vendredi 17 août 2018

Du Mardi 14 au Samedi 18 Août

Profitez des Offres en cours sur les merguez, les chipolatas, la mini faisselle Girard, le pavé aux céréales, le flan pruneaux ou griottes, les fruit shoot grenadine, la crème de douche Nivea, la douche bio et la clé USB Lexar (50% en remise immédiate)

Retrouvez les Bons Plans haricots verts, cœur de sucrine, prune, kiwi hayward,

Sans oublier les offres de rentrée avec jusqu’à -40% en remise immédiate

Édito
Ce n’est pas parce que son retentissement médiatique est énorme, qu’il convient de juger l’affaire Benalla à un niveau supérieur de ce qu’elle est et représente.
De quoi s’agit-il ? D’un garçon qui s’est cru plus fort que les autres, parce qu’il était dans le cercle rapproché de la sécurité du Président de la République.
Questions à...
Après une saison à découvrir l’élite du basket français, Bastien Pinault a une formidable envie de voir l’Elan Chalon réussir un bel exercice 2018-2019. Il a envie de tout casser et il veut consentir les efforts nécessaires pour doubler son temps de jeu.
Au soir d’une journée d’intégration où il a emmené ses joueurs sur une falaise avant de les faire marcher sur l’eau, juste avant la reprise officielle de l’entraînement, l’entraîneur de l’Elan Chalon a répondu à nos questions.
Dans une interview fleuve à creusot-infos, Anibal Castano balance ses vérités. Sur son sport le basket, sur la Fédération, sur l'arbitrage.
Écouter, lire, voir
> ECONOMIE > En Saône-et-Loire

LE CREUSOT : Opération séduction pour Framatome avec une très belle pièce sur la presse

18/07/2018 14:08Lu 4492 foisImprimer l’article
Une opération de forgeage, une visite de l’atelier d’usinage, une du laboratoire d’analyses et de contrôles. Framatome a joué la carte de la transparence ce mercredi matin.
Il s’agissait de montrer que l’établissement creusotin est à nouveau en pleine activité, après son autorisation anglaise et de l'Autorité de Sûreté Nucléaire.
Avec 40 embauches programmées cette année.
ACTUALISE : Notre reportage complet avec les dernières informations délivrées par Framatome.
Bien évidemment il est encore trop tôt pour savoir quelles seront les retombées pour l’entreprise. Envisagée régulièrement depuis plusieurs trimestres, une visite ouverte aux médias a eu lieu ce mercredi matin. Avec des journalistes parisiens venus spécialement au Creusot.
Framatome a montré le meilleur, à savoir une opération de forgeage d’une très pièce pour le projet EPR de Hinkley Point en Angleterre.
David Haguet, directeur de Framatome au Creusot, en préambule à la visite qui était organisée ce mercredi, a mis l'accent sur la sécurité avec près d'un tiers des salariés qui sont secouristes sauveteurs du Travail, soit 80 personnes.
"Aujourd'hui mercredi 18 juillet, c'est le 764ème jour de travail sans accident ayant entraîné un arrêt de travail".

Un rythme soutenu d’investissements jusqu’en 2021
Framatome, ainsi que creusot-infos l’avait révélé au début d’année, continue d’investir massivement. 7,5 millions d’euros ont été investis en 2017. Cette année ce sera 11 millions d’euros et de 2019 à 2021, le groupe nucléaire investira entre 7 et 9 millions d’euros par ans. «Nous investissons dans les outils de production, mais aussi pour augmenter nos capacités», souligne David Haguet. Parmi les nouveautés, 2,5 millions pour une Aléseuse Skoda qui est en cours d'installation et qui vient d’être acquise. Parmi les investissements aussi : 600.000 euros pour un nouvel outil dans le laboratoire de contrôles et d’analyses.

40 embauches cette année
En 2017, Framatome a embauché 30 personnes pour son établissement du Creusot. D’ici la fin de l’année 2018, ce sont 40 recrutements en CDI qui sont prévus, dans plusieurs corps de métiers. «Ce qui est important pour nous, c’est de capitaliser sur la transmission du savoir», souligne David Haguet.

178 tonnes au départ…
…20 tonnes à l’arrivée !
L’opération de Forgeage qui a été montrée ce mercredi 18 juillet 2018 concernait une pièce de 178 tonnes, à savoir un lingot inox sous la presse de 9000 tonnes ; à l'issue du forgeage et de l'usinage la pièce ne fera "plus que 20 tonnes". La pièce est sortie du four à 1100-1300°degrés  pour être  "travaillée" pendant 45 à 50 minutes. Une pièce reste près d'un mois à la Forge pour ensuite passer 17 mois à l'usinage.
Toutes les pièces actuelles sont en majorité destinées à l'EPR d'Hinkley Point en Grande-Bretagne et "actuellement dans le monde, seule la Forge du Creusot est capable de réaliser les composantes de l'EPR d'Hinkley Point». Des composantes de l'EPR britannique qui assure une activité à la Forge du Creusot jusqu'à début 2021.

Un laboratoire pour tendre vers l’excellence…
…et où l’ASN vient quand elle le souhaite, sans rdv !
Le laboratoire Vulcain, situé dans le prolongement de la Forge, à côté de l’atelier d’usinage est un laboratoire qui permet de "caractériser les pièces", il y a des analyses des matériaux, de la métallographie, de la spectrométrie notamment. Après les dysfonctionnements relevés en 2015, le laboratoire a corrigé les erreurs, s'est remis au niveau et depuis juillet 2018 reprise des essais réglementaires en accord avec l'Autorité de Sureté Nucléaire.
Chaque jour ce sont 5 à 6 essais en température qui sont réalisés. Pour cela, des prélèvements sont effectués sur des parties annexes, les "coupons témoins".
Le Laboratoire recherche la qualité et la conformité afin d'assurer une fiabilisation des processus ; on procède à des essais mécaniques, des analyses chimiques ainsi que des essais non destructifs à l'aide d'ultrasons et de radiographies.
À l'issue des dysfonctionnements relevés en 2015, les essais ont été suspendus par le laboratoire Vulcain (mais des essais et des contrôles ont été réalisés par d'autres sociétés) de juillet 2015 à juillet 2018.
David Emond, directeur de la Bussiness Unit Composants de Framatome l'a rappelé, "le Nucléaire c'est le domaine de l'excellence, la culture de la sureté est bien présente ici".
Une sûreté que l’ASN, l’autorité de sûreté du nucléaire, peut vérifier quand elle le souhaite. Elle bénéficie en effet d’un accès permanent et sans rendez-vous au laboratoire. Elle le fait soit directement, soit au travers d’agences de contrôles qu’elle commandite.
Sur l’équipe des sept personnes travaillant dans le laboratoire, deux sont passés par l’IUT du Creusot et ont été embauchés. «Ce qui est important, c’est la qualité. Nous avons voulu tourner la page du passé et nous projeter dans l’avenir», martèle David Haguet. En ce sens la laboratoire a changé de logiciel et de programmes, pour répondre aux nouvelles normes. La Grande Bretagne a tout validé à l’été 2017 et c’est fin 2017 que l’ASN a délivré un «feu vert» en forme de sésame à Framatome.

Framatome a ses lanceurs d’alertes
Un statut de lanceur d'alertes a été créé par Framatome à la suite des problèmes rencontrés en 2015. "C'est une filière indépendante, une sorte de garde-fou, un filtre parallèle pour faire remonter les problèmes et les dysfonctionnements" a précisé David Emond qui a exigé de la transparence à la suite des problèmes de 2015.
C'est ainsi qu'une Inspection générale de Framatome surveille les éventuels problèmes. Des "correspondants éthiques" ont été désignés et respectent l'engagement de l'anonymat des sources qui relèvent d'éventuels problèmes. Et enfin une remontée des problèmes est effectuée par les responsables qualité, ce qui résume la "culture de la sureté" chez Framatome en 3 points : inspection, analyse technique et transmission des résultats aux autorités, une sorte de traçabilité des produits réalisés par Framatome. "Sur les 58 centrales françaises, 31 ont déjà obtenu l'accréditation de l'Autorité de Sureté Nucléaire à l'issue de ce processus de contrôle de qualité" a encore précisé David Emond qui se montre confiant pour la suite des contrôles des autres centrales et qui n'oublie de préciser que "chez Framatome, on produit pour l'avenir". Et David Haguet de conclure : «L’industrie nucléaire se doit d’être excellente».

2 millions de pages examinées
L’audit qui a été menée s’est traduit par la lecture de 2 millions de pages constituant 4000 dossiers. «L’analyse technique est totalement finie pour les parcs nucléaires français. Pour les dossiers étrangers, ce sera d’ici la fin de l’année. 31 réacteurs nucléaire français sur 58 ont déjà obtenu leur feu vert de l’ASN. Les autres vont suivre et devraient être qualifiés d’ici la fin de l’année». A ce jour, au regard de la lecture des dossiers, aucun réacteur n’a donc été bloqué par l’ASN pour son fonctionnement.

Quelques chiffres :
Sur le site du Creusot, on produit 108 pièces composant un EPR.
On forge 80 lingots à l'année, ce qui représente 100000 heures de travail dans l'atelier chaque année.
2 forgeages par semaine sur un même lingot.
230 salariés au 1er janvier 2018, 40 embauches d'ici la fin de l'année sur tous type de métier (Usineur, agent de maintenance, Ingénieur, etc…)  
Fin du troisième 2018, le site du Creusot aura atteint sa capacité totale et sera opérationnel "à son maximum de potentiel" grâce à l'acquisition d'une Fraiseuse.
Reportage photos
Alain BOLLERY et Nicolas AKCHICHE