jeudi 24 mai 2018
Édito
Le devoir de mémoire ne doit pas être une option. C’est une obligation et en ce sens, il est particulièrement regrettable que les enfants des écoles du Creusot ne soient pas plus impliqués dans les commémorations. Que ce soit le 11 novembre ou le 8 mai.
Questions à...
Alors que le championnat se termine, Dominique Juillot se livre dans une interview vérité. Il se projette dans l’avenir et dessine ce que devra être l’Elan Chalon 2018/2019. Avec des jeunes. Avec, pourquoi pas, un retour de John Roberson…
Le tourisme en Saône-et-Loire est sur un vent porteur. 2018 sera d’abord l’année du vélo et 2019 sera l’année de l’œnotourisme annonce Elisabeth Roblot, dans une interview à creusot-infos.
L’ancien Ministre sera ce mercredi à Mâcon pour une visite d’expertise. Il se confie dans une interview à creusot-infos :
«André Accary a eu raison de lancer le recrutement de médecins»
«RCEA : On a perdu de belles années»
«Je soutiens la réforme de la SNCF. L’ouverture des lignes à la concurrence est une bonne chose»
Écouter, lire, voir
> ECONOMIE > En Saône-et-Loire

LE CREUSOT : NFM Technologies cherche la sortie du tunnel

05/05/2018 03:18Lu 3680 foisImprimer l’article
L’entreprise spécialisée dans les tunneliers est dans le creux de la vague. Sans commande, elle va mettre ses salariés en chômage technique et partiel à partir du 15 Mai.
Deux repreneurs potentiels sont sur les rangs pour pérenniser l'activité au Creusot.
«Les ateliers sont pour ainsi dire vides», commente un employé. L’entreprise NFM Technologies qui termine un tunnelier pour l’étranger, est à la croisée des chemins. Comme souvent depuis de nombreuses années, elle était dans l’attente d’une commande pour relancer son activité.
Oui mais voilà, la commande d’un tunnelier pour la ligne 16 du Métro à Paris lui est passée sous le nez. Elle avait eu celui du prolongement de la ligne 14 il y a quelques années, celui de l’exploration et des sondages pour la ligne ferroviaire «Lyon – Turin» et d’autres commandes pour l’étranger en cours de bouclage… Mais depuis, plus rien.
La tête de pont française du groupe chinois NHI se retrouve donc sans aucune activité et selon les informations qui ont été portées à la connaissance de creusot-infos, à partir du 15 Mai et au moins pour deux mois et demi, c’est-à-dire jusqu’à la fin juillet, tous les salariés, sauf l’encadrement le plus élevé, vont être concernés par des mesures de chômage partiel.
Si la situation financière de l’entreprise, qui emplois 70 personnes au Creusot et un peu moins d’une centaine dans ses bureaux de Lyon, n’a pas conduit à un dépôt de bilan, les comptes sont cependant dans le rouge depuis trop longtemps pour que la situation perdure. L’avenir sous le seul pavillon chinois de NHI est donc compromis.
Selon nos informations, deux repreneurs potentiels sont sur le rangs. Car si l’entreprise n’est pas spécialement séduisante pour ses résultats financiers, elle offre des potentialités énormes pour construire des tunneliers aux dimensions record et d’autres constructions mécaniques de très grande taille. NFM a ainsi travaillé pour le projet de centre d’enfouissement de déchets ultimes du nucléaire de Bure.
Les anciennes travées de Framatome sont parfaites pour des productions géantes, comme le sont les tunneliers, ou encore les treuils pour l’exploration pétrolière en mer, et dont l’entreprise creusotine s’est faite une spécialité, avec des convois exceptionnels qui ne sont pas passés inaperçus entre Le Creusot et Chalon-sur-Saône…
Et c’est un des autres pouvoirs de séduction des ateliers du Creusot qui permettent de rejoindre rapidement les bords de Saône, pour des embarquement fluviaux et ensuite maritimes. La question du coût des transports et leur maîtrise est un autre sujet qui se pose aux fabricants de tunneliers.
En décodé l’avenir du site du Creusot n’est pas complètement sombre, mais il faudra sans doute de longs mois, voir de longs trimestres à NFM Technologies pour sortir du tunnel.
Rappelons que NFM est la contraction de Neyrpic Framatome Mécanique. C’est en effet pour diversifier les activités mécaniques du Creusot, dans les années de relance de l’industrie au Creusot, après le dépôt de bilan de Creusot Loire, que des tunneliers ont été fabriqués au Creusot, d’abord sous licence Mitsubishi.
Aujourd’hui l’établissement du Creusot s’est taillé un nom à l’international pour ses capacités. Il lui reste à trouver un nouveau souffle, un nouvel actionnaire, pour sortir du tunnel et se construire un nouvel avenir.
En attendant, certains salariés de NFM Technologies pourraient être mis à la disposition d’entreprises de la région du Creusot, sur des métiers en tension en terme de recrutement, comme ceux liés au soudage et à la chaudronnerie.
Bien évidemment, le dossier est suivi de près en plus haut lieu, puisque le Maire du Creusot et Président de la Communauté Urbaine David Marti, mais aussi le Député Rémy Rebeyrotte, ont saisi les services de Bercy, pour travailler à la perspective d’une solution durable.
Alain BOLLERY