mercredi 18 septembre 2019

Opération Foire du Creusot :

Bénéficiez de 20% de remise sur tous vos travaux*

Pour toute commande passée entre le Samedi 14 et le Dimanche 22 Septembre

Édito
Les résultats des élections européennes ont confirmé qu’il convient de se méfier de plus en plus des sondages. Jean-Luc et Laurent faisaient la gueule dimanche soir, mais ils n’étaient pas les seuls.
Questions à...
Le lundi 9 septembre 2019 restera dans l’histoire pour l’Hôtel-Dieu du Creusot, avec la première intervention chirurgicale réalisée avec le robot chirurgical, le 1er de Saône-et-Loire.
Le Docteur Jean-Philibert Combier a réagi dans une interview exclusive à creusot-infos.
«Le robot ne remplace pas le chirurgien. Il exécute ses gestes. C’est un progrès considérable»
«C’est capital pour recruter de jeunes médecins»
«Le Maire du Creusot a eu une vision d’avenir et de progrès sur ce dossier stratégique»
Vice-président du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté, en charge des lycées et de l’apprentissage, Stéphane Guiguet détaille l’implication de la Région en matière d’investissements, mais aussi pour «le pouvoir d’achat des lycéens et de leurs familles».
Le conseil départemental est mobilisé pour les Collèges. C’est que ce le Président André Accary a annoncé, ce jeudi matin, à Montchanin, où il a fait sa rentrée des classes.
Écouter, lire, voir
> ECONOMIE > En Saône-et-Loire

LE CREUSOT : Valérie Pécresse ne viendra pas chez BSE

21/06/2019 03:17Lu 5114 foisImprimer l’article
La Présidente de la Région Ile de France avait programmé, avec Madame Jarrot, de venir se faire photographier chez BSE, pour une commande de 140.000 tablettes. Mais ces tablettes éducatives, ici présentées en mars à une délégation croate, ne seront pas fabriquées au Creusot, mais en Chine.Du coup l’entreprise creusotine n’accueillera pas Madame Pécresse.
C’est l’histoire d’une tablette électronique, la fameuse tablette Sqool, qui est estampillée «made in France», pour être assemblée au sein de l’entreprise BSE Electronique au Creusot, sous traitant de l’entreprise Unowhy qui a inventé cette solution électronique qui a le vent en poupe dans l’Education Nationale.
Dans un timing parfait, Valérie Pécresse qui vient de quitter avec fracas Les Républicains, avait prévu de venir mercredi 26 juin au Creusot à l’entreprise BSE, dans le cadre d’une visite officielle co-orchestrée par Marie-Claude Jarrot, maire de Montceau.
L’idée était évidemment de voir la Présidente de la Région Ile de France confirmer une commande de 140.000 tablettes éducatives Sqool et de se faire photographier sur un poste d’assemblage. Le coup médiatique promettait d’être parfait et des fuites avaient même été savamment orchestrées.
creusot-infos n’est pas tombé dans le panneau et pour cause. D’abord parce qu’il nous semblait impossible que 140.000 tablettes puissent être assemblées en quelques semaines, pour répondre aux exigences de Madame Pécresse pour ses lycées d’Ile de France. Ensuite le maquillage de cette opération de communication était un peu trop grossier pour qu’elle puisse paraître sincère.

Non à une manipulation politique et médiatique

Et elle ne l’était pas. En effet, et c'est une exclusivité creusot-infos : selon les informations qui ont été portées à notre connaissance, les 140.000 tablettes pour les lycéens d’Ile de France ne seront pas la commande du siècle pour l’entreprise BSE. Pour la simple et bonne raison qu’elles vont être fabriquées en Asie et plus particulièrement en Chine !
On comprend dès lors que l’entreprise BSE a refusé d’ouvrir ses portes à cette opération de manipulation politique et médiatique. Une entreprise BSE qui contactée jeudi soir par nos soins, s’est refusée à tout commentaire, précisant seulement qu’aucune visite de l’entreprise n’aura lieu le 26 juin.
La décision de l’entreprise BSE est évidemment on ne peut plus légitime. Une entreprise dont la très bonne réputation aurait pu être écornée auprès de ses clients et à l’international si elle s’était prêtée à cette manipulation hallucinante.
Toujours selon nos informations, en catastrophe il a été envisagé jeudi matin de contourner le problème par une visite dans un collège de Montceau équipé de tablettes… Sauf que cette opération de rattrapage, pour ne pas dire de diversion, serait condamnée à faire pschitt comme dirait Jacques Chirac. Pas certain en effet que le conseil départemental de Saône-et-Loire accepte d’être une roue de secours et d’être mêlé à une opération pas vraiment séduisante.
Elle l’est d’autant moins que l’argent des contribuables franciliens va être utilisé, au nom du «made in France» à passer une commande, certes à une entreprise d’Ile de France, mais dont les principaux bénéfices seront pour des prestataires chinois.

Le contraire de Laurent Wauquiez...

Toute la question est maintenant de savoir si Madame Pécresse viendra quand même visiter le centre de santé de Montceau les Mines pour s’en inspirer, ou si elle va purement et simplement annuler sa visite… Avec sa venue non pas au Creusot et à Montceau, mais seulement à Montceau où Madame Jarrot se faisait un plaisir de l’accueillir, avant d’accueillir, trois jours plus tard, l’assemblée générale des assemblées des gilets jaunes, dans un fameux grand écart.
Puisqu’il faut bien terminer par une note d’humour, on dira que Valérie Pécresse voulait venir faire sa promotion avec des tablettes, sur le même territoire, La Communauté Urbaine  Le Creusot – Montceau, où Laurent Wauquiez, qu’elle n’a pas ménagé et attaqué – avant de claquer la porte – était venu pour ces mêmes tablettes.
C’était en octobre 2011. L’ex Président des Républicains était ministre de la recherche et il était venu à la rencontre de Jean-Yves Hepp, le patron d’Unowhy, pour l’inauguration de la ligne de production de la première tablette tactile «made in France». Une visite à l’entreprise Eolane, avec Arnaud Montebourg pour témoin.
Laurent Wauquiez avait alors lancé : «Quand vous achetez chinois, vous détruisez de l’emploi en Europe».
On est certain d’une chose : Les tablettes éducatives commandées par l’Ile de France vont plus profiter aux entreprises chinoises qu’aux entreprises françaises.
Terrible constat que celui-ci où l’affichage compte plus que ce que l’on trouve si on soulève un peu le voile.
Alain BOLLERY