samedi 16 décembre 2017
Sondage
Le Président de l'Assemblée Nationale a-t-il eu raison de sanctionner le «député Insoumis» François Ruffin ?
Questions à...
Le vice-président du Conseil Régional Bourgogne - Franche-Comté en charge de l’économie a répondu à nos questions.
Elu d’opposition de droite à la Région, Gérard Gordat a répondu à nos questions sur son domaine de prédilection : L’agriculture.
Pierre Doucet de Jean-Paul Pelloux sont catégoriques : Demain plus qu'aujourd'hui et hier, la formation sera capitale pour un club comme Le Creusot.
> ECONOMIE > En Saône-et-Loire

LE CREUSOT : La production a repris dans l’ancien atelier de Franceole où les ponts modulaires du groupe Matière vont remplacer les mâts

03/10/2017 03:18Lu 5160 foisImprimer l’article
«On commence la production», annonce Raphaël Costero, du groupe Matière
Dans l’ancien atelier de Franceole, de petits tubes ont remplacé les gros tubes qui constituaient les segments des mâts d’éoliennes.
C’était le 7 septembre dernier au soir. Philippe Matière, le dirigeant du groupe qui venait d’avoir vu son plan de reprise de 46 salariés accepté par le Tribunal de Commerce, avait annoncé : «On sera en pleine production dans un mois».
De fait, la production a déjà débuté dans l’ancien atelier de Franceole, dans les installations d’Harfleur 2000 au Creusot. Comme il l’avait promis et annoncé, le groupe dirigé par Philippe Matière a mis les bouchées doubles pour lancer au plus vite l’activité.
«De 14 personnes au départ, on est passé à 46 et ce 2 octobre, tout le monde est là», annonce Raphaël Costero. Il est chargé de lancé la production dans l’usine du Creusot et il le reconnaît, «c’est un véritable contre la montre qu’on a effectué». Dans le grand atelier, il ne reste pour ainsi dire plus aucune trace dans l’ancienne activité. Si ce n’est que la cabine de sablage est toujours en service et que celle de peinture a toujours la même fonction.
Et lundi 2 octobre, un rapide parcours dans l’atelier attestait que l’activité avait bien reprise. «Le stock de grandes pièces métalliques et de tubes que vous voyez là, c’est pour l’Angola. On a lancé la réalisation de passerelles piétonnes tubulaires», annonce Raphaël Costero.
Ces passerelles suivant les besoins feront de 15 à 50 mètres.
Un peu plus loin, Raphaël Costero montre une machine toute neuve acquise pour les besoins de la production au Creusot. Il s’agit d’une aléseuse située en fin de ligne de production.
Oxycoupage pour compenser, gabarit de montage ensuite, potence de soudage, aléseuse pour usiner et aléser… La chaine de production est en train de se constituer.
«L’objectif est d’avoir une unité capable de produire quatre caissons par jour, de douze tonnes chacun», annonce le responsable de production.
Il s’agira de caissons «unibridge». Un nom déposé pour un pont métallique modulaire préfabriqué. Un pont qui peut faire de six à 12 mètres de longueur et de 1 à 2,50 mètres de hauteur.
Forcément il y a de la symbolique à voir des ponts produits dans l’ancien atelier voué aux mâts d’éolienne. Car ces ponts sont un peu, et même beaucoup, comme un trait d’union entre une activité qui n’a pas survécu à la concurrence, et une famille de produits sur laquelle le groupe Matière s’appuie conquérir des marchés partout dans le monde et plus particulièrement sur le continent africain.
Alain BOLLERY
(Photos Alain BOLLERY)

Qu’est-ce que l’Unibridge® ?

Unibridge® est un pont métallique modulaire préfabriqué. Sa structure est simple, solide et durable pour des usages en cas d’urgence ou comme pont permanent. Il a été conçu pour différents types de chargements correspondant aux différents règlements internationaux et peut être mono ou multivoies avec des travées allant jusqu’à 45m ou plusieurs travées. Il est pourvu d’un tablier soit en acier avec un revêtement anti-dérapant soit en béton. Toutes les parties structurelles sont placées sous le niveau du tablier empêchant ainsi tout risque de collisions entre les véhicules et celles-ci. Unibridge® est composé de caissons préfabriqués de 11.4m ou 6m de long. Ils sont assemblés transversalement par des entretoises qui rendent possible l’installation sur place d’un tablier métallique, avec un revêtement anti-dérapant, ou en béton. Les caissons préfabriqués existent dans trois hauteurs différentes (1m, 1.25m et 1.6m) et la portée du pont indique la dimension du caisson à choisir.



Un sotck pour des ponts pour l'Angola

Raphaël Costero

Le groupe Matière a investi dans une aléseuse

La potence de soudage

Les premières pièces...

Dans la cabine de sablage

Dans la cabine de peinture