.
Les cinq sites retenus sont donc Marmagne, sur la RD680 entre Le Creusot et Autun ; Lacrost près de Tournus, sur la route entre Cuisery et Tournus ; Lournand près de Cluny ; Brandon sur la RN79, à savoir la Branche Sud de la RCEA ; Et Saint-Martin Belle Roche, sur l’ex RN6 au Nord de Mâcon.
C’est normalement entre la mi-août et la fin septembre que ces cinq premiers nouveaux radars devraient être implantés. Mais d’autres suivront. «A terme, avec les nouvelles vagues d’implantations, il est prévu que ce nouveau radar soit partout», souligne la directrice de cabinet du Préfet de Saône-et-Loire.
Elle annonce aussi que le radar d’Antully, au lieu-dit «Les Grolliers» sur la RD680 va lui passer à double sens et donc flasher les automobilistes dans les deux sens de circulation qui sont en excès de vitesse, à l’instar du radar de Palinges sur la RN70.
Alain BOLLERY

25 morts au 15 juillet,

c’est 14% de plus qu’il y a un an

Le chiffre est terrible : Au 15 juillet, on comptabilisait 25 morts sur les routes du département de Saône-et-Loire, contre 21 sur la même période en 2018, «c’est-à-dire une augmentation de 14%», relève Dominique Yani.
Les chiffres sont aussi à la hausse sur le nombre de blessés : 301 en 2019 au 15 juillet, contre 280 en 2018.
21 des 25 personnes tuées l’ont été sur les routes départementales et communales. La vitesse a été la cause de 6 décès, l’alcool de 7 décès et les stupéfiants de 2 décès.
14 personnes ont été tués à bord de véhicules légers, 3 à moto, 2 au volant d’un poids-lourd et on a dénombré, depuis janvier, quatre piétons tués et 2 cyclos.
«Il faut remarquer que sur les 25 personnes qui ont été tuées, on a compté 19 conducteurs, c’est dire leur responsabilité et donc la responsabilité de chacune et chacun quand on prend le volant», souligne avec force Dominique Yani.
Si les chiffres de 2019 ne sont pas bons par rapport à 2018, la directrice de Cabinet du Préfet remarque qu’en 2017 on avait cumulé 25 morts à la fin du mois de Mai et que l’on était à 30 morts au 15 juillet.
Autre remarque de Dominique Yani, qui est en charge de la sécurité routière, sur les 25 personnes tuées depuis le début de l’année, on compte 2 femmes. «Et depuis le mois de Mai, tous les décès enregistrés, à savoir 16, ce sont des hommes. Je crois qu’il est important de dire que si les hommes se comportaient au volant comme les femmes, on serait aujourd’hui en France à moins de 2000 morts sur les routes».
Face au mauvais chiffres, Dominique Yani confirme que Policiers et Gendarmes vont continuer de traquer les chauffards, sur toutes les routes.
A.B.