dimanche 08 décembre 2019

Muscat de Noël, grands crus, bouteilles en coffrets, champagne mais aussi vieux rhums et whiskies de renom…. «La Cave de la Verrerie» : une sélection de produits d’exception

Édito
Les cheminots qui, vendredi, ont décidé de ne pas travailler ont délibérément pris en otage les usagers. Les conséquences de ce mouvement n’étaient pas acceptables.
Questions à...
Responsable de «Services Dispen», Saïd Haddoudi répond aux questions de creusot-infos sur une activité maintenance en plein développement. Il annonce 12 embauches en 2020.
Budget, emploi, chômage, pouvoir d’achat, réforme des retraites, grève à la SNCF… Rémy Rebeyrotte s’est prononcé sur une multitudes de sujets au cours d’un point presse.
Né au Creusot, Gilles Lagarde dont les parents sont à Saint-Jean de Trézy, occupe la fonction prestigieuse de Directeur de Cabinet du Président du Sénat, le 2ème personnage de l’Etat.
Gilles Lagarde a accordé une longue interview à creusot-infos. Il parle de sa fonction, du Président Larcher et du Sénat, mais aussi de la Saône-et-Loire et du Creusot.
Écouter, lire, voir
> ECONOMIE > En Saône-et-Loire

LE CREUSOT : Bonne nouvelle pour Framatome, EDF veut construire 2 réacteurs EPR à Penly…

02/10/2019 03:17Lu 8079 foisImprimer l’article
L’investissement avait été annoncé par Nicolas Sarkozy, en visite au Creusot, en juillet 2008…
Onze ans plus tard, toute la question est maintenant de savoir si l’appel d’offres lancé par EDF profitera à Framatome et plus particulièrement à la Forge du Creusot. Il n’y a pas de raison que la priorité ne soit pas au «made in France»
Il n’y a jamais de hasard dans le calendrier. Alors que du côté de Framatome on ne fait pas mystère, depuis de nombreux trimestres, d’une nécessaire commande au minimum d’un deuxième EPR pour le parc nucléaire français, pour consolider et donner des perspectives à la filière industrielle nucléaire «made in Saône-et-Loire», du Creusot à Saint-Marcel, EDF vient d’officialiser le lancement d’un appel d’offres pour la construction de deux réacteurs EPR à Penly, près de Dieppe, en Seine Maritime.


L’appel d’offres a été très officiellement publié le 20 septembre au journal officiel de la commission européenne.
Selon plusieurs sources, EDF souhaite lancer le chantier au plus tard en 2023… Soit quinze ans après que Nicolas Sarkozy a officiellement annoncé au Creusot, en juillet 2008, la commande d’un deuxième EPR, après celui de Flamanville.
Le site de Penly avait été très officiellement retenu et confirmé en 2009. Sauf que la commande a été mise en suspens par la volonté de François Hollande qui ne voulait pas froisser ses alliés verts au début de son mandat.
On se souvient ainsi qu’interrogé sur le sujet, à Bercy, Arnaud Montebourg, alors Ministre, avait botté en touche, en expliquant que le Président de la République voulait réduire la part du nucléaire et que la décision dépendait de François Hollande, dont l'histoire a montré que décider n'était pas vraiment son fort sur le sujet...
Reste que le la question du remplacement des centrales nucléaires de première génération est évidemment toujours à l’ordre du jour. Car ce n’est pas demain, ni après demain d’ailleurs que la France sera prête à se passer de l’électricité nucléaire. Ne serait-ce que par l’augmentation importante annoncée du parc de voitures électriques, dont il faudra bien recharger les batteries, étant entendu que selon des experts, il faut compter 2 EPR de plus pour recharger 10% du parc automobile électrique...
C’était un peu le sens de l’annonce de Nicolas Sarkozy, quand le 3 juillet 2008, il était venu sceller l’accord de partenariat entre ArcelorMittal d’un côté et AREVA de l’autre… AREVA a depuis repris le nom de Framatome.
L'accord lui n'a pas changé et il acté pour au minimum jusqu’en 2022.
Chacun comprendra dès lors que les deux entreprises pilier de l’industrie creusotine pour ce qui concerne son ADN, ont besoin de perspectives et de lisibilité pour l'avenir. Celle de voir EDF vouloir lancer le chantier au plus tard en 2023 induit une anticipation de la fabrication des composants.
Du côté de Framatome, comme d’ailleurs du côté de l’aciérie d’Industeel, on espère évidemment que les fabrications passeront par Le Creusot. Etant entendu que le serrage de boulons opéré par l’ASN, l’Autorité de Sûreté du Nucléaire, a été parfaitement entendu et intégré.
Et si effectivement l’entrée en service de l’EPF de Flamanville a été repoussée, on ne manque pas de souligner, du côté de Framatome, que les deux EPR de Taishan en Chine, fonctionnent eux à plein régime.
«Surtout, on sait très bien qu’au delà de la fermeture annoncée de Fessenheim il faudra bien construire de nouveaux réacteurs EPR, pour faire face aux besoins en électricité», souligne un cadre de Framatome. Et d’ajouter : «Il y a eu beaucoup de temps de perdu, trop de tergiversations. Maintenant il faut passer aux actes. Le Gouvernement le sait. C’est assurément pour cela qu’EDF a décidé de lancer l’appel d’offres», sans tambour, ni trompettes. Et pour Framatome cela a valeur de première pierre ou de première marche vers une forme de reconquête.
Alain BOLLERY 
(Photos Alain BOLLERY)